Coface : « aucune discussion » sur une offre assure Natixis (BPCE)

 |   |  510  mots
Répartition de l'actionnariat de la Coface au 30 juin 2019.
Répartition de l'actionnariat de la Coface au 30 juin 2019. (Crédits : Coface)
La banque Natixis affirme qu'aucune discussion n'est susceptible à ce stade « donner lieu à la remise d'une offre » sur la Coface dont elle détient 41,7% du capital.

Simple ballon d'essai ou contacts trop préliminaires ? Natixis, le premier actionnaire de la Coface avec 41,7% du capital, a réagi ce lundi 22 juillet avant l'ouverture des marchés aux informations de l'agence Reuters affirmant que le fonds américain Apollo Global des discussions avait contacté l'assureur-crédit en vue de faire une offre. La filiale cotée en Bourse du groupe mutualiste BPCE (Banques Populaires Caisses d'Épargne) a publié un communiqué de presse en forme de démenti.

« Comme Natixis l'a indiqué, sa participation dans Coface est de nature financière et non stratégique. Dans ce cadre, Natixis explore régulièrement des options pour sa détention dans cet actif. Il n'y a néanmoins à ce jour aucune discussion susceptible de donner lieu à la remise d'une offre » déclare le groupe.

Si Reuters évoquait des échanges entre Apollo et Coface et non directement avec Natixis, le conseil d'administration de Coface est présidé par le directeur général de Natixis, François Riahi, et compte de nombreux représentants du groupe, dont la directrice financière de Natixis, Nathalie Bricker, et le directeur général de la Banque Populaire Aura (Auvergne Rhône-Alpes), Daniel Karyotis.

L'action Coface, qui a ouvert en forte baisse, de 4,6%, ce lundi, a réduit son recul à 0,9% à 10,60 euros à la mi-journée. Sa capitalisation boursière s'élève à 1,63 milliard d'euros, en hausse de 33% depuis janvier, mais au même niveau qu'au moment de son introduction en Bourse en juin 2014 sur Euronext Paris au prix de 10,40 euros par action.

De son côté, l'action Natixis gagne 1,22%. Elle accuse un repli de 9% depuis janvier et de 28% en trois mois du fait des turbulences rencontrées par sa société de gestion d'actifs H20.

Point d'équilibre pour Natixis

La direction de Natixis et celle de BPCE n'ont pas fait mystère ces dernières années sur leur intention de sortir à terme de la Coface, la Compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur, dans le giron du groupe depuis 2002. En particulier depuis l'introduction en Bourse de la Coface il y a cinq ans.

Une vente serait une nouvelle positive pour Natixis selon les analystes de Jefferies, qui estiment à 440 millions d'euros le capital qui pourrait ainsi être libéré et probablement reversé aux actionnaires.

« Depuis 2009, Laurent Mignon, le précédent directeur général (de Natixis) a considéré Coface comme un actif "non-cœur" du fait du potentiel limité de synergies avec le groupe Natixis. La cession prévue a pris un peu de temps alors que Coface a rencontré certaines difficultés. Le point d'équilibre pour Natixis était un cours de l'action Coface à 9,5 euros », font valoir les experts du courtier dans une note ce lundi.

L'action Coface  n'avait pas atteint ce niveau depuis un an. Elle était tombée sous les 5 euros à l'été 2016.

Coface a contribué à hauteur de 678 millions d'euros au produit net bancaire de Natixis en 2018 (rubrique hors pôles, au prorata du pourcentage de détention) et de 50 millions au bénéfice net.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2019 à 19:21 :
50 me de benefice brades a 440 me ca fait 12% de rentabilite ce serait scandaleux d offrir ca aux ricains

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :