Ouvrir un compte bancaire chez… son buraliste, c’est désormais possible

 |   |  932  mots
A la fin 2014, 1.000 buralistes agréés par le gendarme bancaire devraient distribuer Compte-Nickel, selon la Financière des paiements électroniques. REUTERS.
A la fin 2014, 1.000 buralistes agréés par le gendarme bancaire devraient distribuer Compte-Nickel, selon la Financière des paiements électroniques. REUTERS. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après six mois de test, Compte-Nickel, porté sur les fonts baptismaux par Hugues Le Bret, ancien patron de Boursorama et ex-directeur de la communication de la Société générale, est disponible auprès du grand public depuis le 11 février, dans les bureaux de tabac.

"Ryad a envie de faire une belle révolution. Bancariser les pauvres et les exclus (…), offrir des prix imbattables. Mais pas d'angélisme. Il faut être performant. Donc rentable." Dans son livre "No bank", voilà ce qu'Hugues Le Bret, ancien directeur de la communication de la Société générale et ex-patron de Boursorama, retient de sa première rencontre avec Ryad Boulanouar, il y a trois ans environ.

 A l'époque, ce "geek" trentenaire - qui n'est autre que le papa du Pass Navigo, la carte de transport utilisée par les Franciliens - expose à Hugues Le Bret son projet de banque chez… les buralistes. Les deux hommes s'associent au sein de la Financière des paiements électroniques (FPE) et portent sur les fonts baptismaux "Compte-Nickel", dont le lancement auprès du grand public a débuté le 11 février.

 La Confédération des buralistes détient 5% de FPE

 "Il s'agit du premier compte ouvert en dehors des réseaux bancaires traditionnels", s'enorgueillit Hugues Le Bret. De fait, la Confédération des buralistes, qui détient 5% de FPE, dispose de l'exclusivité de la distribution de Compte Nickel, pour une durée de six ans au moins. Concrètement, toute personne majeure et disposant de papiers d'identité en cours de validité peut acheter un coffret Compte-Nickel dans un bureau de tabac, moyennant une somme de 20 euros, dont 3 euros reviendront au buraliste, lequel bénéficiera également de commissions sur les dépôts et les retraits.

 Il suffit ensuite au client de scanner sa pièce d'identité, de rentrer son numéro de téléphone portable et son adresse sur une borne "ad hoc" chez le buraliste, pour que ce dernier, après avoir vérifié l'authenticité de la pièce d'identité, active le compte bancaire et la carte de paiement Mastercard qui lui est associée. Un relevé d'identité bancaire est alors remis au client, ce qui lui permet de domicilier ses revenus sur son compte Nickel, d'y déposer des espèces, d'en retirer - chez le buraliste ou via un distributeur automatique -, d'effectuer des virements et d'autoriser des prélèvements.

 Trois ans pour obtenir l'aval du gendarme bancaire

 En revanche,

"nous ne fournissons pas de crédit et n'avons pas d'offre d'épargne, nous ne sommes pas une banque mais un établissement de paiements, agréé par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR)",

précise Hugues Le Bret. Ce blanc-seing donné par le gendarme des banques, l'ancien "dircom" de la Société générale y tient comme à la prunelle de ses yeux. D'abord parce qu'il a fallu trois ans à FPE pour décrocher ce précieux sésame, l'ACPR ayant passé au tamis le business plan de la société, son informatique, ses procédures de sécurité, etc. Ensuite parce que cet agrément, que les buralistes doivent également obtenir pour distribuer Compte-Nickel, "représente un gage de sécurité pour les clients", affirme Hugues Le Bret.

 Mais quid des possibles braquages de bureaux de tabac ? La question n'en est pas une pour l'ancien patron de Boursorama, les dépôts en cash étant limités à 750 euros par mois et par client, et l'argent étant de surcroit logé dans un compte de cantonnement au Crédit Mutuel Arkéa. De plus, "les clients effectueront davantage de retraits que de dépôts chez les buralistes, ce qui aidera à lutter contre le risque de braquage", assure Hugues Le Bret.

 Un prix de 34,10 euros par an, au lieu de 192 euros dans une banque traditionnelle

Des clients qui ne sont pas forcément ceux auxquels FPE s'attendait. Sur les 511 personnes qui ont ouvert un compte Nickel dans les trois bureaux de tabac testés du 12 décembre 2013 au 6 février 2014, la majorité (35,1%) sont des employés, suivis par des entrepreneurs (10,1%), des cadres (10,3%), des commerçants (10,1%), des fonctionnaires, des étudiants… Les demandeurs d'emploi ne représentent que 16,5% du total, " alors que nous nous attendions à une proportion de 80%", s'étonne Ryad Boulanouar.

En effet, conformément à la "révolution" souhaitée par le jeune homme, Compte Nickel était initialement calibré pour les 2,5 millions d'interdits bancaires français et autres populations fragiles, avec une ouverture du compte indépendamment des revenus de la personne, de son patrimoine ou du montant de ses dépôts, et un prix moyen de 34,10 euros par an, à des années-lumière des 192 euros déboursés bon an, mal an, dans les banque traditionnelles, selon les estimations de Pierre de Perthuis, membre de l'équipe dirigeante de FPE.

 Un objectif de 100.000 clients fin 2014

 De l'aveu même de ce dernier, "nous n'avions pas songé à tous les usages possibles de Compte Nickel." Les clients si, qui l'utilisent notamment comme un deuxième compte, personnel, ou, au contraire, commun avec leur conjoint. En réalité, "Compte Nickel est destiné à toux ceux qui jugent les offres bancaires traditionnelles trop étoffées par rapport à leurs besoins ou trop onéreuses", constate Pierre de Perthuis. Résultat, à la date du 11 février, Compte Nickel recensait déjà 1.068 clients, pour 134 buralistes agréés par l'ACPR.

 Des chiffres que FPE ambitionne de porter respectivement à 100.000 et à 1.000 à la fin de l'année, ce qui permettra à la société d'atteindre son point mort.

"Notre objectif est d'équiper un maximum de buralistes de cette technologie, qui répond à leur besoin de diversification de leur activité, et aux besoins de nombres de leurs clients, qui vivent dans des lieux où il n'existe pas forcément d'agence bancaire",

confirme Pascal Montredon, président de la Confédération des buralistes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2014 à 15:56 :
le CA vous facture 2e sur un retrait dans certaine banque tel que B N P ET C EPARGNE pourquoi ne le fait il pas quand c est le CDN ou la poste ,ou LCL,u e personne sans carte va llez voir le voisin avec son argent dans les mains et dema nder de payer pour lui ,qui dit que le voisin ne va pas l escroquer !et puis c est une situation delicate il peut y avoir des conflits de menage le feriez vous :
a écrit le 13/02/2014 à 9:13 :
Mini , Mini , Mini frais bancaires et Maxi Jupe...C'est tout bon...
a écrit le 12/02/2014 à 10:19 :
donc pour ouvrir un compte, une carte d'identité volée et un téléphone a usage unique suffit ? et bien le banditisme a de nouveau relais....
a écrit le 12/02/2014 à 7:55 :
Dommage, ils ne font pas taxi.
a écrit le 12/02/2014 à 7:19 :
Encore un article qui diffuse une information orientée partielle donc erronée ! Les frais de gestion estimés à 192€ correspondent généralement à un profil de clients dont la catégorie socioprofessionnelle permet une telle consommation avec une carte premier , des services associés ! Il faut savoir que pour lutter contre la discrimination bancaire il existe des forfaits dits service de base incluant une carte pour zéro euro ! Je suis indigné par le manque d approfondissement des sources et recherches sur ce type d article !
Réponse de le 21/06/2014 à 22:42 :
TU ES A QUELLE BANQUE CAR JE SUIS A 150E/AN
A LA S
a écrit le 11/02/2014 à 22:58 :
les personnes en situation d'interdiction bancaire sont souvent des personnes fragilisées. Seul un vrai conseiller bancaire peut les aider. Leurs donner des moyens de paiement sans contrôle ni dialogue pourraient à terme les mettre encore plus en difficultés.
a écrit le 11/02/2014 à 20:39 :
pour voir son argent partir "enfumé"
a écrit le 11/02/2014 à 20:09 :
Rien de mieux qu'une banque.... La Banque Postale sans être interdit bancaire ni rien, aucun soucis, tres peu de frais. Rien à y redire. Les buralistes, il n'y a aucune securité.
a écrit le 11/02/2014 à 19:08 :
Moi je trouve que c'est une très belle initative pour les interdits bancaires, privés de leurs moyens de paiement et qui ont simplement besoin d'une carte!
Réponse de le 11/02/2014 à 21:22 :
Même interdit bancaire, tu peux avoir une carte.
Réponse de le 11/02/2014 à 23:06 :
@IronPion

En effet, un interdit bancaire permet d'obtenir malgré tout une carte de crédit à débit immédiat type VISA Electron sans autorisation de découvert... à condition de la payer évidemment. Dans le pire des cas vous obtenez une simple carte de retrait pour retirer des espèces au GAB.
Réponse de le 26/03/2014 à 10:32 :
Ce n'est pas normal qu'un interdit bancaire ne puisse avoir un moyen de paiement . aller au gab n'est pas un moyen de paiement à l'heure actuelle une carte de crédit est obligatoire .
a écrit le 11/02/2014 à 17:51 :
j'espère bien que les banques vont porter plainte pour concurrence déloyale comme les buralistes ont fait au vendeur e-cig
a écrit le 11/02/2014 à 17:36 :
Ah bon ?
Réponse de le 12/02/2014 à 12:43 :
Je reste sur mon point de vue -
a écrit le 11/02/2014 à 17:27 :
"S'y ajoutent des frais pour les retraits d'espèces chez les buralistes (0,5 euro) ou dans un distributeur de billets (1 euro) ou encore en cas de dépôts d'espèces chez le buraliste (2% de la somme)."

A éviter ... donc
a écrit le 11/02/2014 à 16:43 :
Ma femme et moi avons chacun un compte courant, un compte commun, livret A, LDD, compte sur livret avec 2 cartes bleus chacun et 2 carnets de chèques, le tout pour 0 euro à l'année......
a écrit le 11/02/2014 à 16:08 :
J'ai 5 comptes banquaire. Le cout vari de 0 à 28 euro annuel. Carte, internet & co. 4 comptes titres + 1 PEA: 0 euro annuel de frais/garde. Comment peut on arriver a 192 euro ?!?
Réponse de le 11/02/2014 à 16:52 :
En tirant les chiffres du chapeau de Pierre de Perthuis, cofondateur de FPE à l'origine de cette initiative. Après l'échec cuisant de Monéo les buralistes remettent les couverts... à priori la fin de l'activité des empoisonneurs nationaux semble assez proche. Bon vent!
a écrit le 11/02/2014 à 16:01 :
Le problème c'est que les buralistes vont bientôt disparaitre....comme tout ce qui fonctionnait il y a pas si longtemps
Réponse de le 11/02/2014 à 17:05 :
Quant à moi je préfère ma banque , c'est plus sur -

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :