Taxe Tobin, union bancaire : Michel Sapin redit son "amitié pour la bonne finance"

 |   |  731  mots
Michel Sapin veut créer les conditions d'un financement performant, pour accélérer la reprise de l'économie.. REUTERS.
Michel Sapin veut "créer les conditions d'un financement performant, pour accélérer la reprise de l'économie.". REUTERS. (Crédits : reuters.com)
Le ministre des Finances "n’acceptera pas d’accords déséquilibrés au détriment" de la France, dans le cadre des projets de taxe sur les transactions financières et d’union bancaire européenne.

Quand on tient un bon mot, grande est l'envie d'en user et d'en abuser. Trois jours après avoir décrété que "notre amie, c'est la finance, la bonne finance"- alors que François Hollande en avait fait son "adversaire" lors de sa campagne présidentielle -, Michel Sapin a redit mercredi son "amitié pour la bonne finance", lors des rencontres internationales organisées par Paris Europlace, l'association chargée de promouvoir la place financière de Paris. Cette "bonne finance", Michel Sapin - qui reconnaît la nécessité de disposer "d'un financement performant" pour "accélérer la reprise de l'économie" - a tenté de la rassurer sur trois sujets.

A commencer par le projet de taxe sur les transactions financières (TTF), ou "taxe Tobin." Après l'accord conclu début mai entre onze pays européens - dont la France, l'Allemagne et l'Italie, mais pas le Royaume-Uni -, la TTF doit voir le jour le 1er janvier 2016 au plus tard. Elle concernera dans un premier temps les actions et quelques produits dérivés, mais ni son assiette ni son ampleur ne sont encore déterminées. Un peu plus tôt dans la matinée, François Pérol, président du directoire de BPCE (Banque Populaire Caisse d'Epargne) et futur patron de la Fédération bancaire française (FBF), avait souligné combien "la mise en place de la TTF serait préjudiciable aux économies des pays concernés."

Les banques et les entreprises vent debout contre la TTF

Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez et président de Paris Europlace, parle même de "véritable menace" si la TTF s'appliquait aux produits dérivés. Car cela générerait sans doute une délocalisation massive des transactions sur les produits dérivés de Paris, Francfort ou encore Milan vers Londres, renchérissant ainsi les coûts de financement des entreprises françaises, allemandes ou italiennes. Et ce, alors même que les entreprises européennes devront de plus en plus recourir aux marchés pour se financer, dans les prochaines années, compte tenu des contraintes réglementaires qui pèsent désormais sur les banques.

De fait, pas plus tard que le 3 juillet, plusieurs organisations patronales françaises et allemandes - dont le Medef - ont demandé aux Etats-membres de renoncer à la TTF, dénonçant son "impact très négatif sur le financement des entreprises." "Le gouvernement a une approche ambitieuse de la TTF, sur le fond, mais pragmatique sur le plan de sa mise en forme. Ainsi, je n'accepterai pas un projet déséquilibré au seul détriment de la place financière de Paris", a simplement promis Michel Sapin.

L'Europe divisée sur le financement du fonds de résolution unique

Qui, au sujet de l'union bancaire européenne, "n'acceptera pas » non plus « un accord déséquilibré qui pénaliserait le secteur bancaire français." Selon le journal Les Echos du 9 juillet, l'Europe, malgré l'accord sur l'union bancaire trouvé en mars, serait en effet divisée sur la question de l'abondement du fonds de résolution unique, destiné à financer le sauvetage ou la liquidation de banques en difficulté. Un bloc emmené par l'Allemagne souhaiterait que ce fonds, qui doit être doté de 55 milliards d'euros en huit ans, soit financé essentiellement par les grandes banques. Une solution qui avantagerait le système bancaire allemand, composé de très nombreuses petites banques, et qui, à l'inverse, pénaliserait la France, dont le secteur bancaire est très concentré.

Le ministre des Finances a enchaîné sur ce qui, à ses yeux, constitue un autre "sujet de préoccupation" pour la finance européenne, à savoir la prééminence du dollar dans les transactions internationales. Une prédominance qui "entraîne de toute évidence un certain nombre de conséquences, dont l'extraterritorialité des normes américaines", a précisé Michel Sapin, faisant allusion à la sanction record récemment infligée par les Etats-Unis à BNP Paribas, accusée d'avoir réalisé des transactions en dollar dans des pays sous embargo américain. "Dans ce contexte, je suis convaincu que la zone euro doit se réinterroger sur le rôle que nous assignons à notre devise commune, et se mobiliser pour faire progresser l'usage de l'euro comme monnaie d'échange internationale", a déclaré le ministre des Finances.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2014 à 22:47 :
Et sur l'ardoise de la BNP, on ne l'a pas beaucoup entendu la couleuvre qui zig zag, il n'y a que Montebourg qui défend l’honneur de la France à Bercy, on en a marre des brêles......
a écrit le 10/07/2014 à 13:56 :
La bonne finance n'est que Coranique!?
a écrit le 10/07/2014 à 11:09 :
Sapin, l'ami de la "bonne finance", tu parles...pour lui, c'est sûr !
Réponse de le 10/07/2014 à 16:22 :
surtout l'ami des taxes !!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 10/07/2014 à 10:56 :
L'ami de sa bonne finance...
a écrit le 10/07/2014 à 9:43 :
... j'oubliais la croisière SNCM s'amuse ....
a écrit le 10/07/2014 à 9:41 :
Michel tu me donnes ta montre .... je vais te donner l'heure !
a écrit le 10/07/2014 à 8:10 :
C'est comme les ministres ces gens qui s'engraissent sur le peuple et le presse, il y a des bons ministres on les cherche mais il y a les mauvais la règle !
a écrit le 10/07/2014 à 1:43 :
[Ainsi, je n'accepterai pas un projet déséquilibré au seul détriment de la place financière de Paris", a simplement promis Michel Sapin.]

Quel mauvais menteur! Les socialistes ont fait plus qu'accepter, ils ont initié le plombage de la bourse de Paris en introduisant la TTF dès leur prise de pouvoir à la présidence française car il faut bien financer la démagogie socialiste. Pendant ce temps les banques s'échangent doucement mais surement des devises de gré à gré et les hedge funds spéculent par la vente à découvert sans être inquiété par la TTF puisque les titres ne sont pas acquis mais emprunté moyennant commission.
a écrit le 09/07/2014 à 21:57 :
Surtout
a écrit le 09/07/2014 à 20:44 :
nul un bon économiste au gouvernement aurai été , rené doziere voila un économiste qui aurai été utile a ce gouvernement d inutile
a écrit le 09/07/2014 à 20:06 :
et moi je redis mon amitié à mon bon ennemi !
a écrit le 09/07/2014 à 18:55 :
Les gouvernants prennent des décisions qui vont servir le Royaume Uni et desservir l'Europe. Tout le monde l'a dit et nos incrédules incompétents de gouvernants fonctionnaires restent sur leur position et vont crier dans quelques mois comme des "pucelles" en voyant partir vers Londres les transactions mettant encore plus en difficulté l'économie européenne

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :