Le bénéfice de Deutsche Bank a fondu d'un tiers au premier trimestre

La première banque allemande a enregistré un bénéfice net de 1,38 milliard d'euros sur les trois premiers mois de l'année, en baisse de 33% sur un an. Ce recul plus important que prévu s'explique notamment par une dépréciation exceptionnelle sur le groupe pharmaceutique Actavis.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)

Le bénéfice net de la première banque allemande, Deutsche Bank, a reculé de 33% sur un an au premier trimestre, à 1,38 milliard d'euros, selon un communiqué publié jeudi. Le résultat est inférieur aux prévisions des analystes du consensus Dow Jones Newswires, qui s'attendaient à un bénéfice net de 1,64 milliard d'euros.

Le recul plus important que prévu s'explique notamment par une dépréciation exceptionnelle de 257 millions d'euros sur le groupe pharmaceutique Actavis, dont Deutsche Bank a annoncé son désengagement dans la nuit de mercredi à jeudi. Le groupe a également passé au premier trimestre une charge de quelque 200 millions d'euros pour régler des litiges juridiques.

"Nous poursuivons notre stratégie de nous séparer des charges héritées du passé" a expliqué son patron Josef Ackermann, cité dans un communiqué, qui a jugé "solides" les résultats de son groupe étant donné le contexte tendu sur les marchés financiers. La retenue de ses clients en début d'année, traditionnellement le trimestre le plus fort de la banque, a amoindri ses revenus en comparaison annuelle mais les activités du groupe ont toutefois redressé la tête par rapport à la fin d'année, particulièrement difficile pour le secteur bancaire.

Le groupe a également pu réduire ses provisions pour risques de crédit de 16% sur un an à 314 millions d'euros, notamment grâce à l'assainissement progressif de Postbank, racheté fin 2010.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 27/04/2012 à 6:29
Signaler
Tant de choses à dire ; mais il suffira de résumer en disant que les difficultés sont à venir, nous n'avons vécu que l'ouverture de la brèche économique de l'europe.

à écrit le 26/04/2012 à 15:27
Signaler
Voila comnent Deutsche Bank c'est enrichie avec les grecs. Mario Draghi travaille pour Goldman Sachs avant l'Europe et certainement pas pour le bien être des Européens... La crise grecque est née suite à un article du Financial Times de janvier 2009,...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.