Bruxelles autorise l'Irlande à aider ses banques

 |   |  202  mots
Le ministre des Finances irlandais, Brian Lenihan
Le ministre des Finances irlandais, Brian Lenihan (Crédits : AFP)
De nouvelles inquiétudes planent sur la santé du secteur bancaire du pays, après l'abaissement par Moody's des notes de la plupart des banques lundi. La structure de défaisance nationale vient par ailleurs de racheter 71,2 milliards d'euros d'actifs pourris avec une forte décote.

La Commission européenne a donné son feu vert ce mardi pour les aides publiques que Dublin souhaite accorder aux banques irlandaises Anglo Irish Bank (près de 5 milliards d?euros), Allied Irish Banks (9,8 milliards) et INBS (2,7 milliards). "Anglo Irish Bank et INBS devront soumettre début 2011 [à Bruxelles, Ndlr] un plan prévoyant leur démantèlement, tandis qu'Allied Irish Bank devra soumettre un plan de restructuration révisé", a indiqué le commissaire à la Concurrence, Joaquin Almunia. Avant d?ajouter : "Les aides sont nécessaires pour s'assurer que ces institutions respectent leurs obligations respectives et aideront à préserver la stabilité financière en Irlande."

Nouvelles inquiétudes

Cette annonce intervient dans un contexte de nouvelles inquiétudes sur le secteur bancaire irlandais. Lundi, l?agence de notation Moody?s a annoncé l'abaissement de la note de crédit de cinq banques irlandaises, conséquence de la dégradation la semaine dernière de la note de la dette souveraine du pays. Peu après, la structure de défaisance créée par l?Etat irlandais pour recueillir les actifs toxiques, la Nama, faisait part du rachat de prêts immobiliers "pourris" à hauteur de 71,2 milliards d?euros, avec une décote moyenne de 58%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2010 à 17:01 :
Et on continue à faire du pseudo-capitalisme (capitalisme avec l'argent des autres, en l'occurence le contribuable). Pile je gagne et face tu perds :-)
a écrit le 21/12/2010 à 14:49 :
Jusqu'où accepterons nous d'endetter les citoyens et les pays pour sauver les banques et surtout leurs riches actionnaires? Rappelons que ceux qui prennent des risques doivent les assumer ou alors, assumons le collectivisme, nationalisons les actifs, laissons le passif aux actionnaires et changeons de paradigme
a écrit le 21/12/2010 à 13:22 :
L'UE a t'elle mis certaines conditions, par exemple, ne distribuer AUCUN bonus aux financiers de ces banques : vu les pertes colossales qu'ils ont causé, vu qu'ils ont réussi l'exploit de mettre en faillite un pays pourtant montré en exemple pendant des années par les ultra libéraux, ce serait la moindre des choses de ne pas récompenser ces financiers responsables d'une des pires catastrophes financières de ces dernières décennies.
Réponse de le 21/12/2010 à 15:40 :
La condition est mentionnée dans le texte : les deux principales concernées doivent soumettre à Bruxelles un plan de démantellement. En clair revendre les morceaux et disparaitre. C'est une manière de couper la poire en deux entre d'un coté la "juste sanction" (l'entreprise est en faillite et doit disparaitre) de l'autre pénaliser le moins possible les clients et les employés (les actifs seront progressivement repris des acheteurs)
a écrit le 21/12/2010 à 12:35 :
Décote de 58%... Beau résultat.
La FED rachète avec une décote de 77%....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :