L'assureur Allianz fuit les obligations d'Etat

Les obligations souveraines allemandes ne sont plus l'investissement préféré d'Allianz : soit elles rapportent trop peu quand elles sont sures, soit elles sont trop risquées quand elles sont bien rémunérées.

1 mn

Le président du directoire d'Allianz, Michael Diekmann. Copyright Reuters
Le président du directoire d'Allianz, Michael Diekmann. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

C'est bien fini. Les obligations souveraines ne sont plus le placement privilégié du premier assureur Allemand.  "Nous essayons, pour nos nouveaux investissements, d'éviter les obligations d'Etat", a déclaréle PDG du premier assureur européen, Michael Diekmann, au journal allemand Handelsblatt. Et d'ajoute :  " je préfère ne pas investir dans les obligations allemandes car leur rendement est inférieur au taux de l'inflation. Dans les autres pays, il y a la question du risque".

Ce changement de stratégie est dû en grande partie à la crise de la dette grecque qui a conduit à une forte décote des obligations détenues par les investisseurs insitutionnels privés dont les banques mais aussi les compagnies d'assurance européennes.  Pénalisé comme d'autres, Allianz a changé de stratégie. Le PDG précise qu'un changement fondamental dans l'évaluation des risques s'est opéré  car " le prix que l'on paie pour l'incertitude, devient très très élevé".

Sur quoi investit Allianz ?

Les investissements d'Allianz s'effectuent désormais dans les pays émergents, sur les obligations d'entreprises ou encore dans les infrastructures et l'immobilier.

 

 

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.