Ces Fintech qui boostent la trésorerie des PME

 |   |  1321  mots
(Crédits : DR)
Particulièrement sensibles aux délais de paiement qui affectent leur trésorerie, les petites et moyennes entreprises sont paradoxalement peu équipées en produits financiers leur permettant de préserver leurs fonds immédiatement disponibles. Plusieurs startups du monde de la finance développent des offres en ligne pour y remédier.

En 2018, un peu plus de 54.000 PME françaises ont mis la clé sous la porte, selon les statistiques de la Banque de France. Dans plus de 20% des cas, la faillite était dû aux délais de paiement qui affectent leur besoin de trésorerie. Les retards de paiement leur coûtent ainsi près de 16 milliards d'euros de trésorerie par an, selon une estimation de la banque centrale. Or, les produits financiers qui permettent d'optimiser la gestion de ces fonds immédiatement disponibles, comme le crédit de trésorerie, l'affacturage ou encore l'assurance crédit, sont paradoxalement peu utilisés par les petites et moyennes entreprises,  leur conception et leur mode de distribution étant pensés pour les entreprises de plus grandes tailles.

Ainsi, près d'un tiers des demandes de crédits de trésorerie effectuées par des TPE sont refusées par les banques, selon une étude de la Banque de France. Concernant le marché de l'affacturage, le taux de pénétration parmi les PME ne dépasse pas 5% selon l'association des sociétés financières (ASF). C'est deux fois moins qu'au Royaume-Uni. Pis, celui de l'assurance crédit chez les PME stagne aux alentours de 0,25%.

Plusieurs startup du monde de la finance, que l'on appelle les Fintech, ont décidé de s'emparer de cette opportunité de marché. La plus mature est Finexkap. Lancée en janvier 2015, cette startup a développé une plateforme en ligne d'affacturage, qui consiste à racheter des factures non payées aux entreprises pour leur apporter de la trésorerie. Ce marché en pleine expansion, a dépassé 320 milliards d'euros en 2018, en hausse de 10,2% sur un an, selon les derniers chiffres de L'ASF. Il est dominé par les groupes bancaires, avec en tête Eurofactor (Crédit Agricole), Société Générale Factoring et Natixis Factoring.

Finexkap, un Petit Poucet sur le marché de l'affacturage

En juin dernier, Finexkap a levé 7 millions d'euros dans le cadre d'une augmentation de capital et a gonflé son véhicule de financement de 32 millions d'euros. Objectif : financer un milliard d'euros de factures par an d'ici 2021. Depuis son lancement commercial, elle a octroyé près de 300 millions d'euros de financement de trésorerie, dont 110 millions d'euros en 2018. La startup entend en financer entre 200 et 250 millions d'euros cette année et vise la rentabilité en 2020. Son dirigeant reconnaît toutefois que son développement a été moins rapide que prévu.

« Nous sommes plus petits qu'un Petit Poucet sur ce marché. En France, la structure du marché du financement des PME est dominée par les banques. Nous sommes également très peu connus et une évangélisation est nécessaire », nous expliquait-il lors d'une précédente interview.

Née à Londres, mais cofondée par le français Louis Carbonnier, la Fintech Hokodo s'est elle spécialisée dans l'assurance crédit, qui permet à une entreprise de s'assurer contre les factures impayées. Cette assurance comprend une analyse financière des clients de l'entreprise pour prévenir le risque d'un impayé, la prise en charge des opérations de recouvrement et le versement d'une indemnité en cas de non paiement, explique sur son site Euler Hermes (Allianz), un des poids lourds du secteur, avec 53% des parts de marché en France, aux côtés notamment de Coface, dont Natixis (groupe BPCE) détient 41,7% du capital.

Hokodo protège les PME des factures impayées

"Aujourd'hui, l'assurance crédit est distribuée de manière très intermédiée via des courtiers qui se concentrent sur des grands comptes dans l'espoir d'optimiser leurs démarches, explique Louis Carbonnier, passé justement chez Euler Hermes. Par ailleurs, dans un modèle classique, un assureur oblige l'entreprise cliente à lui confier la globalité de son chiffre d'affaires sur une période d'un an. Sur des revenus annuels de 10 millions d'euros, cela peut représenter une facture de 25.000 euros. C'est très engageant pour une petite entreprise qui ne connaît pas très bien ce produit", poursuit-il.

Pour surmonter ces écueils, Hokodo, qui emploie une vingtaine de personnes et opère en tant que courtier en s'appuyant sur le réassureur Scor, propose une approche à l'usage et non aux volumes. "Nous proposons une assurance à la facture très transparente. Pour une facture de 1000 euros, le coût pour la PME varie entre 2 et 12 euros selon le délai de paiement et le profil de risque de son client", indique l'entrepreneur.

 Après avoir levé 2 millions d'euros en septembre 2018 auprès du fonds de capital-risque spécialisé dans les Fintech Anthemis, Hokodo vient de décrocher une bourse de 2 millions d'euros auprès de la Commission européenne dans le cadre du programme H2020. Cet argent frais lui permettra de financer son lancement en France, où elle compte déjà une équipe de 6 personnes basée à Paris, prévu à la rentrée et en Allemagne.

"Notre objectif est d'atteindre plus de 100 millions d'euros de factures assurées sur les 12 mois qui courent, du 1er juillet 2019 à fin juin 2020", indique Louis Carbonnier.

Des produits financiers intégrés à d'autres plateformes

Comme Finexkap dont la solution est intégrée à des logiciels de facturation, de comptabilité ou à des places de marché, Hokodo mise sur le concept de la "finance intégrée" pour grossir. L'idée ? Brancher sa solution au sein d'outils qu'utilisent quotidiennement les PME.

"Nous voulons reproduire dans les services B2B ce qui a été réalisé, il y a 20 ans, dans l'assurance voyage. Il faut pouvoir proposer le produit d'assurance au moment de la transaction", schématise l'entrepreneur.

Ce concept d'intégration a également été adopté par la Fintech RollingFunds, créée par Arnaud Soubien, qui n'est autre que l'ancien directeur général adjoint de Finexkap. Spécialisée dans le crédit de trésorerie, elle a développé un modèle original de financement dédié aux TPE et PME, qui consiste à proposer à des grandes sociétés qui traitent avec plusieurs centaines de petites entreprises de leur faciliter l'accès au crédit, en mettant à leur disposition une technologie basée sur l'intelligence artificielle capable de traiter en temps réel leurs demandes de crédits court terme.

Très concrètement, une place de marché en ligne pourra, avec RollingFunds, proposer sur son interface en ligne une offre de crédit de trésorerie dédiée aux vendeurs de sa marketplace. Autre exemple avec un grand groupe pétrolier, qui pourrait proposer ce même service aux transporteurs avec qui il travaille.

La réponse des banques

L'intérêt d'un tel dispositif ? Ces grandes entreprises, en contact avec des plus petites, disposent de nombreuses données à leur égard, qui, selon RollingFunds, permettent une meilleure appréciation du risque. L'opérateur d'une marketplace peut ainsi détenir des informations sur la dynamique des ventes d'un vendeur ou encore connaître son taux de satisfaction client. En offrant ce type de services aux petites entreprises avec qui elles travaillent, les plus grandes structures peuvent espérer une augmentation de leur volume d'affaires ou s'assurer qu'il n'y ait pas de rupture dans la chaîne d'approvisionnement.

Grâce à leur maîtrise des données et à leurs architectures informatiques souples, ces jeunes poussent espèrent tirer leur épingle du jeu. Mais la concurrence est rude. Dans l'affacturage, la startup belge Edebex est très présente sur le marché français. Outre-Manche, marché où la finance alternative est beaucoup plus plébiscitée par les PME, la Fintech MarketInvoice a déjà financé plus d'un milliard de livres de factures depuis son lancement en 2011. A plus long terme, Hokodo prévoit, elle aussi, de se lancer dans l'affacturage puis dans le crédit de trésorerie. Face à l'agilité de ces Fintech, les établissements traditionnels, eux aussi, réagissent. Il y a 18 mois, Crédit Agricole a lancé Cash in Time, une plateforme d'affacturage en ligne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :