La Suisse veut inculper celui qui a révélé la fraude fiscale de HSBC

La justice suisse a annoncé jeudi la mise en accusation pour espionnage économique et violation du secret bancaire d'Hervé Falciani, l'ex-informaticien de la banque HSBC. Il avait transmis à la France et à l'Espagne des fichiers relatifs à plusieurs milliers de comptes bancaires.
Né à Monaco, Hervé Falciani, qui détient la double citoyenneté française et italienne, a travaillé au service informatique d'HSBC entre 2006 et 2008.
Né à Monaco, Hervé Falciani, qui détient la double citoyenneté française et italienne, a travaillé au service informatique d'HSBC entre 2006 et 2008. (Crédits : Reuters)

Sa défense n'a pas convaincu. Hervé Falciani avait expliqué avoir transmis des données de HSBC pour aider les gouvernements à traquer les fraudeurs qui se servent de comptes en Suisse pour se soustraire au fisc. Mais la justice helvète a décidé jeudi 11 décembre de le mettre en accusation pour espionnage économique et violation du secret bancaire.

Des informations "monnayées"

Le ministère public de la Confédération helvétique (MPC) affirme qu'il a "rassemblé des informations tant personnelles que financières sur la clientèle de la banque, qui lui ont permis d'établir des profils complets de clients qu'il a - selon les constatations du MPC - monnayés du moins durant la première phase de son activité au Liban".

"Ce ressortissant franco-italien, présenté parfois comme un héros à l'étranger, est désormais appelé à répondre devant un tribunal suisse des faits qui lui sont reprochés, le droit suisse n'excluant pas une procédure par défaut lorsque l'accusé est absent", poursuit le parquet dans un communiqué.

Informaticien devenu "lanceur d'alerte"

Né à Monaco, Hervé Falciani, qui détient la double citoyenneté française et italienne, a travaillé au service informatique d'HSBC entre 2006 et 2008.

Arrêté en Espagne durant l'été 2012, il a été remis en liberté et la justice espagnole a rejeté une demande d'extradition vers la Suisse. Il vit aujourd'hui en France.

"Lutter contre la corruption m'a valu beaucoup d'ennuis. J'y ai aussi gagné la satisfaction d'accomplir, avec d'autres, mon devoir de citoyen", déclare-t-il dans un entretien publié mardi par le quotidien français La Croix.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 12/12/2014 à 13:11
Signaler
Peu importe cet homme, les preuves du vol sont la et ça dure deouis 1932 je crois le pseudo pays neutre..

à écrit le 11/12/2014 à 23:26
Signaler
Il serait bien que le journaliste ait quelques connaissances juridiques car il dit des âneries, il a commis une soustraction de données clients et violation de secrets commerciaux, au lieu de dire des âneries sur le franco italien, lien entre la mafi...

à écrit le 11/12/2014 à 20:17
Signaler
Qd le reve deviant la realite. A qd une contre-attaque du Luxembourg, des iles caimans ...

à écrit le 11/12/2014 à 19:45
Signaler
Cet homme a voulu monnayer ses fichiers à des concurrents. Ensuite il a joué la carte anti-corruption. C'est un malin qui a fait une boulette. Sa vie est cuite. Il a trahi son employeurs.

le 11/12/2014 à 21:40
Signaler
Dénoncer une fraude est une obligation; le traitre dans l'histoire, c'est l'employeur lui-même qui a commis une fraude massive.

à écrit le 11/12/2014 à 18:55
Signaler
Mais cela n'inquiète personne que le fichier original ne soit pas celui dont on parle le plus souvent. Il semblerait qu'il ai été "nettoyé" avant d'etre transmis au Fisc. Alors on transmet TOUT ou on transmet pas ! Cela aura eu le mérite que les gran...

à écrit le 11/12/2014 à 18:26
Signaler
Et dire que la Suisse est dans les 10 premiers du classement bidon de Transparency International.

à écrit le 11/12/2014 à 18:25
Signaler
La Suisse veut inculper celui qui a révélé la fraude fiscale de HSBC ... il faut retitrer les voyous en bandes organisées de la finance pourrie veulent poursuivre "un juste" qui mérite d'être protégé par les Peuples ...

à écrit le 11/12/2014 à 18:11
Signaler
La Suisse a tout à fait raison, si c'était une affaire d'espionnage avec une banque française et Falciani était Suisse, vous croyez qu'on allait laisser tomber ce pseudo "paladin anti-corruption" ? mon oeil !

le 11/12/2014 à 21:43
Signaler
Cette banque a commis une fraude massive; c'est une grosse erreur diplomatique de la Suisse de vouloir protéger ces fraudes et punir celui qui l'a révélée. QU'on remercie ce typer au lieu de le punir stupidement.

à écrit le 11/12/2014 à 17:44
Signaler
Evident que la clarté gène beaucoup, dans les sombres méandres de fraude fiscale... Le parallèle avec la futur suppression du projet de taxe tobin est flagrant. Les pauvres doivent ignorer...

à écrit le 11/12/2014 à 17:34
Signaler
J'espère bien qu'il aille croupir en Prison, c'est quoi son délire ? et tout ça pour du Fric bonjour la grande leçon de morale !

le 11/12/2014 à 21:44
Signaler
Ceux qui doivent croupir en prison, ce sont les fraudeurs : les coupables de HSBC, et leurs clients fraudeurs. Ne vous trompez pas de cible.

à écrit le 11/12/2014 à 17:14
Signaler
Un lanceur d'alerte ne se rend pas au Liban sous un faux nom accompagné de sa maitresse, complice et collègue de bureau pour vendre les informations récupérées chez son employeur. 1) La justice suisse a arrêté le personnage après avoir été averti ...

le 11/12/2014 à 17:20
Signaler
a moins qu'un client ne lui fasse une proposition qu'il ne pourra refuser(je sais je regarde trop de films)

le 11/12/2014 à 17:53
Signaler
et les fraudeurs, on les élève au rang de"grands croix de la légion d'honneur" il ne faut quand même pas se foutre du monde.

le 11/12/2014 à 21:31
Signaler
@celthic Tellement d'accord avec vous, mais cette vision des choses n'est malheureusement pas partagée par la majorité...

le 11/12/2014 à 21:45
Signaler
Aux USA, les lanceurs d'alerte sont payés des millions... Ils méritent une juste récompense pour les risques pris.

à écrit le 11/12/2014 à 17:00
Signaler
On veut mettre en examen le lanceur d'alerte et pendant ce temps on tente de blanchir Woerth sur la vente plus que contestée de l'hyppodrome de compiègne. Cherchez l'erreur.

à écrit le 11/12/2014 à 16:49
Signaler
inculper un saint, triste époque, triste pays...

le 11/12/2014 à 17:01
Signaler
Les saints n'ont jamais fait payer leurs dénonciations plusieurs millions d'euros....

le 11/12/2014 à 21:36
Signaler
Il y a quand même des ravis de la crèche parmi les commentateurs sur ce site...

à écrit le 11/12/2014 à 16:45
Signaler
Après avoir vendu tres cher tout cela à la France, il ne peut plus placer son pactole en Suisse !!

le 11/12/2014 à 18:26
Signaler
il paiera ses impôts sur les plus values comme tout le monde

à écrit le 11/12/2014 à 16:44
Signaler
Pendant l'occupation il y avait aussi des " lanceurs d'alertes"!

le 11/12/2014 à 17:10
Signaler
Ils en ont pas lancé assez ???

le 11/12/2014 à 17:35
Signaler
penjdant l'occupation il y avait beaucoup de lanceurs d'alertes qui pour leur survie en ont fait tué beaucoup : cela ce sont appelés des collaborateurs et ils ont connu un sort difficile à la liberation !!!

à écrit le 11/12/2014 à 15:57
Signaler
Le lanceur d’alerte est la version moderne du bon vieux cafard.

le 11/12/2014 à 17:16
Signaler
la sémantique:un aveugle=un mal voyant,une balance= un lanceur d'alerte,un menteur=un diseur de contrevérités,un chômeur = un sans emploi

le 11/12/2014 à 21:49
Signaler
Votre vocabulaire est totalement faux : un aveugle ne voit rien, contrairement aux malvoyants; qui voient mais mal, visiblement vous n'y connaissez rien, il serait temps d'apprendre avant de dire de pareilles stupidités.

le 11/12/2014 à 22:44
Signaler
"aveugle" et "mal voyant" sont deux notions TOTALEMENT DIFFERENTES !!!! Regardez un dictionnaire SVP !!! Vous confondez stupidement avec "non voyant" !!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.