Le FMI recommande au Salvador de supprimer le statut de monnaie légale du bitcoin

Le Fonds monétaire international a rendu un rapport sur la situation économique du Salvador. A l'occasion de celui-ci, il exhorte les autorités locales à "supprimer le statut légal du bitcoin". Dans le même temps, le Fonds s'inquiète de "vulnérabilités" sur la dette publique.

3 mn

Certains administrateurs ont également exprimé leur inquiétude quant aux risques associés à l'émission d'obligations adossées au bitcoin, ajoute le FMI.
"Certains administrateurs ont également exprimé leur inquiétude quant aux risques associés à l'émission d'obligations adossées au bitcoin", ajoute le FMI. (Crédits : Yuri Gripas)

C'est la deuxième salve du Fonds monétaire international (FMI) à l'encontre du Salvador, premier Etat au monde à avoir légaliser le bitcoin comme monnaie d'échange officielle. Mais plus de six mois après la première mise en garde de l'institution, celle-ci se veut plus explicite. Elle demande de "réduire la portée de la loi bitcoin en supprimant le statut légal du bitcoin", écrit le FMI dans un communiqué, à l'occasion de la publication du rapport annuel sur la situation économique du Salvador.

Or, le Salvador, petit pays d'Amérique centrale qui se caractérise par une forte diaspora présente aux Etats-Unis réalisant des transferts d'argent et, dans le même temps, par une population faiblement bancarisée, ne l'entend pas de cette oreille. A la manoeuvre, son jeune président Nayib Bukele a même prévu de bâtir "Bitcoin city", une ville alimentée par l'énergie d'un volcan pour produire les jetons de la doyenne des cryptomonnaies dont la promesse est d'émanciper l'individu des décisions des banques centrales.

Le FMI, en tant qu'autorité centrale qui verse des aides aux pays émergents, estime qu'il y a "des risques importants associés à son utilisation pour la stabilité financière, l'intégrité financière et la protection des consommateurs". "Certains administrateurs ont également exprimé leur inquiétude quant aux risques associés à l'émission d'obligations adossées au bitcoin", ajoute le texte.

Des "vulnérabilités" sur la dette publique

Le 7 septembre,  au même titre que le dollar américain, le bitcoin, première cryptomonnaie décentralisée, était devenue une monnaie légale au Salvador, près de treize ans après sa création. Pour rappel, le dollar avait lui-même remplacé la monnaie nationale il y a vingt ans. Chahuté depuis le début d'année, en lien avec les places boursières inquiètes, le bitcoin vaut aujourd'hui plus de 37.500 dollars le jeton.

Parmi les partisans du bitcoin, beaucoup y voient d'ailleurs le moyen de s'émanciper du dollar, ou encore d'avoir la possibilité de réaliser des transferts d'argent de manière sécurisée, instantanée et sans frais via la technologie de la blockchain et le protocole informatique du Bitcoin. A contrario, des sondages parus dans la presse, au moment de l'adoption de la loi par les parlementaires, avaient fait été d'une opposition "à 70%" de la population vis-à-vis du bitcoin.

Lire aussi 5 mnBitcoin au Salvador : "Titanic monétaire" pour les uns, alternative au dollar pour les autres

Ces mises en garde du FMI interviennent en même temps que son bilan économique sur le pays. Ainsi, dans le même temps, le Fonds note "des vulnérabilités de la dette publique sont apparues". C'est dans ce contexte que le bitcoin a été adopté.

 "Les déficits budgétaires persistants et le service élevé de la dette entraînent des besoins de financement importants et croissants", relève l'institution de Washington.

Cela "comporte cependant de gros risques pour l'intégrité financière et du marché, la stabilité financière et la protection des consommateurs", détaille le Fonds. "Cela peut également créer des passifs éventuels", note-t-il.

Il rappelle que la pandémie a interrompu dix années de croissance, "mais le Salvador rebondit rapidement" grâce à une demande extérieure "robuste", des envois de fonds "résilients" et "une bonne gestion de la pandémie".

L'économie salvadorienne s'était contractée de 7,9% en 2020, avant de croître d'environ 10% en 2021. Le FMI table sur une croissance de 3,2% cette année.

(Avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 26/01/2022 à 9:35
Signaler
Bravo au Salavador, ce tout petit pays, minuscule, qui avec cette toute petite mesure fait trembler la finance mondiale. Risques sur la dette sans rire tandis que la plupart des pays développés ne pourront jamais les rembourser leurs dettes. États Un...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.