Comment CNP Assurances a réussi à garder la tête hors de l'eau en 2011

Les 5 raisons qui ont permis à CNP Assurances de limiter les dégâts en 2011, malgré un environnement financier turbulent et un contexte de marché défavorable à l'assurance vie.

4 mn

Le résultat net de CNP Assurances reste affecté par des dépréciations d'actifs et la tempête financière de 2011. Il ressort ainsi à 872 millions d'euros, en baisse de 17% par rapport à 2010. Copyright Reuters
Le résultat net de CNP Assurances reste affecté par des dépréciations d'actifs et la tempête financière de 2011. Il ressort ainsi à 872 millions d'euros, en baisse de 17% par rapport à 2010. Copyright Reuters (Crédits : © )

Certes, CNP Assurances a été dégradée le 27 janvier (de AA- à A+) par Standard & Poor's. Et son résultat net reste affecté par des dépréciations d'actifs et la tempête financière de 2011. Il ressort ainsi à 872 millions d'euros, en baisse de 17% par rapport à 2010. Mais l'assureur a gardé la tête hors de l'eau en 2011 et fait même mieux que le marché en assurance vie. Alors que le marché accuse une baisse de la collecte brute (versements sur les contrats) de 14% et de la collecte nette (versements moins retraits) de 85%, CNP affiche une baisse de 9.1% de sa collecte brute et de 66.7% de sa collecte nette. Et son produit net d'assurance a crû de 12.4%. Passage en revue des cinq raisons qui lui ont permis de résister à la crise en 2011.

1- Ses deux partenaires. La Banque Postale et les Caisses d'Epargne ont assuré à CNP une bonne tenue de sa collecte nette d'assurance vie par rapport au marché, leurs clients ayant moins retiré d'argent sur leurs contrats que dans d'autres établissements. Le chiffre d'affaires réalisé par La Banque Postale pour le compte de CNP est en baisse de 4.1%, celui des Caisses d'Epargne diminue de 16.5%. Gilles Benoist, directeur général de la compagnie, explique l'écart entre les deux réseaux par le fait que les Caisses d'Epargne ont davantage besoin de drainer de l'épargne vers leurs bilans à cause de Bâle III. Elles promeuvent donc les produits d'épargne de court terme comme le livret A plus que l'assurance vie.
Au final la collecte nette de CNP en France est positive de 2.6 milliards d'euros, et représente 35% de parts de marché en France. En collecte brute, CNP dispose d'une part de marché de 17.4% en France.

2- Ses implantations internationales. En 1998, CNP Assurances était encore franco-française. En 2011, elle est implantée notamment en Italie, en Espagne, au Brésil, au Portugal ou en Irlande, et l'international représente 20% de son chiffre d'affaires total.
Depuis plusieurs années, le Brésil tire la croissance du groupe. En 2011, ce pays a augmenté son chiffre d'affaires de 13%, à 2.8 milliards d'euros. Il représente, en chiffre d'affaires, la plus importante implantation du groupe à l'étranger, juste devant l'Italie (2.1 milliards d'euros).
Dans la botte, l'activité de CNP a cependant pâti, comme en France, d'un marché de l'assurance vie en berne, avec des taux de rachat très élevés sur les contrats. Le chiffre d'affaires de CNP Unicredit Vita a ainsi chuté de 31.3%. CNP a d'ailleurs décidé de passer un "impairment volontaire" de 75 millions d'euros sur sa filiale italienne.
Au final, le chiffre d'affaires de l'international est stable (-0.7%), à 6.2 milliards d'euros.

3- Sa maîtrise des coûts. Les frais de gestion sont restés stables en France (+0.3%) et ont augmenté de 3.3% à l'international, du fait du développement de l'activité au Brésil. En France, l'application du plan de réduction de coûts "Efficio" a permis de diminuer le coefficient d'exploitation de 1.8 points par rapport à 2010. Depuis trois ans, les charges sont stables dans l'Hexagone, malgré une croissance de la masse salariale et des dépenses informatiques en hausse du fait de l'adaptation à Solvabilité 2.

4- Sa diversification produits. Elle a permis de compenser en partie l'évolution négative des produits d'assurance vie. Les offres de retraite et de prévoyance ont affiché une forte croissance de leur chiffre d'affaires, respectivement de 17.7% et 11%. Ces deux métiers se développent de manière soutenue au Brésil, et un important contrat de retraite collective a également été conclu en Irlande. Le chiffre d'affaires de l'assurance emprunteur augmente de 3.9% et celui de l'assurance de dommages de 1.7%.
Alors que l'encours d'épargne a baissé d'un point, les activités dites de risque (prévoyance, assurance emprunteur, dommages) et de retraite ont contribué à l'augmentation de l'encours du groupe de 4.4% à 286 milliards d'euros.

5- Des "opérations de désensibilisation" du bilan. Certaines mesures ont permis de compenser les effets de la crise et de prévenir d'éventuels soubresauts en 2012. "Compte tenu des menaces qui pesaient sur CNP, nous avons entamé une opération de désensibilisation du bilan à certains risques financiers", a déclaré Gilles Benoist.
L'assureur a d'abord commencé à réviser sa politique de gestion d'actifs, "un peu à contre-c?ur". CNP souhaite réduire son exposition actions (de 9.3% à environ 7% à terme) et a cédé des obligations d'Etat. Son exposition brute aux dettes souveraines du Portugal, de l'Espagne, de l'Italie et de l'Irlande a baissé de 33% au total, soit de 20.6 milliards d'euros en 2011. A ce jour, elle a diminué de 44%.
Pour continuer à servir des rendements attractifs à ses assurés, l'assureur poursuivra ses investissements immobiliers (aujourd'hui 3.5% de ses portefeuilles) et se tournera vers des actifs de crédits dans son portefeuille de taux.
La compagnie renforce aussi ses fonds propres, un point que S&P n'avait de cesse de souligner. La provision pour participation aux excédents (PPE) a été dotée de 300 millions d'euros, pour atteindre 2.9 milliards d'euros.
Enfin, CNP fait cette année appel à ses grands actionnaires pour doper ses fonds propres. Ils percevront ainsi un paiement du dividende sous forme d'actions. "C'est la manière la moins coûteuse d'augmenter notre capital", a expliqué Gilles Benoist.

Pourtant, ce mercredi, le titre CNP restait obstinément dans le rouge.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 23/02/2012 à 13:29
Signaler
Et voilà comment on lui refile les dettes de Dexia !comme à la Banque Postale .

à écrit le 22/02/2012 à 18:31
Signaler
Bonjour compte tenu du nombre d'assurés indirects de la CNP, qui est censée garantir les retraites des agents de la fonction publique et assimilés, le nombre des réactions devrait être très largement supérier à UNE...car ce que la CNP n'en finit pas ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.