Une correction brutale, premier risque sur les marchés financiers

 |   |  856  mots
L'Autorité des marchés financiers souligne que « toute correction sur [les actions américaines] se propagerait très vraisemblablement au reste des marchés actions. »
L'Autorité des marchés financiers souligne que « toute correction sur [les actions américaines] se propagerait très vraisemblablement au reste des marchés actions. » (Crédits : Brendan McDermid)
Dans un climat macro-économique favorable mais avec de nouvelles menaces de guerre commerciale ou de fragilité de pays émergents, la valorisation élevée des actifs financiers (actions et obligations) fait planer la menace d'une chute violente des cours. L'Autorité des marchés financiers la place comme le premier risque dans sa cartographie des marchés financiers 2018.

Est-ce que l'été sera chaud sur les grandes Bourses mondiales ? C'est l'une des questions qui taraudent stratégistes et investisseurs en ces temps de canicule. Et ce d'autant plus que, après un pic de volatilité et un mini krach en février, les marchés ont largement poursuivi leur progression et présentent des valorisations très élevées.

L'Autorité des marchés financiers (AMF) identifie ainsi une « correction »  comme le risque numéro un sur les marchés, dans sa cartographie des risques 2018, présentée ce jeudi. Comme l'an dernier et les deux années précédentes, du fait de ces niveaux record.

« Dans la droite ligne de 2017 et depuis 2015, encouragé par des facteurs conjoncturels et structurels, le risque de correction brutale du prix des actifs financiers est le premier risque auquel nous sommes attentifs », a déclaré le secrétaire général de l'AMF, Benoît de Juvigny.

Certains indices comme le S&P500 américain ou le DAX30 allemand ont atteint leur plus haut niveau historique en janvier 2018, date à laquelle le S&P500 réalisait sa plus longue période sans baisse supérieure à 5% depuis 1929. Les ratios cours sur bénéfices des actions (Price earning ratio ou PER) sont très élevés, surtout aux Etats-Unis.

« Or, toute correction sur ce segment [les actions américaines] se propagerait très vraisemblablement au reste des marchés actions », insiste le rapport de l'AMF.

De plus, l'éclaircie conjoncturelle a participé au regain d'activité sur les marchés primaires (les nouvelles émissions) d'actions et d'obligations. Avec une hausse des émissions de 5% par rapport à l'année précédente, les marchés obligataires ont atteint des records en 2017.

« Les marchés actions, en particulier américains, et les marchés obligataires plus généralement paraissent les plus vulnérables », a souligné le président de l'AMF Robert Orphèle.

price earning ratio PER depuis 2002

[ Les ratios cours sur bénéfices (PER) est historiquement élevé, se situant au dessus de leur moyenne de long terme, en particulier aux Etats-Unis. Crédit : AMF. Cliquer sur le graphique pour l'agrandir. ]

Les menaces d'une correction brutale

L'agitation de début février a mis en lumière les fragilités du système. La chute des cours en février 2018 s'explique par « la surinterprétation de quelques événements par les marchés » selon Benoît de Juvigny, notamment la crainte d'une remontée plus rapide que prévu de l'inflation aux Etats-Unis à la suite de l'annonce de l'accélération des salaires. La volatilité, mesurée notamment par l'indice VIX, qui était demeuré historiquement bas, autour de 10 et 15 points, a grimpé de 37 points en quelques jours, reculant par la suite sans retrouver son niveau précédent.

« Les produits permettant de parier sur la volatilité se sont démocratisés ces dernières années dans un contexte de recherche de rendement de la part des investisseurs. Or, ces produits peuvent amplifier les chocs, ce qui a contribué au saut de volatilité observé début février 2018 » analyse l'AMF dans son rapport.

volatilité indice vix depuis 2016

[L'indice de volatilité a atteint son pic au début de l'année 2018 et reste depuis au dessus de son cours antérieur. Crédit : AMF. Cliquer sur le graphique pour l'agrandir. ]

Les marchés émergents, déclencheurs de la correction ?

Les facteurs potentiels de déclenchement d'une telle correction sont nombreux, notamment les aléas géopolitiques ou les difficultés propres à un pays émergent.  Le chef économiste de l'AMF, Stéphane Gallon, a cité parmi ces pays émergents vulnérables le cas de l'Argentine et la Turquie, qui ont connu une très nette dégradation de leur monnaie. La hausse des taux longs américains (à 10 ans) et la diminution de leur écart avec les taux courts (à 1 an) sont souvent « un mauvais signe », celui de la fin d'un cycle économique, annonciateur de la récession : de nombreuses incertitudes planent donc sur le marché, incertitudes contagieuses pour tous les marchés du monde et en particulier ceux des pays émergents.

« Au ralentissement conjoncturel dû au fait que la croissance de 2017 était supérieure à la croissance potentielle s'ajoutent les risques liés à la montée du protectionnisme » a relevé Stéphane Gallon..

Un autre risque pèse plus spécifiquement sur les marchés européens, à l'approche de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

« Le risque d'un Hard Brexit existe, il est significatif » a fait valoir Benoît de Juvigny.

Dans un scénario de Hard Brexit, de sortie sans accord, se poserait un risque de continuité des contrats sur les produits dérivés ou sur la compensation de ces produits, ce qui va nécessiter de réécrire les contrats avant la date fatidique du 29 mars 2019, pour éviter tout « cliff-effect » (chute au bord du précipice).

« A neuf mois de l'échéance et alors que certaines révisions de textes européens sont encore en négociation, il convient de réfléchir à des solutions pratiques pour les intervenants » met en garde Robert Ophèle dans le rapport.

 ---

risques marchés financiers AMF

[Cartographie des risques financiers 2018 et 2019. Crédit : AMF]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2018 à 12:17 :
Il est impossible de savoir si la hausse des marchés des dernières années est du à la bonne santé de l'économie et à la (trop grande) confiance des investisseurs ou si c'est une énorme bulle due aux milliers de milliards de "fausse monnaie" fabriquées par les banques centrales depuis 7 ans. Si c'est la première hypothèse il faut se préparer à une simple correction avec une perte de 30%. Dans le deuxième cas, attendons nous à un énorme retour de bâton avec des faillites d'états hyper endettés et une possible baisse de 70%.
a écrit le 08/07/2018 à 11:21 :
"depuis 1929". Excellente référence... Il s'est passé quoi, d'ailleurs..?? ;-) . Sinon, soyez sans inquiétude : les banques centrales continuent de déverser de la "liquidité" en rachetant les "actifs". Donc, tutti va bene...
a écrit le 07/07/2018 à 13:47 :
Une correction brutale est le premier risque des marchés financiers : ça c'est un scoop!
a écrit le 07/07/2018 à 9:02 :
Il y a certes des mouvements erratiques et des consolidations, mais in fine, tout est lié aux taux d'intérêts: tant que les taux ne remonteront pas de manière significative, les marchés actions ont de beaux jours devant eux. Et pour l'instant, compte tenu des dettes publiques incontrôlées, il est impossible de remonter les taux, sans provoquer des séismes sur les finances des états et donc sur le social. Perso, je ne prête pas de l'argent à des états qui cumulent plus de 2000 milliards de dettes, et surtout pas pour des peccadilles; une simple décision de "bon père de famille".
a écrit le 06/07/2018 à 22:30 :
La "correction brutale" constitue-t-elle le risque lui-même, ou bien n'est-elle pas plutôt la conséquence de sa réalisation ? C'est tellement facile de vouloir faire peur. D'habitude on parle du Brexit ou de Trump... Bien évidemment, cela ne veut pas dire que le risque n'existe pas. Seulement il y a deux types d'investisseurs : les audacieux et les tremblants...
a écrit le 06/07/2018 à 14:42 :
Les marchés financiers sont aux mains des grandes monarchies de la planète. Il suffit de voir comment elles se portent bien depuis la crise. Le matraquage économique appliqué aux démocraties porte ses fruits avec la monté du fascisme dans les pays européens. Le marché a ses propres objectifs qui sont loin d'être uniquement financiers...
a écrit le 06/07/2018 à 14:31 :
Il existe une technique : «  le temps mort »
pendant les 2 mois de «  vacances »

les bourses mondiales laissent leur quotas faire du sur- place = temps mort

ça «  baisse «  les tensions
et ça repart d’un bon dynamique
en «  septembre » ?

il faut «  aussi » savoir s’arrêter pour apprécier le «  chemin parcouru «  depuis 3 ans non ?

savoir dire «  stop » à une frénésie ?
savoir dire «  stop » à toujours plus , plus plus...

se satisfaire d’un «  mode PAUSE »

c’est «  la nouvelle innovation économique :
le temps mort »...
a écrit le 06/07/2018 à 10:48 :
La question n'est pas de savoir si, mais quand la correction arrivera. Les éléments sont là, pour que cela explose, les deux principaux risques étant les marchés de dérivés et la Dette mondiale, avec une crise de liquidités majeure. Cela pourrait débuter par la cessation de paiements d'un pays faible, avec une répercussion sur les autres. Les banques centrales ayant déjà utilisé à fond la manette monétaire, ne pourrons faire grand chose. Alors pour l'instant tout le monde prie secrètement pour que cela dure encore comme cela, pour garder son job.
a écrit le 06/07/2018 à 9:58 :
Pour l'instant on assiste surtout à un dégonflement salutaire de la bulle financière mondiale.

Nous savons tous que l'argent de la finance est déconnecté de l'économie réelle faisant que nous ne pourrions pas matérialiser, et de très très loin, tout l'argent qu'il y a dans les paradis fiscaux et ailleurs par des espèces ou de l'or.

Cela plus de 20 ans que nous le savons, vu que le monde se sacrifie pour engraisser ses plus riches il ne pouvait en être actuellement autrement. La place de la finance est démesurée au sein de notre économie parasitant tout, il est juste temps qu'elle reprenne sa place de suiveuse et plus de dirigeante car incapable de l'être.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :