Liborgate : Société Générale et Crédit Agricole seraient visées par les enquêteurs

 |   |  696  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Dans l'affaire de manipulation des taux interbancaires Libor et Euribor, les enquêteurs s'intéresseraient actuellement aux liens entre un trader de Barclays et les collaborateurs de quatre autres banques européennes HSBC, Deutsche Bank, Crédit Agricole et Société Générale, révèle le quotidien britannique Financial Times. Pour le moment, seule Barclays a écopé d'une amende dans ce scandale qui continue de secouer la planète finance.

Les régulateurs bancaires se penchent sur les liens entre les traders de Barclays, à l'origine du scandale de manipulation des taux interbancaires Libor et Euribor, et ceux de quatre autres banques européennes, dont deux françaises, affirme le Financial Times dans un article publié mercredi. Les établissements cités par le quotidien sont HSBC, Deutsche Bank, Crédit Agricole et Société Générale.

Une vingtaine d'enquête ouvertes

Pour le moment, seule Barclays a fait les frais de cette affaire en écopant d'une amende de la part des autorités américaines et britannique. D'un montant certes record de 290 millions de livres (362 millions d'euros), l'établissement a bénéficié d'un "rabais" sur cette sanction grâce à sa participation à l'enquête. Mais trois de ces principaux dirigeants, dont le directeur général Bob Diamond et le président Marc Agius, ont été contraint d'annoncer leur démission. Le Libor et l'Euribor sont des taux de référence du marché interbancaire. Ils sont essentiels car ils permettent de déterminer le prix de 350.000 milliards de dollars de produits financiers. Ces taux étant fixés après agrégation des données fournies par différentes banques (16 pour le Libor, 44 pour l'Euribor), Barclays n'a manifestement pas pu agir seule. Une vingtaine d'enquêtes auraient ainsi été ouvertes et concerneraient entre autres JP Morgan Citigroup, Royal Bank of Scotland et JPMorgan Chase, en plus des établissements cités par le FT.

Le trader de Barclays auraient cité quatre confrères

Philippe Moryoussef, chez Barclays de 2005 à 2007 et actuellement interrogé par les autorités, est soupçonné d'avoir contacté un certain nombre de collaborateurs d'autres banques pour qu'ils alignent leurs stratégies et puissent ainsi profiter des manipulations de taux, selon le quotidien britannique qui se réfère à un communiqué du régulateur américain de la CFTC (Commodity Futures Trading Commission) et à des sources proches du dossier. Ce trader aurait ainsi contacté Michael Zrihen du Crédit Agricole, Didier Sander chez HSBC et Christian Bittar de HSBC. L'identité de l'employé suspect de la Société Générale reste floue, indique le FT qui précise que ces personnes ne travaillent plus pour les banques en question.

Scoiété Générale assure coopérer pleinement avec les autorités

Joint par l'agence Reuters, un porte-parole de Société Générale a fait savoir qu'aucune malversation n'a été découverte à ce jour. "Nous coopérons pleinement", a-t-elle déclaré. Le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer a dit à plusieurs reprises, qu'à sa connaissance, aucune procédure n'avait été déclenchée contre des banques françaises qui auraient pu être suspectées de manipuler les taux interbancaires. "Elles ont été interrogées par les autorités compétentes et les réponses, apparemment, ont été satisfaisantes puisqu'à ce stade, il n'y a aucune suite", avait-il notamment affirmé mercredi sur Europe 1.

Scandales en série

La Deutsche Bank a proposé aux autorités européennes et suisses de coopérer totalement avec les enquêteurs dans cette affaire, afin de bénéficier du statut de "témoin repenti" et d'éviter ainsi une condamnation trop lourde, avait révélé l'hebdomadaire "Der Spiegel" dimanche. Quant à HSBC, les pépins judiciaires s'accumulent. Un rapport du Sénat américain montre en effet que des pratiques de la banque l'ont conduite à aider des clients à blanchir massivement des fonds en provenance des régions les plus dangereuses et les plus secrètes de la planète. HSBC a reconnu des "défaillances" et présenté publiquement ses excuses mardi mais risquerait une amende d'un milliard de dollars.

Si on ajoute la perte de trading estimée à 6 milliards de dollars chez JP Morgan et l'audience en appel du procès Kerviel en France, ces affaires contribuent depuis le début de l'année à réduire un peu plus la crédibilité et la réputation du secteur bancaire dans le monde, déjà mises à mal depuis la crise financière de 2008. Une situation que l'on pourrait comparer à celle d'un cancre dont le commentaire du professeur dépité serait : "a touché le fond mais creuse encore".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2012 à 7:53 :
La vraie volonté d'enrayer ce type de spéculation, serait le remboursement total des gains engrangés aux états d'appartenance. Le bien mal acquis ne doit pas profiter. Il est trop facile de payer des amendes qui n'ont aucune commune mesure avec les bénéfices engendrés.
a écrit le 19/07/2012 à 15:59 :
la constatation a établir est donc la suivante : des petits malins ou grands rusés ont encore joué aux apprenti - sorciers avec des indicateurs financiers, avec pour résultat principal des irrégularités qui se chiffrent en milliards de dollars, et accessoirement la découverte d'une réalité confirmée par un adage bien connu : l'argent n'a pas d'odeur ... sauf quand la vérité est découverte.
a écrit le 19/07/2012 à 14:16 :
On sait que HSBC qui est une banque chinoise a fait sa spécialité de la couverture de tous les excès. Deutsche Bank met en général le doigt dans toutes les très grosses opérations pour maintenir sa masse bancaire. Le crédit Agricole était lui en revue stratégique ce qui préjuge peu d'un engagement de telle sorte d'autant que la manoeuvre lui aurait été défavorable. La Société générale était surveillée quant à elle de près pour cause de multiples affaires internes à la France. Peu de propabilité pour ces deux dernières, nous verrons. Les dédomagements se fixeront en milliards. On comprend que les banques concernées veuillent partager l'addition.
a écrit le 19/07/2012 à 12:48 :
et si toutes les entreprises qui ont emprunté en référence au LIBOR portaient plainte contre X ?
C'est la fin de bien des règles des marchés financiers actuels et le retour en force des régulateurs qui sont aveugles depuis 30 ans en matière de finance (obligations pourries, scandales des Caisses d'Epargne US, Crédit Lyonnais, Barings, Lehmann Brothers, Northon Rocks, CDS,etc.).
Réponse de le 19/07/2012 à 13:05 :
La régulation est faite par des crétins incompétents donc supprimons la régulation ?
Dans le même ordre d'idée, puisque la police et les tribunaux sont incapables de réguler la criminalité, supprimons donc la police et la justice !
Laissons faire la nature : le rêve des néolibéraux (qui sont au libéralisme ce qu'est la musique militaire est à la musique) et des caïds de banlieue !
a écrit le 19/07/2012 à 12:04 :
Dans le domaine des scandales, il faut rajouter DEXIA et le Crédit Immobilier avec l'affaire Apollonia.... Il n'est plus temps d'attendre, il faut sévir.
a écrit le 19/07/2012 à 12:00 :
Etonnant le manque de recherche chez les journalistes. Etudiant en Finance il y a 2 ans, un de mes sujets d'examen était basé sur l'analyse du niveau du Libor en 2008-2009. Il apparaît TRES clairement qu'au vu de la situation financière des marchés, les taux bas pendant la crise étaient inhabituels et selon toute probabilité manipulés. Les banques n'ont pas "joué" avec le LIBOR pour un gain sur des produits financiers, mais rassurer les marchés (ce qui n'est pas forcément mieux...).
Plus le LIBOR est faible, plus les banques sont censées être en bonne santé en se prêtant à moindre coût. Pas besoin d'aller voir plus loin, elles se sont mises d'accord pour calmer le jeu, si vous vous rappelez des risques de l'époque.
Et comme cela a été dit dans divers commentaires, les particuliers qui ont eu un prêt indexés sur LIBOR ont profités de ce taux bas, arrêtez de sauter tout de suite pour vous plaindre.
Réponse de le 19/07/2012 à 13:05 :
Bien sûr qu'il s'agissait de calmer le jeu mais si elles se sont senties obligées de manipuler les taux c'est forcément pour blouser quelqu'un. Si c'est juste pour siffler ma fin de partie pas besoin de bricoler des trucs en secret.
Réponse de le 19/07/2012 à 13:20 :
@Et la marmotte: non, c'est juste pour dire "regardez on me fait encore confiance, on me prete a un taux bas, pas besoin de me nationaliser" dans un contexte marque par la panique, la perte de confiance, l'assechement de liquidites (cf. par exemple auditions de B.Diamond et J. Del Missier), en revanche cette manipulation post-Lehman est bien differente des petites magouilles et services rendus contre bouteille de Bollinger de certains traders depuis 2005, il y a deux manipulations differentes et dont les finalites ne sont pas les memes. Mais dans les deux cas, pas de prejudice important pour les menages ou les entreprises sur leurs prets etc
Réponse de le 19/07/2012 à 13:37 :
Tyler, on s'en moque : il y a fraude et manipulation, ce qui entâche de suspicion l'ensemble du système financier.
(loin de moi la théorie du complot : c'est juste du crétinisme et ... La nature humaine !)
Réponse de le 19/07/2012 à 13:40 :
Il serait intéressant que " Aller un peu plus loin" nous explique en quoi l'analyse des taux du Libor 2008-2009 montre clairement que ces taux ont été manipulés, car, d'une cette manipulation n'a pas été quotidienne et n'a pas concerné l'ensemble des acteurs du marché, de deux les variations impliquées par ses manipulations sont très restreintes et le profit jouait sur un effet volume de trois le bas niveau de taux reflètait surtout un marché interbancaire sclerosé qui s'est détendu dés lors que la BCE s'est substitué en prêteur de fait aux instituions financières d'ou la décrue du LIBOR en 2009 après des hausses importantes fin 2008, je pense qu'il est donc temps de vous remettre à l'ouvrage car manifestement vos acquis sont insuffisants.
Réponse de le 19/07/2012 à 14:00 :
@ P@n@sonic: il faut deja dire que pour l'instant rien n'a ete etabli, juridiquement parlant. Toutefois, si vous ecoutez les auditions des dirigeants de Barclays, on voit que la situation n'est pas claire (J. Del Missier a explicitement dit a sa tresorerie de soumettre un Libor en-dessous de la realite. Il accuse maintenant B. Diamond de lui avoir demander d'agir ainsi, pour causes de pression politiques (le fameux appel de la Bank Of England a propos des craintes sur la sante financieres de Barclays). Mais Barclays n'etait certainement pas la seule banque dans ce cas). Il y a d'autres signes qui ne trompent pas, par exemple le fait que des banques quasi-nationalisees soumettaient un Libor plus eleve que certaines banques qui ne beneficiaient d'aucune garantie de l'Etat, ce qui est etonnant dans une periode de crise de confiance (voir par ex. http://zerohedge.blogspot.ch/2009/01/this-makes-no-sense-libor-by-bank.html). En revanche nous sommes je pense tous d'accord pour dire que cela s'est fait sur une periode relativement courte, et qu'en terme d'impact c'est minime. A nouveau, cette manipulation post-Lehman est differente de la manipulation par les traders de Barclays et autres (qui a commence en 2005).
Réponse de le 19/07/2012 à 14:04 :
@Henri: bien d'accord, c'est pour ca que c'est tres grave: il faut poursuivre et sanctionner. Mais je repondais a ceux qui viennent dire que les banques ont vole les particuliers ou les entreprises...
Réponse de le 19/07/2012 à 14:28 :
@Tyler : C'est bien résumé dommage que je ne puisse acceder d'ici au site en question qui a l'air fort intéressant. Mettre en parallèle les garanties explicites de l'état vis à vis de certaines banques me parait cependant tronqué pour 2009 le "Too Big to Fail" étant acquis pour des institutions d'envergure suite à la gabegie Lehman elles bénéficiaient donc de la garantie tacite de ceux-ci qui plus est au sortir d'une période ou les courbes de taux au sens large ne faisaient plus sens (taux courts supérieurs aux taux longs entre autres) mais ça mériterait effectivement d'être observé de près. Ca n'exclue pas des manipulations cosmétiques mais il faudrait analyser la volumétrie en parallèle, or, si je ne la connais pas sur le LIBOR de la période, sur l'EURIBOR en revanche elle est famélique.
Réponse de le 19/07/2012 à 15:09 :
"taux courts supérieurs aux taux longs entre autres": hi hi oui je me souviens d'un certain nombre de desks de taux qui se sont fait mechamment allume ce jour-la, apres l'annonce de Trichet et l'inversion de la courbe de taux, alors qu'ils avaient tous la meme pos, short de digital put americains CMS 10Y-2Y...
a écrit le 19/07/2012 à 11:52 :
Nationalisons la partie banque de dépôt de ces voyous, vite, et laissons les s'entredéchirer, mais certainement pas avec nos sous.
a écrit le 19/07/2012 à 11:51 :
le fameux gouverneur de la banque de France dans son interview lamentable par El Kabach a bafouillé que non , aucune banque française n'étaient mouillée. Ridicule
a écrit le 19/07/2012 à 11:19 :
Ca sent tout de même fort l'escroquerie communautaire...
a écrit le 19/07/2012 à 11:11 :
"Une vingtaine d'enquête ouvertes" ne serait-ce pas mieux avec un S à enquête ?

"Le trader de Barclays auraient cité quatre confrères" le singulier pour "auraient" (puisqu'il s'agit d'1 trader) semble s'imposer !!!
a écrit le 19/07/2012 à 10:54 :
En fait, les sanctions ne dépassent pas un quart de Kerviel (unité de base de spéculation bancaire), ce qui doit bien les faire rigoler. Il faut bien montrer au bon peuple que les autorités font quelquechose...
a écrit le 19/07/2012 à 10:27 :
Le souci est que leur métier est justement de creuser.. Sur notre dos.
a écrit le 19/07/2012 à 10:21 :
Les CASSEURS industriels professionnels que sont ces 2 banques Société Générale et Crédit Agricole ont été grandement actifs pour générer la désindustrialisation. Ce qui est étonnant et choquant pour les français, c'est que les patrons et ex patrons, les administrateurs et les cadres zélés de ces 2 bad banques ne soient pas en prison pour 20 ans !!!
Réponse de le 19/07/2012 à 11:08 :
Intéressant, sur quoi basez vous cette affirmation?
Réponse de le 19/07/2012 à 13:30 :
Il y a bien des chefs d'entreprises, et même des Administrateurs Judiciaires qui ont fait condamner, par La Justice, les banques pour des actes contraires au Code Bancaire et au Code du Commerce. L'on peut ajouter les nombreuses affaires soulevées par les associations de consommateurs sur les pratiques illicites et purement abusives ds banques. Pour rendre service à la Nation, le Ministère de la Justice devrait publier les listes ds condamnations des banques en effectuant un classment des banques qui ont été condmanées ... VOILA UN SUJET DE SALUBRiTé PUBLiQUE qui devient indispensable.
a écrit le 19/07/2012 à 10:12 :
Afin de temperer les envolées lyriques propres à ce genre de news, (mais un peu compréhensibles tout de même il faut bien l'avouer) il convient tout de même rappeller qu'il s'agit d'un jeu à sommes nulles entre intermédiaires financiers, pas de spoliation d'intérêts particuliers in fine. De plus il est vrai que les règles de fixation du Libor/Euribor sur un mode déclaratif sont désuettes et il eut été surprenant qu'elles ne soient pas dévoyées tôt ou tard.
Réponse de le 19/07/2012 à 11:10 :
En tout cas je ne me fais pas trop de soucis pour les intermediaires financiers impliques...

http://www.zerohedge.com/news/deep-lieborgate-rabbit-hole-swiss-hedge-fund-link
Réponse de le 19/07/2012 à 11:13 :
Peut-etre à somme nulle inter-banque, mais surement pas pour les intérets des prets aux entreprises et aux particulier ni pour les intérets des placements financiers qui sont liés au LIBOR et PIBOR!
Réponse de le 19/07/2012 à 11:22 :
@serge027: il semble bien que l'ordre de grandeur de ces manipulations par certains traders etait de l'ordre de quelques bps (i.e. quelques 0.01%), tantot a la hausse, tantot a la baisse (voir par exemple http://www.zerohedge.com/news/shocking-details-barclays-epic-lie-bor-fraud-duuuude%E2%80%A6whats-ur-guys-345-3m-fix%E2%80%A6tell-him-get-it ; je ne suis pas d'accord avec le dernier paragraphe qui est justement l'oppose que je dis la). Ces manipulations restent graves et les banques/acteurs en question doivent etre poursuivies, mais je pense que cela n'a cause AUCUN prejudice aux menages/entreprises qui empruntent a Libor + XX% , ne disons pas n'importe quoi ...
Réponse de le 19/07/2012 à 11:42 :
Faux, Tyler. Les taux ont été majoritairement réduits. Ce qui porte un préjudice énorme aux fonds de pension, par exemple, qui auraient augmenté leurs bénéfices de bien plus que le différentiel de pourcentage. ET, SURTOUT, voyez ce que 0,6% sont sur 800 000 milliards...
Réponse de le 19/07/2012 à 12:08 :
@yvan: non, vrai, encore une fois vous melangez tout: 1) D'abord je ne dis pas 0.6% (ou 0.4% ou 0.3%... ca c'est beaucoup! ca fait des dizaines de bps...), ensuite 2) si vous lisez bien mon message plus haut, je fais reference a la manipulation du Libor par les traders depuis 2005. Ce que je dis, c'est que qd sur votre mortgage (ou pret corporate) vous payez Libor + 4% (par exemple), que le fixing de votre Libor soit a 1.37% ou 1.36%, ca ne change quasiment rien a votre situation. Surtout que 3 mois plus tard ca sera peut-etre l'inverse (1.43% au lieu de 1.42%). Il n'y a donc quasiment pas d'impact pour les menages/entreprises (par analogie, c'est un peu comme un mec qui vole a tout le monde 1 euro par an en France, c'est indolore pour vous mais ce n'est pas une raison pour ne pas le poursuivre, car lui ca lui fait un joli pactole...). En revanche il y a un impact beaucoup plus important sur des books de derives de taux pour d'autres operateurs de marche, ou le leverage est bien plus grand, et c'est la qu'il y a de gros gros gains/grosses grosses pertes. 3) Cette manipulation (par les traders) est differente de la possible manipulation qui a eu lieu juste apres Lehman, ou certaines banques ont pu effectivement baisser significativement le Libor (et la par bien plus que qques bps) qu'elles postaient pour rassurer sur leur sante financiere... Mais vous melangez ces deux manipulations tres differentes: pour celle que je viens d'evoquer a l'instant la periode en question a ete beaucoup, beaucoup plus courte, et de toute facon que voulait dire le Mark-to-Market des books d'assureurs ou de fonds de pension entre Septembre 2008 et Janvier 2009? Ne vous trompez pas sur mon messages: ces actes sont graves et doivent etre severement sanctionnes. Mais il ne faut pas dire n'importe quoi et dire que les pauvres menages et les pauvres entreprises ont ete plumes par les banques sur ce coup-la...
a écrit le 19/07/2012 à 9:37 :
Bizarre que le non de ces deux banques ressorte dans chaque dossier puant...
a écrit le 19/07/2012 à 9:21 :
Personne ne peut être étonné de voir la Société Générale citée dans un dossier des voyous de la finance... UN FOIS DE PLUS, ca continue... quand cette banquesera t-elle bouclée manu military ? idem d'ailleurs pour les voyous du Crédit Agricole !!!
Réponse de le 19/07/2012 à 10:23 :
Pitoyable cette affirmation! ce n'est pas parce que la SG est citée qu'une quelconque culpabilité ou implication est démontrée.
Un peu de jugeotte bon sang.....
Réponse de le 19/07/2012 à 10:37 :
Je suppose que "Voyous" n'utilise aucun produit Microsoft et les voue aux gemonies car eux aussi ils passent leur temps a s'expliquer avec la justice... vraiment encore un commentaire ridicule de cafe du commerce ...
Réponse de le 19/07/2012 à 11:23 :
Voyou du crédit agricole ? De quels autres dossiers parle t on ?
Êtes vous un proche de l'enquête pour affirmer une culpabilité alors qu'on cite tout juste le nom de l'établissement ?
Vous me faites doucement rire avec votre antipathie envers les banques, si peu éclairés sur la macro économie que vous soyez. Allez donc commenter les articles au sujet de notre exemplaire constructeur automobile qui licencie a tour de bras pour mieux spoilé notre gouvernement et nos contribuable.
Nos banques au moins ne délocalisent pas.
Réponse de le 19/07/2012 à 11:59 :
les banques ne délocalisent pas mais elles ouvrent des agences dans tous les pays et après leur comptabilité jongle en fonction des lois de chaque pays ,elles choisissent bien sur les façons de payer le moins d'impots possible ! c'est légal !
Réponse de le 19/07/2012 à 12:18 :
Ade, vu comment vous prenez la défense des banques et votre véhémence, vous êtes certainement un employé de banque. Vous n'avez toujours pas compris que vous n'êtes pas un banquier mais un commercial, qui comme tout vendeur est payé à vendre, pas à avoir des états d'âme sur ce qu'il fourgue aux clients ou à comprendre ce qu'il vend !
Réponse de le 19/07/2012 à 14:31 :
merci Henri , un donneur de lecon en plus , vous jugez un peu vite non ??
Réponse de le 19/07/2012 à 14:38 :
Il est peut-être cadre, peut-être opère t'il en back-office ou en état-major tous ces présupposés d'un bloc.. s'agissant de véhémence je pense que vous tenez le haut du pavé en l'occurrence. Je préferais toujours le commentaire d'un professionnel, fût il partial que le jugement facile, peremptoire et gratuit d'un profane en mal de bouc émissaires.
Réponse de le 19/07/2012 à 19:59 :
Suivez bien l'actualité et prenez peine d'aller lire les démentis qui suivent cet article. En effet, le crédit agricole, tout juste mentionné dans un dossier est déjà sali.
Bien que mon jugement soit partial, je vous l'accorde (sans pour autant être commercial, ni même cadre), le mien a le mérite de ne pas être précipité et sans fondement, il est réfléchi et éclairé.
En effet, d'une part le crédit agricole n'a été mentionné dans aucun dossier "fumeux" récent, d'autre part le crédit agricole n'a joué aucun rôle entre 2005 et 2009 en ce qui concerne Euribor et ne peut en conséquence être impliqué. De plus la société générale dément son implication (affaire à suivre).

Je vous prie, en particulier Henri - fort de sa capacité à prendre du recul et de son objectivité - de bien vouloir chercher des informations plus précises, des arguments et des fondements à vos accusations enflammées. J'espère que d'autres sujet laissent part au bénéfice du doute, sans quoi vous seriez bien de sombres personnages.

Les banques françaises sont des boucs émissaires depuis 2008, bien que la crise des subprimes nous proviennent des USA et que la dette des états n'est qu'un problème politique. Oui le monde de la finance n'est pas tout rose, mais nos banques sont parmi les plus solides d'Europe (particulièrement le crédit agricole qui bénéficiait encore il y a quelques mois de la meilleure note attribuée par les agences de notation).
Je tiens à rappeler (là vous pourrez y voir un coté commercial) que le crédit agricole, à l'instar du crédit mutuel, est une banque mutualiste qui investi pour les régions de France. C'est la première banque nationale avec une forte capacité de crédit (et donc d'accompagnement dans les projets d'entreprise ou d'habitat des français). Prendre pour cible les banques françaises a pour conséquence la diminution des capacités de crédit, l'augmentation des taux et la difficulté d'accès aux crédits pour les Français (cf Bâle 3), le gèle de la croissance ....

Ne confondez pas banque de détail (votre conseiller commercial, qui est là pour le conseil, parce qu'on n'a nullement le besoin de vous tondre) et banque d'investissement (spéculation, traders et compagnie)...

Revenez aux vrais problèmes, les vraies solutions arriveront.
a écrit le 19/07/2012 à 9:19 :
Nous pouvons continuer de jouer ou sortir l'échafaud.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :