Banques : cap sur les dividendes !

La Banque centrale européenne a confirmé vendredi la fin des restrictions en matière de distribution du résultat aux actionnaires, sous la forme de dividendes ou de rachat d’actions. Une annonce anticipée par les marchés mais qui devrait cependant soutenir le rebond du secteur en Bourse. Depuis la crise financière de 2008, les valeurs bancaires sont devenues des valeurs de rendement compte tenu d’une décote qui oscille autour de 50% de l’actif net.

4 mn

La BCE devrait rester vigilante sur les politiques de distribution de dividendes.
La BCE devrait rester vigilante sur les politiques de distribution de dividendes. (Crédits : Reuters)

C'est désormais officiel. La Banque centrale européenne (BCE) lèvera, fin septembre, comme prévu, les restrictions imposées aux banques sur les rachats d'actions et le paiement de dividendes. La décision était très attendue par le secteur.

« La BCE a décidé de ne pas prolonger au-delà du mois de septembre 2021 sa recommandation aux banques de limiter les dividendes », a indiqué un communiqué diffusé vendredi après clôture de la Bourse. Toutefois, le superviseur restera attentif aux politiques de distribution de dividendes ou de rachats d'actions, en appelant le secteur « à la prudence » dans ce domaine, et de ne pas « sous-estimer » le risque de crédit.Pour l'heure, les banque se montrent très confiantes sur la maitrise du coût du risque, une communication qui tranche singulièrement avec le discours des banquiers centraux.

A partir d'octobre prochain, la banque centrale poursuivra sa revue des 114 banques européennes sous sa supervision directe pour évaluer, « au cas par cas », le niveau des fonds propres et les politiques de distribution, selon les modalités en vigueur avant la pandémie.

Cette décision confirme le scénario de la BCE de rebond de l'économie en zone euro, même si la présidente de l'institution monétaire, Christine Lagarde, s'est récemment inquiétée de la remontée des cas de Covid-19 en confirmant le maintien de sa politique monétaire accommodante. D'ailleurs, la baisse des taux sur les marchés indique également une certaine nervosité des marchés sur l'ampleur de la reprise de la croissance dans les prochains mois.

30 milliards d'euros mis de côté

L'an dernier, la BCE avait imposé des restrictions sur la redistribution des résultats aux actionnaires afin de s'assurer que les banques préservent leurs fonds propres pour faire face au choc économique provoqué par les mesures de confinement et continuent de financer les entreprises. Selon la BCE, quelque 30 milliards d'euros ont ainsi été préservés depuis le début des restrictions. A la fin mars 2020, la BCE avait imposé une période de gel complet des dividendes et rachat d'actions, avant d'assouplir le dispositif. Depuis décembre ; les banques devaient plafonner leur versement à 15 % du résultat net cumulé sur 2019 et 2020 ou à 20 points de base du ratio de fonds propres CET1.

La levée des restrictions était largement anticipée par les marchés. Toutefois, son annonce anticipée pourrait soulager un secteur à la peine depuis un mois, après avoir connu un rally spectaculaire (+50% en moyenne) depuis la fin de l'année dernière, rattrapant une partie du terrain perdu au plus fort de la crise sanitaire.

Les marchés sont désormais moins optimistes sur l'ampleur de la reprise économique et les taux d'intérêt sont repartis à la baisse, à la faveur d'un fly to quality et d'une moindre appétence au risque. La rotation sectorielle en faveur des valeurs cycliques, dont les banques, s'est donc largement essoufflée et les valeurs de croissance reviennent sur le devant de la scène.

Politiques de distribution plus généreuses

La BCE était également soucieuse de ne pas handicaper le secteur bancaire européen par rapport aux banques américaines ou britanniques. Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale a autorisé en juin dernier le secteur à reprendre, sans restriction, la distribution du résultat aux actionnaires. Et la Banque centrale d'Angleterre (BoE) a suivi dans la foulée. « C'est une question d'attractivité dans un univers de concurrence internationale », avait d'ailleurs souligné en mai dernier le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau.

Alors que les banques européennes s'apprêtent à publier leurs résultats semestriels, après un premier trimestre globalement solide, grâce notamment aux activités de banque d'investissement et de marchés, les analystes s'attendent à des politiques de distribution plus offensives, pour combler une partie du retard pris en 2020. C'est le message du moins de nombreuses banques, dont BNP Paribas, première capitalisation boursière de la zone euro.

Largement décotées par rapport à leur actif net depuis la crise financière de 2008 (en moyenne 50% de l'actif net), les valeurs bancaires sont progressivement devenues des valeurs de rendement, soutenues par des politiques de distribution de dividendes généreuses (avec un taux de distribution d'au moins 50%). Le taux de rendement de l'action peut ainsi dépasser les 10% pour certaines grandes banques, comme ING et KBC. En France, le rendement estimé sur 2021 des titres BNP Paribas et Société Générale oscille autour de 6%.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 24/07/2021 à 23:12
Signaler
On paye des taxes quand on vend des trucs d'occasions sur le bon coin ,on paye dès 2€ quand on achète un konnerie sur un site chinois,ect ,Par contre les ultra milliardaires ne payent aucun impôts ! De plus, ils polluent avec leurs nouveaux jouets d...

le 26/07/2021 à 5:05
Signaler
Colbert disait au roi qui voulait taxer les riches nobles qu'il valait mieux s'en prendre aux pauvres, bcp plus nombreux. Rien n'a change.

à écrit le 24/07/2021 à 16:37
Signaler
Les actionnaires milliardaires ces gens qui s'aiment tellement, se félicitant de se féliciter, s'admirant de s'admirer leur égocentrisme qui détruit le monde en ronflant n'ayant visiblement aucune limite. Ils vivent pour eux et seulement eux, devant ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.