Gel des primes d'assurance : le patron d’Axa France dénonce un "chantage scandaleux"

 |  | 476 mots
Lecture 2 min.
Jacques de Peretti, le patron d’Axa France, doit rencontrer lundi Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances.
Jacques de Peretti, le patron d’Axa France, doit rencontrer lundi Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances. (Crédits : William Beaucarde)
Le bras de fer entre Bercy et les assureurs s'intensifie. Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire réclame le gel des primes d'assurance pour les professionnels de l'hôtellerie-restauration en 2021, faute de quoi le gouvernement soutiendra un amendement du Sénat demandant une contribution exceptionnelle aux assureurs. Selon le patron d'Axa France, "cette taxe serait la plus mauvaise des choses pour la relance".

Les polémiques dans le secteur de l'assurance n'en finissent plus depuis le début de la crise du coronavirus. Hier, dans un entretien accordé au Parisien, le PDG de l'assureur Axa France a dénoncé un "chantage scandaleux", après que le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a appelé cette semaine le secteur à geler les primes d'assurance des hôteliers et restaurateurs sous peine d'une nouvelle taxe.

"Il est scandaleux d'avoir à subir un tel chantage", s'est insurgé Jacques de Peretti, président directeur général d'Axa France, dans un entretien publié samedi soir sur le site internet du quotidien.

"J'ai eu au téléphone lundi dernier l'ensemble de mes collègues européens et un tel chantage n'a jamais été pratiqué dans aucun pays, alors que la situation au regard des assurances et des restaurateurs est la même", a poursuivi le dirigeant.

Une charge de 1,2 milliard d'euros

Bruno Le Maire a demandé mardi le gel des primes d'assurance pour le secteur de l'hôtellerie-restauration, faute de quoi le gouvernement soutiendra un amendement du Sénat demandant une contribution exceptionnelle aux assureurs.

Un amendement déposé ces derniers jours au Sénat vise en effet à instaurer une contribution exceptionnelle de 2% sur les primes versées au titre des contrats d'assurance dommage. Cela  représenterait, selon la Fédération française de l'assurance, une charge de "1,2 milliard" d'euros pour le secteur.

"Cette taxe serait la plus mauvaise des choses pour la relance car nous ne pourrions pas assumer seuls une telle charge, et nous serions obligés de la reporter sur les cotisations de nos assurés, elles-mêmes déjà lourdement taxées", a mis en garde M. de Peretti.

En ce qui concerne le gel des primes pour les professionnels de l'hôtellerie-restauration, "c'est une piste que nous regardons de près. (...) Nous  avons tous intérêt à trouver une solution et à sortir tous par le haut de ce conflit", a poursuivi M. de Peretti, mettant en avant "l'esprit d'ouverture" des compagnies, alors que les assureurs doivent rencontrer lundi Bruno Le Maire.

Conflits autour des pertes d'exploitation

Depuis le mois de mars, le secteur de l'assurance a déployé diverses mesures de soutien à l'économie, qui vont d'une contribution de 400  millions d'euros au fonds public de soutien aux PME à un programme d'investissement de plus d'un milliard d'euros, en passant par diverses initiatives prises individuellement par les compagnies. Au total, ces mesures individuelles et collectives représentent 3,8 milliards d'euros d'engagements.

Lire aussi : Pertes d'exploitation et coronavirus : Axa condamné à indemniser cinq restaurateurs

Mais les assureurs sont accusés depuis le début de la crise sanitaire de ne pas en faire assez et des dizaines de contentieux entre restaurants et assureurs sur la couverture des pertes d'exploitation, qui sont rarement couvertes, ont été portées devant les tribunaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2020 à 14:08 :
Ce PDG d'Axa a de la chance d'être en France car aux USA ,son entreprise aurait dû faire face à des milliards de dollars en procédures judiciaires(Lawsuits) par ses assurés non indemnisés alors que les contrats stipulent que les assurés sont assurés contre tout type d'immobilisation de leurs activités dont ils ne sont pas responsables.
Par exemple ma salle de sport a sollicité l'assureur pour la perte d'exploitation et s'est vue refuser toute indemnisation.
a écrit le 07/12/2020 à 8:12 :
Attention axa ce sont les plus cher
a écrit le 07/12/2020 à 8:06 :
On sait très bien et il l'a déjà prouvé il veut se mêler de tout surtout quand il n'y connait rien. Ce personnage est très dangereux.
a écrit le 07/12/2020 à 1:29 :
La France et ses taxes. Tonneau des Danaides....
a écrit le 06/12/2020 à 21:30 :
L'administration ne comprend jamais rien au fonctionnement d'une entreprise, ce n'est pas nouveau...
a écrit le 06/12/2020 à 18:29 :
simple les assureurs n'ont pas eu je pense des sinistres pendant cette période...un peu plus de vols??? ils ne veulent pas couvrir les risques de pertes de recettes...c'est comme les voitures je ne roule presque plus depuis deux mois et j'ai pas coulé pendant trois mois au printemps...d'un coté on nous dit il y a moins de morts?? mais aussi le risque a diminué/ bel exemple de la part des aussureurs...pour eux la crise n'aura aucun effet curieux ce partage dans un seul sens
a écrit le 06/12/2020 à 17:25 :
Dire les faits, sans ambage: oui, il s'agit de chantage, donc de méthodes inacceptables de la part de l'état! Que l'état s'occupe de la sphère publique (il y a du boulot) et ne vienne surtout pas polluer le peu de productivité de la sphère privée.
Réponse de le 06/12/2020 à 18:50 :
Tu veux légitimer le vol au nom de la productivité ou du milieu de voleur privé?
Réponse de le 06/12/2020 à 18:52 :
Tu veux légitimer le vol au nom de la productivité ou du milieu de voleur privé?
a écrit le 06/12/2020 à 10:21 :
Pauvres assureurs dont la cupidité a largement contribué à la destruction de notre monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :