Le "tombeur" de BNP Paribas débauché par le privé

 |   |  202  mots
Benjamin Lawsky a infligé une amende de 9 milliards de dollars à BNP Paribas.
Benjamin Lawsky a infligé une amende de 9 milliards de dollars à BNP Paribas. (Crédits : Reuters)
"L'ennemi numéro un des banques", Benjamin Lawsky pourrait rejoindre le secteur privé l'an prochain. Le magistrat est devenu célèbre en infligeant à BNP Paribas une amende de 9 milliards de dollars cet été.

C'est une promotion que se voit offrir Benjamin Lawsky, le juge new-yorkais également appelé le "tombeur" de BNP Paribas. Le magistrat qui dirige encore le département des services financiers pourrait rejoindre le secteur privé dès l'an prochain, d'après le Wall Street Journal.

C'est lui, l'homme qui a infligé une (très) lourde amende à la première banque française (9 milliards de dollars), et obtenu la tête de cadres de premier plan de l'établissement financier.

Un magistrat "zélé"

 Benjamin Lawsky, qui avait alors mobilisé les autres régulateurs comme le ministère de la Justice ou la Fed de New York à se joindre à lui dans ses investigations contre BNP Paribas, est connu pour son zèle qu'il justifie par les défaillances des autres régulateurs dans la lutte contre les pratiques bancaires.

« Quand ce n'est pas le blanchiment d'argent, c'est l'évasion fiscale. Quand ce n'est pas l'évasion fiscale, c'est la manipulation des taux de change. On en vient franchement à se demander à quoi servent les régulateurs ! », s'agaçait-il dernièrement.

En 2012 déjà, Benjamin Lawsky s'était illustré en imposant à la banque britannique Standard Chartered une amende de 350 millions de dollars pour blanchiment d'argent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2014 à 12:50 :
travaille pour Israël, pas l’Amérique. Il combat toute banque qui commerce avec l'Iran.
a écrit le 17/11/2014 à 23:50 :
Il a bien préparé son coup avec son nouvel employeur, bien-sûr.
a écrit le 17/11/2014 à 11:24 :
voila commet on neutralise un grand serviteur de l'état qui empêche les privés de jouer ensemble sur le dos des citoyens...
Réponse de le 17/11/2014 à 12:06 :
car personne ne l'a obligé à accepter : il a fait son choix librement et certainement qu'il n'a pas pu (ou su) refuser le salaire proposé !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :