La Banque Postale lancera son offre de banque en ligne avant l'été 2019

 |   |  420  mots
(Crédits : DR)
Prévue au départ en 2017, la banque en ligne de la filiale de la Poste, baptisée "Ma French Bank", sera finalement commercialisée "avant l'été" 2019, a indiqué Rémy Weber, président du directoire dans un interview aux Echos. Cette offre doit permettre de reconquérir des clients jeunes qui s'orientent en priorité vers les néobanques ou banques en ligne.

Dans un marché déjà bien quadrillé, la Banque Postale a décidé de prendre son temps avant de lancer sa banque en ligne. Annoncée en 2016 pour début 2017, puis repoussée à l'automne 2018, sa future banque "digitale" baptisée "Ma French Bank" sera finalement lancée au printemps prochain, avant d'être commercialisée "avant l'été" dans 2.000 bureaux de poste, a indiqué, ce dimanche 11 novembre, Rémy Weber, le président du directoire, dans un entretien au journal Les Echos.

"Nous serions prêts à lancer 'Ma French Bank' début 2019 mais beaucoup de néobanques sont déjà sur le marché. Nous voulons sortir une offre différente des autres, avec entre autres du crédit à la consommation et du crowdfunding", a affirmé Rémy Weber dans la version en ligne du quotidien économique.

Banque de plein exercice avec son propre agrément, Ma French Bank proposera, en effet, du crédit, différents moyens de paiement (dont le chèque à la différence de certaines néobanques comme Compte Nickel et le compte C-zam de Carrefour) et des solutions de financement. La banque en ligne intègrera également un accès à la plateforme de financement participatif KissKissBankBank, acquise par la Banque Postale en 2017.

Un objectif d'un million de clients d'ici cinq ans

Rémy Weber a également détaillé que la Banque Postale visait "plus d'un million de clients d'ici cinq ans", et a précisé que sur les 1,5 milliard d'euros qu'elle va investir en développement dans le digital "sur quatre ou cinq ans", 100 millions seront consacrés à "Ma French Bank".

"Nous avons deux fois plus de clients âgés de plus de 75 ans que les autres banques. Et nous n'arrivons pas à compenser par une conquête suffisante. Nous devons faire des progrès dans la conquête des clients jeunes", a souligné le président du directoire.

Par ailleurs, il souligne que le rapprochement avec CNP Assurances pour créer un grand pôle public de banque et d'assurances, "doit nous donner une assise qui nous permettra d'assurer notre développement".

"L'objectif est d'obtenir tous les feux verts en 2019 afin d'être en mesure de consolider le groupe début 2020", a-t-il précisé, avant de souligner que "la gouvernance restera identique".

En 2017, la Banque Postale avait dégagé un bénéfice net de 764 millions d'euros, soit une progression de 10,1% par rapport à l'année précédente. Ses revenus avaient également progressé, avec un produit net bancaire de 5,7 milliards, soit une hausse de 1,5%.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2018 à 14:00 :
mon expérience personnelle en tant que client de la banque postale "traditionnelle" m'a convaincu qu'en plus d'être très chère, la BP était incapable de fournir des services de qualité.

Alors en quoi le fait d'être "hors de portée de claques" rendrait t'il la BP plus efficace et moins chère?
a écrit le 12/11/2018 à 9:03 :
Avec un nom pareil, on recherche l'export et les actionnaires et non pas le service aux français! Comme pour toute les entreprises qui ont changé de nom et appartenaient aux français qui en étaient "les usagers"!
a écrit le 12/11/2018 à 8:59 :
Avec un nom pareil, on recherche l'export et les actionnaires et non pas le service aux français!
Réponse de le 12/11/2018 à 21:03 :
ce nouveau nom c'est pour plaire aux jeunes, la principale cible qui recherche le moins cher et qui est très à l'aise avec le digital (gain de temps, facilité d'utilisation et j'en passe...)

et il n'y a pas d'actionnaires "privés" pour la poste, c'est l'Etat qui détient tout..
a écrit le 12/11/2018 à 8:52 :
...banque francaise ... "my french bank" !?!
les intellos des bureaux ont encore sévi : un nom a faire fuir les clients !
a écrit le 12/11/2018 à 8:16 :
Quel nom insultant pour la langue française !

Ces gens veulent détruire notre langue et notre culture.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :