La néobanque N26 lève 300 millions de dollars et devient une licorne

 |   |  495  mots
La néobanque allemande N26 vient de bénéficier de l'investissement privé le plus important pour une Fintech en Europe sur ces dernières années, dépassant le précédent tour de table de sa rivale britannique Revolut.
La néobanque allemande N26 vient de bénéficier de "l'investissement privé le plus important pour une Fintech en Europe sur ces dernières années", dépassant le précédent tour de table de sa rivale britannique Revolut. (Crédits : AXEL SCHMIDT)
La Fintech allemande N26 réalise une levée de fonds XXL auprès de nouveaux investisseurs de renom, l'américain Insight Venture et le singapourien GIC, qui la valorise 2,7 milliards de dollars. Grâce à cet argent frais, la nouvelle licorne de la Fintech européenne entend s’attaquer au marché américain et vise le cap très ambitieux des 100 millions de clients.

N26 débute l'année sur les chapeaux de roues. Moins d'un an après avoir levé 160 millions de dollars, la néobanque allemande vient d'officialiser une nouvelle levée de fonds de 300 millions de dollars (environ 260 millions d'euros). Ce tour de table a été mené auprès de deux nouveaux investisseurs : Insight Venture Partners, une société américaine de capital-risque et de private equity, et le fonds souverain singapourien GIC. Ils rejoignent une batterie d'investisseurs historiques dont le géant chinois Tencent, éditeur de la très populaire application WeChat, ou encore l'assureur allemand Allianz, à travers son bras de corporate venture Allianz X.

L'opération, que N26 présente comme "l'investissement privé le plus important pour une Fintech en Europe sur ces dernières années", valorise la startup berlinoise 2,7 milliards de dollars et fait d'elle une nouvelle "licorne" (entreprise non cotée en Bourse valorisée plus d'un milliard de dollars). Le montant total des fonds levés depuis sa création en 2013 s'élève à 513 millions de dollars (environ 444 millions d'euros).

N26 (ex Number 26) a développé une application mobile qui permet d'ouvrir un compte courant avec une carte de paiement en quelques minutes et à moindre coût (gratuitement sauf frais d'inactivité ou 10 à 17 euros euros par mois). Elle dispose d'une licence bancaire en Allemagne qu'elle peut utiliser dans tout le marché européen et revendique aujourd'hui 2,3 millions de clients sur le Vieux continent, contre un million en juin dernier. En France, où elle s'est lancée en janvier 2017, la jeune banque mobile aurait déjà séduit quelque 600.000 clients, contre 200.000 il y a un an, "3 fois plus qu'un an plus tôt" relève l'entreprise.

"La France est un marché très important pour N26. La banque mobile a l'intention de devenir la première banque numérique dans l'Hexagone" affirme-t-elle, précisant "bientôt".

 N26 ne divulgue pas en revanche le nombre de clients ayant souscrit à ses offres payantes. Elle assure que ses clients ont déposé plus d'un milliard d'euros et qu'elle a traité plus de 20 milliards de dollars de transactions.

--

N26 néobanque utilisateurs

[Progression du nombre d'utilisateurs. Crédits : N26]

Sur les traces de sa rivale Revolut

La nouvelle licorne de la Fintech européenne, qui emploie plus de 700 personnes, entend désormais passer le cap des 100 millions de clients, mais ne précise pas l'échéance qu'elle s'est fixée pour atteindre cet objectif de taille. N26 est aujourd'hui présente dans 24 marchés européens et prévoit de s'implanter outre-Atlantique dès cette année.

« Le lancement de nouveaux marchés sera bientôt annoncé », indique l'entreprise dans un communiqué de presse.

N26 se lance ainsi sur les traces de sa rivale britannique Revolut, qui en avril dernier a bouclé un tour de table de 250 millions de dollars pour une valorisation de 1,7 milliard de dollars. Elle aussi s'est fixée l'objectif ambitieux de séduire 100 millions d'utilisateurs en s'attaquant aux marchés américain et asiatique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :