Pour la Banque de France, l'heure de la rigueur a sonné

 |   |  1738  mots
Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, présentera en avril la liste des fermetures d'implantations territoriales. Dans la ligne de mire, les bureaux visités par moins de 1000 personnes par an. /  Reuters
Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, présentera en avril la liste des fermetures d'implantations territoriales. Dans la ligne de mire, les bureaux visités par moins de 1000 personnes par an. / Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La réduction des coûts engagée par la Banque inquiète les syndicats, qui y voient une menace pour ses missions de service public. Mi-avril, la direction de la Banque de France présentera aux syndicats le plan définitif de restructuration de l'établissement, annoncé en septembre 2012. La direction veut saisir l'opportunité des 5.000 départs en retraite, prévus d'ici à 2020, pour moderniser le réseau de cette institution bicentenaire, dont les charges d'exploitation sont régulièrement pointées du doigt par la Cour des comptes.

L'ambiance n'est pas à la fête à la Banque de France. Mi-avril, les syndicats et la direction de la vénérable institution se retrouveront de nouveau autour d'une table, pour discuter du plan de restructuration du réseau, annoncé en septembre 2012 et dont les représentants du personnel ne comprennent « ni l'urgence ni le caractère radical ». « Le gouverneur [de la Banque de France, Christian Noyer, ndlr] aura arrêté la liste des fermetures d'implantations territoriales, dont certaines interviendront dès juillet. Nous serons alors définitivement fixés sur l'ampleur de la restructuration », indique un syndicaliste. Tout en évoquant de « possibles ajustements à la marge », les élus du personnel ne se bercent guère d'illusions.

Fermeture de 60 bureaux sur 85

Le plan qui leur avait été présenté le 21 septembre dernier prévoit la fermeture d'une soixantaine de bureaux d'accueil et d'information du public sur les 85 que compte la Banque de France dans l'Hexagone. Parallèlement, le nombre de caisses, où s'effectue le traitement des billets, sera ramené de 72 à 32. L'objectif : réduire de 30% environ, à 4200 ou 4600, le nombre d'agents qui travaillent au sein du réseau. Actuellement, les 6300 agents du réseau représentent près de la moitié de l'effectif global de la Banque de France, qui comprend quelque 13000 employés. Le siège social, lui, n'en compte « que » 5000, l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP) - chargée de surveiller les banques et les assureurs -, 1000, et l'activité de fabrication des billets, 1000 également.

Ce plan de restructuration est jugé « drastique » par l'intersyndicale de la Banque de France, et d'autant plus incompréhensible que la vieille dame portée sur les fonts baptismaux par Napoléon Bonaparte en 1800 est en pleine forme. De source syndicale, « la Banque », comme on la nomme en interne, devrait de nouveau publier - jeudi 28 mars de très bons résultats annuels, après le bénéfice brut de 5,65 milliards d'euros dégagé en 2011, qui avait constitué un record historique pour l'établissement.

Concurrence accrue au sein de l'Eurosystème

« Ce plan de restructuration n'obéit qu'à une logique financière consistant à renflouer un État impécunieux », gronde un syndicaliste. Aussi excessif soit-il, le propos contient peut-être une part de vérité. Depuis le redressement de ses comptes, en 2004, la Banque de France est devenue une poule aux ?ufs d'or pour l'État, son actionnaire à 100%. En 2011, elle lui a versé pas moins de 3,4 milliards d'euros, dont 2 milliards au titre de l'impôt sur les sociétés et 877 millions d'euros de dividendes. Et, de fait, en présentant le plan de restructuration, en septembre dernier, Christian Noyer avait insisté sur la nécessité, pour la Banque de France, « de minimiser les coûts des services rendus, [coûts] qui pèsent sur la collectivité nationale ».

Mais c'est avant tout un véritable choc démographique qui est à l'origine de ce projet de restructuration. D'ici à 2020, la Banque de France verra 5000 de ses agents partir à la retraite, soit près de 40% de ses effectifs ! Et, sur ces 5000 départs, 41% concerneront des agents du réseau. L'occasion ou jamais, en ne remplaçant qu'un départ sur deux, de moderniser une institution bicentenaire dont le coût de fonctionnement est régulièrement pointé du doigt, notamment par la Cour des comptes. Auteur d'un rapport en forme de réquisitoire en mars 2005, celle-ci était revenue à la charge en février 2012, estimant que, « malgré une croissance globalement contenue sur la période 2003-2009, les charges d'exploitation de la Banque demeurent à un niveau élevé, à un peu plus de 1,9 milliard d'euros en 2010 ».

70% de charges de personnel

Un montant constitué à plus de 70% par les charges de personnel. « La Banque de France a restructuré son réseau entre 2004 et 2006, reconnaissent les sages de la Rue Cambon, mais il n'en est pas moins encore très vaste, car il comprend près d'une succursale par département, avec une activité et une productivité variables selon les implantations. »

Si les charges opérationnelles de la Banque de France tracassent la Cour des comptes, c'est d'abord en raison de la crise des dettes souveraines, qui sévit depuis 2010. En effet, dans le cadre de son appartenance à l'Eurosystème - l'autorité monétaire de la zone euro, qui regroupe la Banque centrale européenne (BCE) et les banques centrales des pays de l'Union européenne ayant adopté l'euro-, la Banque de France a participé aux interventions exceptionnelles d'achats d'obligations de pays en difficulté. Or ces achats peuvent engendrer des revenus ou... des pertes. Face à cette dernière éventualité, « une augmentation des fonds propres [de la Banque de France] s'impose », conseillait la Cour des comptes dans son rapport de février 2012. Et d'ajouter : « L'effort devra être partagé entre l'État, qui devra accepter des dividendes moins généreux, et la Banque de France, qui devra accroître la maîtrise de ses charges d'exploitation. »

Une maîtrise rendue également nécessaire par la concurrence croissante entre les banques centrales membres de l'Eurosystème. « Cette organisation évolue d'un modèle où les décisions prises en commun étaient mises en ?uvre par chacune des banques centrales nationales vers un modèle plus intégré où la mise en ?uvre est effectuée, pour certaines activités, par quelques banques centrales seulement. Cette spécialisation [doit] contraindre la Banque de France à défendre ses intérêts propres [...] en formulant des offres de services compétitives », écrit la Cour des comptes. De fait, la Bundesbank, qui ne gérera plus que 31 caisses de traitement de la monnaie en 2017, alors que l'Allemagne compte 15 millions d'habitants de plus que la France, apparaît autrement plus légère que la Banque de France sur le plan de la structure de ses coûts.

Supprimer les bureaux les moins visités

Si cette dernière, et plus précisément son réseau, doit se modifier, c'est également parce que « la densité des tissus d'entreprises évolue [et que] la géographie du surendettement change », argumente la direction de la Banque de France. Autrement dit, qu'il s'agisse de la médiation du crédit pour les PME ou du traitement du surendettement des particuliers, il est des villes où la présence de la Banque de France ne se justifie apparemment plus, ou en tout cas beaucoup moins. Devraient ainsi disparaître les bureaux d'accueil et d'information visités par moins de 1000 personnes par an. D'autant que « les technologies actuelles permettent d'envisager d'autres relations avec nos interlocuteurs, comme la télétransmission de dossiers de surendettement », insiste la Banque de France.

Des propos qui font bondir certains syndicalistes : « Les personnes surendettées ne sont pas celles qui ont accès le plus facilement à Internet ! Aujourd'hui, elles peuvent se rendre dans nos bureaux d'accueil et d'information. Si demain cela n'est plus possible, c'est l'accès à un service public qui sera mis en danger. »
Plus globalement, les syndicats l'assurent : ce ne sont pas tant les qui les inquiètent que le risque que fait planer le projet de réorganisation de la vénérable institution sur « les entreprises et sur nos concitoyens ». « Pourquoi réduire les effectifs alors qu'il ne se passe pas une semaine sans qu'on dote la Banque de France d'une nouvelle mission ? », s'étrangle un autre élu du personnel. De fait, le futur fichier positif, qui recensera l'ensemble des crédits des particuliers, sera géré par la Banque de France. Laquelle s'était déjà vu confier en 2010 la surveillance des banques et des assureurs, via l'Autorité de contrôle prudentiel, et, deux ans plus tôt, la médiation du crédit pour les PME.

Conséquence sur l'activité décotation des entreprises

Justement, les syndicats s'interrogent sur le devenir de cette activité gérée depuis 2008 par les 105 directeurs départementaux de la Banque de France. Ces médiations départementales ont instruit pas moins de 16.000 dossiers, ce qui a permis le déblocage de 1,8 milliard d'euros de crédits et, partant, la préservation de 170.000 emplois. « L'exercice de nos missions confirme la nécessité d'un réseau dense de succursales de la Banque de France pour l'efficacité de l'économie nationale et locale », insistent les syndicats. Selon eux, le plan de restructuration du réseau ne devrait pas être sans conséquence non plus sur l'activité decotation des entreprises.

Nombre de PME et d'ETI (entreprises de taille intermédiaire) bénéficient en effet d'une évaluation gratuite de leur équilibre financier par la Banque de France, qui leur attribue une cotation, un peu à la manière des agences de notation Moody's ou Standard & Poor's, payantes, elles. Cotation qui conditionne l'accès de ces entreprises au crédit bancaire. Or le projet de réorganisation « pourrait conduire à une moindre fiabilité des cotations. Ce qui serait lourd de conséquences pour les entreprises, dont les conditions d'accès au crédit sont directement liées à cette cotation », souligne le cabinet Secafi, mandaté par les syndicats de la Banque de France, dans un rapport remis lors du comité central d'entreprise extraordinaire qui s'était déroulé les 29 et 30 janvier.

Près de 232.000 dossiers de surendettement déposés

De la même façon, avec la fermeture programmée d'une soixantaine de bureaux d'accueil sur 85 d'ici à 2020, les services aux particuliers surendettés pâtiront eux aussi de cette restructuration de la Banque de France, s'inquiète l'intersyndicale. Rééchelonnement de dettes, moratoires, effacement partiel de l'ardoise, etc. : en 2011, près de 232.000 dossiers de surendettement avaient été déposés auprès de la Banque de France, en hausse de 8% par rapport à 2010. Compte tenu de « la situation de crise dans laquelle est plongé le pays, le nombre de personnes ne pouvant plus honorer leurs remboursements de prêts [...] risque d'augmenter, dans les prochaines années », souligne le cabinet Secafi. Qui se demande donc si la réorganisation de la Banque de France permettra de « préserver la qualité du service ».

« La réforme veillera à protéger les particuliers et les entreprises et à maintenir un lien étroit entre ces publics et la Banque de France », assure la direction. Comment ? « Dans le domaine du surendettement, par exemple, la Banque de France opère depuis des années avec des travailleurs sociaux. À la base, ces derniers n'ont pas vocation à traiter le surendettement, mais il est possible de les y former », souffle une source interne. Pas sûr qu'une telle suggestion diminue les puissants réflexes corporatistes de la Banque de France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2013 à 12:29 :
sur les salaires très généreux de la banque de France le salaire de départ d'un secrétaire comptable c'est 1350 euro sur 13 mois avec les trois première années obligatoirement ou presque en région parisienne ou le loyer pour un studio est plus proche de 500 euros par mois ... les privilégies en question ont eu 0% d'augmentation de salaire l'an dernier et se préparent à la même cette année... ensuite il faut regarder où on détruit les emploi : la majorité des emplois détruit sont ceux au service des surendettés ou des PME c'est toujours les plus touchés par la crise qui vont souffrir d'une baisse de qualité des services publics....
a écrit le 07/04/2013 à 9:59 :
c est vrais ils faut netoyes les ecuries d augia mais esque ont a les bon ercules?
a écrit le 29/03/2013 à 10:30 :
On peut rêver qu'on dégraisse un jour ce "machin" qui coûte une fortune au contribuable et ne rapporte guère qu'aux salariés très privilégiés qui y travaillent.
a écrit le 27/03/2013 à 11:04 :
Autant de virulence dans tes propos montre bien que tu as tort et n'as pas d'arguments sérieux à opposer ni à proposer. Il ne te reste que la violence verbale. Tu dois être socialiste non ?
Réponse de le 27/03/2013 à 14:52 :
Il doit être socialiste et syndicaliste. Y a pas pire !
Réponse de le 27/03/2013 à 16:05 :
Il n'a pas tord la France est trop fonctionnarisé et beaucoup de services publiques ont se demande à quoi ils peuvent servir. Un remède de cheval pour réduire notre dépense publique ne ferait que du bien à notre dette devenue dangereuse pour l'avenir de notre pays
a écrit le 27/03/2013 à 9:51 :
Une France surendetté au bord de la faillite ruinée par ses services publiques et collectivités territoriales avec la complicité de ses acolytes de fonctionnaires et syndicats publiques... il serait temps d'administré un remède de cheval dans la fonction publique si on veut sauver notre protection sociale...
a écrit le 27/03/2013 à 9:42 :
Les services et entreprises publiques sont le cancer de l'économie française qu'il faut éradiquer à tout jamais. Un traitement de choc type chimiothérapie pour détruire la maladie "publique" ne sera que bénéfique pour la croissance et le portefeuille des contribuables.
a écrit le 26/03/2013 à 19:30 :
ha!ha!la rigueur....j'espère qu'ils vont consever Contassot quand meme!
a écrit le 26/03/2013 à 18:54 :
Triste gouverneur de la Banque de France, incapable de se projeter et de prévoir l'avenir alors qu'il a une position privilégiée avec une mine d'informations en sa possession et qui plus est avec une rémunération de délire ! Pour mémoire, cet homme soutenait avec aplomb en fin de 4eme trimestre une croissance pour 2013 de 0,8%.
Encore un de plus a viré pour incompétence !
Réponse de le 26/03/2013 à 19:24 :
faut croire que leur argent, leur ôte tout discernement !!!!!! !
a écrit le 26/03/2013 à 18:30 :
Il serait vivement temps de moderniser et d'alléger les charges d'exploitation de la Banque de France et ce, à tous niveaux. De plus, lorsque l'on voit les salaires et les avantages vraiment généreux qui sont de mises, je me dis que je me verrai bien travailler à la Banque de France.

Reste qu'il n'est plus possible de fonctionnement comme il y a encore, quelques années de cela. Les temps changent, les besoins et le fonctionnement doivent être adaptés.
a écrit le 26/03/2013 à 17:17 :
Il y a longtemps qu'on aurait dégraisser ce mamouth
a écrit le 26/03/2013 à 16:33 :
Les autres banque centrales ont degraisse a l'arrive de la BCE. Pourquoi rien a ete fait pour la Banque de france?
Réponse de le 26/03/2013 à 17:25 :
parce qu on est en France et ce qui est possible ailleurs sur la ponction publique ne l est jamais chez nous
a écrit le 26/03/2013 à 15:28 :
les avantages, les +++ des agents ... qui ne foutent rien ... je ne vous raconte pas ... vous seriez jaloux
on ferme toutes les agences de province ; on vire 70% des agents ( ils trouveront encore des avantages ) trucs inutiles en province
= économies
a écrit le 26/03/2013 à 14:55 :
Encore des privilégiés qui vivent sur le dos des autres.
Réponse de le 29/03/2013 à 23:39 :
Avant de raconter des absurdités, sachez que la Banque de France versera cette année plus de 3 milliards d'euros à l'Etat rien qu'en impôt sur les sociétés (elle en avait versé 2 l'année dernière), le montant des dividendes n'est pas encore fixés.
a écrit le 26/03/2013 à 14:19 :
Les agences de la Banque de France sont dans la même situation que les sous-préfectures appelés sous-préfectures fantômes avec du personnel payé à rien faire... Hélas ! le reflet de nombreuse administrations publiques.
a écrit le 26/03/2013 à 14:00 :
Les services et entreprises publiques sont le cancer de l'économie française qu'il faut éradiquer à tout jamais. Un traitement de choc type chimiothérapie pour détruire la maladie "publique" ne sera que bénéfique pour la croissance et le portefeuille des contribuable.
Réponse de le 26/03/2013 à 15:30 :
Et qui va s'occuper des dossier de surrendettement ? Pôle emploi ? Qu'est ce que j'aimerai que les gens qui tiennent de tels propos se retrouvent au chômage ou aient besoin du secteur public...
Réponse de le 26/03/2013 à 15:58 :
"La France gravement malade" votre cas et celui de la "gangrène, globulus,Antoine et bulletin blanc" sont très graves. Je vais vous parler franchement vous avez un cancer inguérissable qui mange vos cellules nuit et jour et ne vous laissera aucun répit jusqu'à la mort le cancer de la médiocrité et ce n'est sûrement pas avec des personnes comme vous que la France va se relever.
Réponse de le 26/03/2013 à 16:04 :
Mais bien sûr ne tombez pas dans le panneau ça sent la provoque de gens incompétents jaloux et qui ne connaissent pas grand chose à la vie. Car même si l'on est contre les fonctionnaires leurs arguments sont d'une telle pauvreté que même leur cerveau n'en revient pas d'être exploité à des fins aussi imbéciles.
Réponse de le 26/03/2013 à 16:52 :
Il y a une part de vérité qu'un pays avec moins de service publique et de fonctionnaire booste sa croissance et crée de l'emploi. Une démarche adopté par le Canada et la Suède, à ne pas négliger pour sortir notre pays de l'ornière...
Réponse de le 26/03/2013 à 18:51 :
il ne s agit pas incompetent de jaloux il est impossible ...que des inegalites perdurent ......la misere c est pour demain ...
a écrit le 26/03/2013 à 13:13 :
70% de charges salariales , ces nantis . Même traitement que les banques chypriotes . Les syndicats repus on en à rien à cirer !
a écrit le 26/03/2013 à 13:10 :
Ils nous feront toujours rire, malheureusement ce seront bientôt des larmes de sang.....

Globulus
a écrit le 26/03/2013 à 12:56 :
Une larme pour ceux payés sur 16 mois 3/4....
Réponse de le 02/04/2013 à 9:50 :
C'est faux, archi faux ... Depuis plusde 20 ans

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :