La Société Générale a fait saisir les comptes de Kerviel

La banque espère recouvrer le million d'euros auquel son ex-trader a été condamné en appel en septembre dernier. Jérôme Kerviel l'accuse de vouloir "l'asphyxier". Le volet fiscal reste en suspens.
Delphine Cuny
Jérôme Kerviel accuse la banque de vouloir [l']asphysier jusqu'à la fin de [ses] jours. La Société Générale dit le traiter comme n'importe quel débiteur.
Jérôme Kerviel accuse la banque de vouloir "[l']asphysier jusqu'à la fin de [ses] jours". La Société Générale dit le traiter comme n'importe quel débiteur. (Crédits : CHARLES PLATIAU)

Condamné en appel à verser 1 million d'euros de dommages et intérêts à la banque, en septembre, Jérôme Kerviel avait déclaré à l'époque estimer "ne rien devoir à la Société Générale". Il ne s'est pas pourvu en cassation, la banque non plus, mais celle-ci n'avait pas l'intention de s'asseoir sur ses indemnités. La banque de La Défense a donc saisi il y a quelques mois les comptes bancaires de l'ex-trader, qui s'en est ouvert au journal 20 Minutes, accusant la SocGen de vouloir "[l']asphyxier jusqu'à la fin de [ses] jours...":

« Inconsciemment, je pensais que la Société Générale ne le ferait pas...

J'ai envoyé un mail à mon banquier, le 18 janvier, car je devais effectuer un virement. Il m'a alors indiqué que ce n'était pas possible car mes comptes venaient d'être saisis. Ils ont pris entre 3.000 et 4.000 euros et m'ont laissé l'équivalent d'un RSA. Cela devient très compliqué de survivre... »

Comme n'importe quel débiteur...

La banque confirme et rappelle que son avocat avait jugé la sanction "humaine, un montant compréhensible pour l'opinion publique, quelque chose qui peut être payé". Elle ajoute :

« Même si le million d'euros auquel M. Jérôme Kerviel a été condamné ne représente qu'une partie infime du préjudice subi par Société Générale, la Cour d'appel de Versailles a manifestement voulu que l'auteur de l'abus de confiance soit en mesure de rembourser à sa victime ce montant. La banque respecte donc la décision des juges et récupère sa créance, comme elle le ferait à l'encontre de tout débiteur. »

Jérôme Kerviel, qui a été interdit à vie d'exercer dans la finance, a écrit un livre, "L'Engrenage : mémoires d'un trader", dont il a vendu les droits d'adaptation au cinéma, suivi d'un autre, "J'aurais pu passer à côté de ma vie", paru en novembre dernier. Il a refusé l'idée d'un appel à la générosité de ses soutiens, par le biais d'une souscription publique, suggérée par son avocat, Me David Koubbi.

Redressement fiscal en suspens

Interrogé sur France Info, Me David Koubbi a dénoncé « cette tactique d'essoufflement et de nuisance maximale ». Il garde espoir dans la (très longue) procédure en révision des condamnations pénales.

Quant aux 2,2 milliards d'euros de crédit d'impôt perçus par la Société Générale au titre de la perte imputée à l'ex-trader et dont Bercy avait décidé de demander le remboursement, total ou partiel, le sujet reste en suspens. La banque continue de penser que la décision de la Cour d'appel de Versailles, qui avait souligné sa part de responsabilité du fait de ses manquements, est « sans effet sur sa situation fiscale ». Elle reconnaît néanmoins dans son document de référence déposé le 8 mars qu'« un litige reste possible sur ce sujet devant les juridictions compétentes ». Se réfugiant derrière le secret fiscal, la banque n'avait pas caché qu'elle contesterait en justice un éventuel redressement fiscal. « Quand on connaît les délais, on en a pour dix ans », prédit une source proche du dossier.

Delphine Cuny

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 12/04/2017 à 15:36
Signaler
Quant à l'intéressé Kerviel il n'a eu de cesse d'apitoyer l'opinion sur son sort pour influencer favorablement la justice, enfilant ici les habits d'un Che moderne, là les guêtres du gentil illuminé mystique. Maintenant il se fait passer pour la vict...

à écrit le 12/04/2017 à 14:51
Signaler
C'est rigolo la façon dont les forum sont contrôlés par la Tribune.. on aime les commentaires positifs?

à écrit le 11/04/2017 à 16:54
Signaler
toutes choses étant égales par ailleurs,la justice pourrait demander au candidat Fillon de rembourser quand il s'est permis de taper dans la caisse des fonds publics pour arrondir ses fins de mois.

à écrit le 11/04/2017 à 14:54
Signaler
quant a moi client de la societe generale je goute fort peu le fait que Daniel Bouton president de la societe generale a l"epoque soit partie avec 1 200 000 euros de retraite annuelle,pour le resultat que l,on sait(kerviel,mais beaucoup d"autres enga...

à écrit le 11/04/2017 à 12:01
Signaler
Kerviel s'est contenté d'affirmer que la banque était informée de ses agissements sans en fournir la réelle preuve. D'un autre coté, si la banque n'est pas complice, elle est coupable de négligence dans son contrôle interne. Kerviel n'est pas un peti...

le 11/04/2017 à 13:30
Signaler
Le voleur était-il votre employé à voler ? Vous a-t-il débarrassé d'une bagnole pourrie comme l'étaient les produits financiers "garantis" de la sogé ? Avez-vous touché du pognon de l'assureur, i.e. l'Etat, pendant que le vilain voleur allait en ...

le 11/04/2017 à 14:50
Signaler
C'est tellement gros comme affaire pour toucher l'argent du contribuable que l'on se demande si les deux parties ne sont pas complices, avec de gros dédommagements pour services rendus.

à écrit le 11/04/2017 à 11:57
Signaler
Les banques ont toujours eu le coeur sur la main ! Nonobstant l'affaire Kerviel vs Société Générale, un bref retour à l'actualité politique montre la folie de confier les destinées du pays à un banquier !

à écrit le 11/04/2017 à 10:49
Signaler
La société Générale est une banque qui spécule sur les marchés financiers depuis des années. Cette spéculation représente une grande partie de son bénéfice. Kerviel est un exécutant du système qui n'a pu agir seul. Lui demander 1 millions d'euros ne ...

à écrit le 11/04/2017 à 10:47
Signaler
Hal-lu-ci-nant. Surtout quand on se souvient de Frédéric Oudéa niant, de façon bien cahuzienne et devant le sénat, l'existence de sociétés off-shore pour la société générale...1 mois avant la révélation des panama papers. Ainsi la justice peut saisir...

à écrit le 11/04/2017 à 10:12
Signaler
Les clients de la SG savent désormais à quoi s'attendre de la part de leur banque... et des autres. Les banques ont trop de pouvoir sur la circulation de l'argent désormais totalement virtuel. Sous prétexte de transparence et en accord avec l'Etat, e...

le 11/04/2017 à 12:33
Signaler
Nous sommes 3700 retraités à retirer nos avoirs mobiliers et immobiliers pour un transfert vers le Maroc .la france un pays qui par vers une dictature

le 11/04/2017 à 18:31
Signaler
@groupe retraites Ah, nos ex_peaces and love toujours dans les bons coups,sinon ce sont les mêmes qui critiquent l'immigration et les minarets ici ?

à écrit le 11/04/2017 à 9:36
Signaler
La Société Générale fait la une des faits divers les plus sombres, les troubles depuis le milieux des années 97, la Société Générale ternit durablement l'image de la France, la Société Générale devrait se voir infliger des amendes et retirer to...

à écrit le 11/04/2017 à 8:57
Signaler
Vue la nuisance qu'a démontrée M.Kerviel envers son employeur, non content d'avoir fait perdre des montants extravagants en montant sur base de faux en écriture des positions surréelles, vues les pertes des actionnaires propriétaires (10 euros par ti...

le 11/04/2017 à 14:24
Signaler
SG connaissait parfaitement la situation, ayant ete alerte moulte fois des positions risquées prises par son trader qui, a fin décembre, était bénéficiaire de 1,5 milliards d euros..... Un retournement brutal tout début 2008....a obligé SG a liquide...

à écrit le 11/04/2017 à 6:03
Signaler
Les "traders" sont les esclaves des fonds de pensions, banques et autres conglomerats. Que lun d'eux se fasse epingler me laisse de marbre. Le jeux est de profiter, mais quand ca coince, il n'y a plus personne. Tant pis pour lui, il est le pot de ter...

à écrit le 10/04/2017 à 23:13
Signaler
Bel exemple. Eeet.. qu'en pense d'autres traders, eux aussi salariés..??

à écrit le 10/04/2017 à 20:32
Signaler
Les dirigeants de la société générale sont de mauvais joueurs et fourbes jusqu'au bout...même pas cette élégance pour tirer un trait sur cette lamentable histoire.... le tribunal a eu raison de les débouter de 99% de leurs pretentions....bon courage ...

à écrit le 10/04/2017 à 20:14
Signaler
Et dire qu'un patron est censé être responsable car avoir le contrôle de ses salariés, cela décoiffe légèrement. Tout le monde comprend pourquoi les Prud'hommes existent... Mais le principal est qu'ils n'aient pas perdu d'argent grâce à l'impôt et en...

le 12/04/2017 à 9:40
Signaler
@yvan "Et dire qu'un patron est censé être responsable car avoir le contrôle de ses salariés, cela décoiffe légèrement." Le plus cocasse, c'est qu'au moment où on demande à nos chers grands patrons de justifier leurs rémunérations indécentes, leur ...

à écrit le 10/04/2017 à 20:10
Signaler
Quitter cette banque les Français ! C un conseil d'ami

à écrit le 10/04/2017 à 19:33
Signaler
Voilà le véritable visage des banquiers et ce sont eux qui dirigent le monde, pas étonnant que ce dernier aille mal.

à écrit le 10/04/2017 à 19:19
Signaler
quand Kerviel a fait gagner de l'argent a sa banque tout était bien il a joué il a perdu c'est la loi de la finance a la place des Français qui ont un compte dans cette banque je partirai immédiatement aller a une autre plus saine

le 11/04/2017 à 1:06
Signaler
quelle banque "saine" connaissez vous ? Je cherche encore !

le 11/04/2017 à 6:32
Signaler
Laquelle ?

le 11/04/2017 à 11:46
Signaler
Une banque saine ? la banque alimentaire, évidemment !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.