Citibank négocierait une amende de 7 milliards de dollars avec la justice américaine

 |   |  299  mots
Pour avoir vendu des prêts hypothécaires douteux ayant contribué à la crise des subprimes, Citigroup, maison-mère de Citibank, devra s'acquitter d'une amende qui devrait avoisiner les 7 milliards de dollars. (Photo : Reuters)
Pour avoir vendu des prêts hypothécaires douteux ayant contribué à la crise des subprimes, Citigroup, maison-mère de Citibank, devra s'acquitter d'une amende qui devrait avoisiner les 7 milliards de dollars. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
La banque serait sur le point de sceller un accord avec la justice américaine qui la poursuit pour des crédits immobiliers ayant contribué à provoquer la crise financière. Montant de l'enveloppe : 7 milliards de dollars, selon le Wall Street Journal.

Encore quelques milliards obtenus par la justice américaine. Cette fois c'est une banque locale, Citibank, qui lui verserait plus précisément 7 milliards de dollars (5 milliards d'euros) pour régler le litige portant sur la vente de crédits immobiliers ayant contribué à la crise financière en 2007-2008. Une partie de cette somme serait consacrée au remboursement des victimes. 

Moins que JPMorgan...

Citibank serait sur le point de conclure un accord en ce sens indique ce mercredi le Wall Street Journal évoquant des sources proches du dossier. D'après le quotidien financier, la justice réclamait 10 milliards de dollars quand l'établissement financier souhaitait n'en avancer que 4, bien moins que les 13 milliards (9,5 milliards d'euros) que JPMorgan a accepté de payer en novembre, pour des griefs similaires. Mais cette dernière aurait vendu bien plus de prêts hypothécaires douteux, argue la défense de Citibank. 

L'établissement a déjà versé plusieurs dizaines de milliards de dollars pour régler des litiges liées à la crise des subprimes. Au mois d'avril elle soldait ce contentieux évalué à 59,4 milliards de dollars (43,6 milliards d'euros) au total avec un versement de 1,125 milliard (826 millions d'euros) à plusieurs investisseurs. 

... et que BNP Paribas

Depuis plusieurs mois, les annonces d'accord entre la justice américaine et des établissements financiers se multiplient. Mardi l'allemande Commerzbank faisait parler d'elle à Wall Street en raison de rumeurs sur une négociation portant sur 500 millions de dollars. 

Une semaine plus tôt,  l'accord BNP Paribas était signé. Pour rappel, l'établissement français était poursuivi pour un tout autre sujet : le viol des embargos américains contre Cuba, l'Iran et le Soudan. Fait pour lequel elle devra s'acquitter d'une amende de 8,9 milliards de dollars (6,6 milliards d'euros). 

>> BNP Paribas fait son mea culpa devant la justice américaine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2014 à 13:12 :
Et les 710 000 milliards de produits dérivés hors bilan, on en parle quand ?
a écrit le 09/07/2014 à 11:10 :
dans une banque il y a une étanchéité parfaite entre les pertes placées aux guichets du particulier sous forme d'urne et les gains déposés avec délicatesse au paradis où au fond des coffres .. discrètement ! 7 milliards .. bof ! même pas mal ...
a écrit le 09/07/2014 à 10:06 :
Ce n'est qu'un segment de la cavalerie financière et monétaire consubstantielle à la politique de création de la valeur par l'enchère permanente de tout et rien et avec elle la promotion de la croissance. Le krach de 2007/2008 était en germe bien avant la chute de Lehman Brothers.
a écrit le 09/07/2014 à 8:55 :
En fait aucun banque n a respecte la législation UN GRAND BRAVO et c est encore les clients des banques qui passeront a la caisse
Réponse de le 09/07/2014 à 11:27 :
non, ce sont les actionnaires des banques qui passent à la caisse.
Réponse de le 10/07/2014 à 16:32 :
@carlier C'est cela oui.un actionnaire qui a 100 M€ il va surement attendre de se faire plumer,sachant qu'il aura pris une part dans le tsunami financier à venir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :