Leasing auto : Pourquoi Société Générale réalise la plus grosse acquisition de son histoire

La banque française et les actionnaires de LeasePlan ont signé un protocole d’accord en vue de l'acquisition par ALD, filiale de Société Générale, de LeasePlan, pour un montant de 4,9 milliards d'euros. Une opération qui permettra à ALD de doubler de taille, pour une capitalisation d'environ dix milliards d'euros. Elle s'inscrit surtout dans la stratégie de Société Générale visant à créer un troisième pilier de croissance autour des mobilités, aux côtés de la banque de détail et de la banque d'investissement.

7 mn

Le groupe compte faire du leasing et de la mobilité le troisième pilier de ses activités d'ici 2030.
Le groupe compte faire du leasing et de la mobilité le troisième pilier de ses activités d'ici 2030. (Crédits : Benoit Tessier)

C'est la plus importante acquisition jamais réalisée par Société Générale. Le groupe bancaire a annoncé officiellement ce matin le rachat de LeasePlan, le numéro un européen du leasing automobile (flotte de 1,8 million de véhicules).

L'acquisition sera réalisée par la filiale cotée de Société Générale, ALD, numéro deux européen (1,7 million de véhicules), pour un montant global de 4,9 milliards d'euros, en titres et en cash, soit sur une base de valorisation équivalente à celle de ALD, «C'est une fusion entre égaux», précise Frédéric Oudéa, directeur général de Société Générale, lors d'un point presse jeudi.

D'ici la fin 2022, le nouveau groupe combiné, avec un parc total de 3,5 millions de véhicules, devrait représenter (en pro forma sur les chiffres au 30 septembre 2021) un total de bilan de 43 milliards d'euros, un résultat de quelque 1,5 milliard et une capitalisation boursière de l'ordre de 10 milliards d'euros.

La  banque restera l'actionnaire majoritaire de  « New ALD », société basée en France, avec 53% du capital, aux côtés des actionnaires actuels de LeasePlan (30, 75%) et d'un flottant plus important. Le montant en cash s'élève à 2 milliards d'euros, dont 1,3 milliard financé par ALD, via une augmentation de capital avec des droits préférentiels de souscription.

Troisième pilier

« La combinaison d'ALD et de LeasePlan a du sens d'un point de vue stratégique et permettra au groupe d'évoluer vers une activité avec des revenus récurrents en forte croissance et d'une rentabilité élevée », relève le courtier Jefferies, à l'achat sur la valeur bancaire.

Selon le communiqué, la transaction sera créatrice de valeur, avec une « relution du bénéfice net par action d'environ 20% » pour le nouveau groupe ALD et « supérieure à 5% pour Société générale dès 2024 », avec une rentabilité globale de la banque augmentée de 80 points de base à cet horizon. Après intégration, l'objectif du nouveau groupe sera d'atteindre une croissance organique d'au moins 6 % par an, à partir de 2025.

Dans un entretien accordé à La Tribune, Frédéric Oudéa, directeur général de la banque française, avait précisé sa vision : « Cette opération permettrait également à l'horizon 2030 de créer un troisième pilier d'activités pour le groupe Société Générale, celui des solutions de mobilité qui viendrait compléter nos piliers banque de détail et banque de financement et d'investissement ».

Nouvel élan stratégique

Cette opération est le fruit d'une longue réflexion, initiée dès l'introduction en Bourse de la filiale ALD en 2017. «Le temps de la stratégie dépasse parfois le temps des marchés», avance Frédéric Oudéa.

Le rachat de LeasePlan représente incontestablement un joli coup pour Société Générale, un an après les résultats calamiteux de la banque sur 2020. Il lui permet de créer un leader incontesté sur une marché à la fois en croissance, rentable (bien plus que le crédit à la consommation) et relativement économe en fonds propres. Selon les calculs de la banque, l'opération devrait se traduite par une hausse de 80 points de base de la rentabilité du groupe pour un coût en capital CET1 limité à 40 points de base.

Mais, surtout cette annonce intervient à un moment clé de revalorisation de la banque auprès des investisseurs, plus confiants dans la stratégie et la capacité de rebond, après plusieurs années de restructurations et d'interrogations sur la stratégie.

«Il faut parfois s'inspirer de la conduite des entreprises familiales qui savent avoir des temps longs adaptés au transformations. Cette transaction est un aboutissement d'un effort dans la durée mais elle mise aussi sur la transformation de ce métier dans les quinze ans à venir. Ces acquisitions doivent se juger dans la durée. Dans le même esprit, Boursorama (la banque en ligne du groupe, NDLR) sera un actif qui fera la différence dans les dix prochaines années. Jamais nous avons abordé une année avec autant de projets créateurs de valeur, dans une vision stratégique qui dépasse les trois prochaines années», commente Frédéric Oudéa.

Offensive des banques sur le leasing

Sur leasing auto, Société Générale détient désormais une bonne longueur d'avance sur ses concurrents, en premier lieu, le groupe Arval (1,4 million de véhicules), filiale de BNP Paribas qui affiche également de fortes ambitions de croissance. De son côté, Crédit Agricole tente de prendre le train en marche, grâce notamment à son partenariat stratégique signé avec le constructeur automobile Stellantis.

Car les banques se positionnent de plus en plus sur le leasing automobile, qui surfe à la fois sur les changements de consommation (usage versus propriété) et les innovations technologiques (basculement du parc automobile vers l'électrique).

Entre 2012 et 2020, le leasing automobile est passé de 11% à 42% des ventes de voitures neuves pour les particuliers. Et il représente même 82% des ventes aux sociétés, le plus gros segment du marché du neuf (plus de la moitié sur les véhicules neufs). Porté par des taux historiquement bas, le leasing facilite l'achat de voitures plus haut de gamme puisqu'il permet de lisser le prix d'achat élevé grâce au bon niveau de revente, tandis que les marques généralistes sont pénalisées par une plus forte décote à la revente.

Transformation du modèle

Pour les constructeurs automobiles, c'est donc une véritable aubaine puisque le leasing tire le prix unitaire vers le haut, avec toujours plus d'options. Avec l'arrivée de la voiture électrique, le leasing s'avère encore plus pertinent puisqu'il intègre dans son « loyer » le faible coût de maintenance de ces véhicules mais aussi permet de contourner l'écueil à la fois du prix élevé à l'achat et de la méconnaissance actuelle de la valeur résiduelle d'un véhicule électrique.

Mais surtout, le leasing revêt un intérêt stratégique dans la profonde transformation sectorielle en cours. Avec la fin de la propriété directe et l'avènement d'une société de la mobilité et du service à la demande, les leasers ont une place de choix.

Que ce soit l'autopartage, le covoiturage ou des nouvelles solutions de mobilité et les services associés, les business model auront toujours besoin d'être financés. Pour certains observateurs, le centre de gravité de la chaîne de valeur de la mobilité de demain va inéluctablement se diriger vers les financeurs.

D'ailleurs, certains leasers ont commencé à intégrer leur propre offre de mobilité. De leur côté, les constructeurs automobiles tentent de rationaliser leurs activités de financement en multipliant les accords avec les banques pour garder le contact avec cette nouvelle clientèle.

C'est dans cette transformation du modèle que les effets de taille devraient jouer à plein : il est plus facile de développer des services innovants sur un parc de 3 millions de véhicules que sur un parc d'un million. Plus que le financement, ce sont les nouveaux services de mobilité qui seront le nerf de la guerre. Et c'est bien là tout l'intérêt du rapprochement d'ALD et de LeasePlan. Car, comme nous le confie Frédéric Oudéa, «l'histoire du nouveau groupe ALD reste à écrire»

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.