BPCE améliore sa rentabilité en réduisant nettement le coût du risque

 |  | 426 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : reuters.com)
BPCE a annoncé une hausse de 4,4% de son bénéfice net en 2014, et une hausse de 2,3% de son PNB. BPCE confirme également son nouveau partenariat avec CNP Assurances.

Le groupe bancaire BPCE a vu son bénéfice net augmenter de 4,4% en 2014 à 2,9 milliards d'euros, à la faveur de la baisse des provisions passées pour faire face aux risques d'impayés sur les crédits. Ce coût du risque a reculé de 13% l'an passé à 1,8 milliard d'euros, selon un communiqué publié jeudi. Il avait déjà connu un repli en 2013, de 7,2%.

Partenariat avec CNP Assurances

Le groupe bancaire indique en outre que son nouveau partenariat avec CNP Assurances, reposant sur trois volets, est définitivement validé pour une entrée en vigueur le 1er janvier 2016. Il concerne l'assurance des emprunteurs collective, la prévoyance collective, ainsi que la prévoyance individuelle.

Cette coopération renouvelée entre les deux groupes est née de la volonté de BPCE de vouloir confier à sa filiale Natixis la gestion des contrats d'assurance-vie ouverts dans les Caisses d'Epargne à partir du 1er janvier 2016, à l'échéance du partenariat actuel entre CNP Assurances et BPCE, alors que c'était CNP Assurances qui s'en occupait jusqu'alors.

PNB en hausse

BPCE est engagé dans un plan stratégique couvrant la période 2014-2017, dont l'un des objectifs est de parvenir à un résultat net de 4 milliards d'euros.

Le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires) a augmenté de 2,3% à 23,6 milliards d'euros, tandis que les frais de gestion ont eux aussi progressé mais à un rythme inférieur (+1,2% à 16,3 milliards).

En ne prenant en compte que les métiers récurrents, dont la banque commerciale et l'assurance, le bénéfice net a grimpé de 4,8% à 3,4 milliards d'euros, pour un PNB en hausse de 2,3% à 22,0 milliards.

La solvabilité nettement renforcée

Le groupe bancaire a nettement renforcé sa solvabilité: son ratio de fonds propres "dur" (apports des actionnaires et bénéfices mis en réserve rapportés aux crédits consentis) atteignait 12% fin décembre, selon les règles de Bâle III, soit une amélioration de 160 points de base (1,6 point de pourcentage) en un an.

A ce niveau élevé de 12%, BPCE a déjà atteint un autre de ses objectifs de son plan stratégique puisqu'il s'agit du seuil minimum qu'il visait. Au niveau des réseaux, Banque Populaire a vu son PNB augmenter de 1,5% en 2014 à 6,4 milliards d'euros. Caisse d'Epargne, pour sa part, a connu une croissance de ses revenus de 0,4% à 7,1 milliards d'euros.

"2014 a été une bonne année pour le groupe BPCE, dynamique et constructive. L'activité commerciale en France a été soutenue, en dépit d'un environnement économique atone", a relevé son président du directoire, François Pérol, cité dans le communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2015 à 15:21 :
BPCE devra fusionner ses différentes entités et surtout démutualiser rapidement. On attend une concentration souhaitable dans la banque dont on espérait déjà la mise en oeuvre par Sarkozy. Las les trous des mutuelles sont si profonds qu'il faut des années pour les boucher et des siècles pour les bouger. La banque postale devrait fermer et CIC-Crédit Mutuel se trouver distribué sur les acteurs en place. Comme il est dit ailleurs CNP ferait bien de reprendre Groupama dégagé de la Société Générale. Bien entendu les différentes filières d'assurances mutuelles devront se rassembler pour ne plus constituer qu'une seule société privée. Doit-on attendre que Google bank explose tout ça ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :