Coup de grisou sur le plus grand fonds d'investissement européen

 |  | 246 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters</small>)
Les investissements du britannique 3i ont chuté de 55%, au troisième trimestre de son exercice fiscal 2011/2012, à 82 millions de livres sterling.

Le capital-investissement fait grise mine et ce n'est pas 3i qui va le dérider. La société britannique de "private equity", la plus importante d'Europe en termes de capitalisation boursière, avec un poids de 1,77 milliard de livres sterling (2,1 milliards d'euros) à la Bourse de Londres, a annoncé jeudi un net ralentissement de ses investissements. S'ils ont progressé de 4% sur les neuf premiers mois de l'exercice 2011/2012 (clos en décembre), à 530 millions de livres sterling, ils se sont en revanche effondrés de 55% au cours du seul troisième trimestre, à 82 millions.

Financements difficiles

Il faut dire que, depuis cet été, crise de la dette dans la zone euro oblige, les sociétés de "private equity" peinent à trouver des financements, aussi bien auprès des banques que des marchés, pour financer de gros LBO ("leverage buy-out" : acquisition par endettement). A quoi s'ajoute la volatilité des marchés boursiers, qui rend complexe la valorisation des sociétés et décourage donc nombre de vendeurs potentiels de céder leurs entreprises.

Un rachat de 3i de plus en plus crédible

"Les conditions (macro-économiques et de marché) ne se sont pas améliorées depuis novembre", regrette Michael Queen, président de 3i. En novembre, le groupe avait publié une chute de 11% de son actif net par action, à 294 pence. "Une restructuration majeure ou même un rachat de 3i est de plus en plus crédible", estime dans une note Iain Scouller, analyste chez Oriel Securities.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2012 à 14:42 :
" 3i c'est la vie "
a écrit le 27/01/2012 à 13:26 :
certains au lieu de déverser leur bile ferait bien de se renseigner avant décrire et pourtan je ne sui pas pour la finance anglaise de la city,
mais les sociétés mentionnées sur ce site ont bénéficié d'investissements importants:
http://www.3i.com/search/3isearch.php?variant=intl-portfolio&q=&q2=country%3D%22France%22%26product1%3D%22Growth+capital%22

par contre ils ont aussi fait des LBO, voir ici:
http://www.3i.com/search/3isearch.php?variant=intl-portfolio&q=&q2=country%3D%22France%22%26product1%3D%22Buyouts%22

a écrit le 27/01/2012 à 9:09 :
@ Bertrand: à votre avis, les sociétés de capital investissement, qui attendent de la rentabilité immédiate, sont-elles:
+plutôt créatrices de chômage ou plutôt créatrices de valeur?
Réponse de le 27/01/2012 à 10:52 :
Les LBO sont à proscrire, et même à interdire. Les LBO ne sont que des mécanismes pervers de transmissions d'entreprises qui aboutissent à endetter des acquéreurs naïfs au profit de vendeurs cupides et vendeurs de terre brûlée sans scrupule capables de miner l'avenir de leurs petits enfants. In finé, dans la majorité des casles LBO aboutissent au pillage industriel, à la désindustrialisation et à génération de chomage.
a écrit le 27/01/2012 à 6:39 :
voici les résultats de nos politiques anti capital !! ce sont les entreprises qui paient et par la même le chômage qui augmentera
Réponse de le 27/01/2012 à 9:21 :
C'est chez les anglais...quel rapport avec nous? De plus, ces sociétés ne sont que des charognards qui rachètent des entreprises pour les démanteler par la suite
Réponse de le 27/01/2012 à 9:22 :
C'est chez les anglais...quel rapport avec nous? De plus, ces sociétés ne sont que des charognards qui rachètent des entreprises pour les démanteler par la suite car elles veulent des rendements élevés sur du court terme...Aucune compassion...à dégager.
Réponse de le 27/01/2012 à 9:22 :
C'est chez les anglais...quel rapport avec nous? De plus, ces sociétés ne sont que des charognards qui rachètent des entreprises pour les démanteler par la suite car elles veulent des rendements élevés sur du court terme...Aucune compassion...à dégager.
Réponse de le 27/01/2012 à 9:22 :
C'est chez les anglais...quel rapport avec nous? De plus, ces sociétés ne sont que des charognards qui rachètent des entreprises pour les démanteler par la suite car elles veulent des rendements élevés sur du court terme...Aucune compassion...à dégager.
Réponse de le 27/01/2012 à 9:22 :
C'est chez les anglais...quel rapport avec nous? De plus, ces sociétés ne sont que des charognards qui rachètent des entreprises pour les démanteler par la suite
Réponse de le 27/01/2012 à 10:55 :
euh.... ca se passerait pas chez les anglais par hasard ?
Réponse de le 27/01/2012 à 14:21 :
Non, plutôt chez les britanniques à mon avis. Ou peut-être chez les Grands-Bretons.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :