La Banque de France est favorable au retour à la distribution des dividendes

 |  | 848 mots
Lecture 5 min.
Le gouverneur de la Banque de France souligne la solidité des fondamentaux des banques françaises qui doivent désormais privilégier la rentabilité.
Le gouverneur de la Banque de France souligne la solidité des fondamentaux des banques françaises qui doivent désormais privilégier la rentabilité. (Crédits : Axel Schmidt)
Le gouverneur François Villeroy de Galhau s’est montré confiant sur la solidité des banques françaises. Il estime que la priorité doit être désormais donnée à la rentabilité des établissements. Il a également écarté les critiques des professionnels de l’immobilier sur l’accès au crédit à l’habitat.

« Être sage avec sobriété ». En paraphrasant Molière, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a souhaité délivrer, ce vendredi, un message à la fois confiant et prudent aux institutions financières, lors de conférence annuelle de l'ACPR, l'autorité de régulation.

Il s'est ainsi déclaré favorable à un retour « prudent » à la distribution de dividendes dans le secteur bancaire, selon des modalités qui devront être discutées au sein de l'instance de supervision européen. Depuis le début de la crise sanitaire, la Banque centrale européenne (BCE) avait en effet fermement recommandé aux banques de suspendre leur dividende en 2020, au titre de l'exercice 2019.

Fondamentaux solides

Le gouverneur avance deux arguments à ce retour aux dividendes. Tout d'abord, il a souligné la capacité de résistance des institutions financières face à la crise. Certes, le résultat agrégé des quatre principaux groupes bancaires a reculé de 39% à 11 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année, notamment...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2020 à 12:48 :
les banques ne sont soumises comme les autres entreprise a la faillite
ou cession d'activité
et de ce fait ne doivent pas avoir d'actionnaire
donc pas de dividende
mais une gestion sans facturation de frais de gestion
a écrit le 29/11/2020 à 11:22 :
Les banques sont des entreprises privées. La banque de France qui ne sert plus à grande chose (sauf à verser des salaires mirobolants) depuis la création de la BCE est de droit public.
Les banques doivent respecter les règles prudentielles. Elles auront bientôt besoin de renforcer leur fonds propres bientôt face à l'avalanche des créances douteuses. Une distribution de dividende serait complétement anachronique, fautive, et incomprise.
a écrit le 29/11/2020 à 10:21 :
Les actionnaires ne seraient rien sans les travailleurs. Et pourtant depuis 30 - 40 ans, ce sont eux qui engrangent tous les bénéfices réalisés. Leur avidité est sans limites.
a écrit le 29/11/2020 à 8:19 :
reduire les frais d'exploitation des clients
et augmenter les salaries
a écrit le 28/11/2020 à 20:10 :
C'est vrai que face à notre montagne de dettes il va nous falloir du capital, beaucoup de capital investi pour rembourser
a écrit le 28/11/2020 à 9:54 :
Un tiers pour les actionnaires, allez 34% si ils veulent vraiment mais pas un millième de plus, un autre tiers pour les salariés et un dernier tiers pour l'investissement voilà ce qui a tué l'économie, d'avoir méprisé cette règle pour une économie vertueuse.
a écrit le 28/11/2020 à 7:23 :
réduire les frais d'exploitation
c'est ce que l'on demande
a cette personne de publier sa remuneration comme son confrere d'outre Rhin le silence est de mise

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :