LCL organise un casting géant de startups pour dessiner la banque "urbaine" de demain

 |   |  638  mots
Mercredi 15 mai, 140 startups ont pitché leur solution au siège du LCL, qui souhaite dessiner la banque urbaine de demain.
Mercredi 15 mai, 140 startups ont pitché leur solution au siège du LCL, qui souhaite dessiner la banque "urbaine de demain". (Crédits : Juliette Raynal)
La filiale du Crédit Agricole a convié 140 jeunes pousses à pitcher leur offre sur le thème des « solutions qui faciliteront la vie dans la ville de demain » devant un parterre de 1.500 clients, collaborateurs et investisseurs. A la clef : la possibilité de déployer son service auprès des 6 millions de clients particuliers de la banque de détail.

Un système de connectivité temporaire, une balise connectée pour localiser un vélo volé ou anticiper ses réparations, une carte prépayée pour acheter son plein de carburant à prix fixe, une plateforme d'accompagnement des étudiants étrangers dans leur installation, un service de rénovation d'appartement, un module de formation intégré dans l'écran d'accueil du smartphone... Vous pensez être à Vivatech, le grand salon dédié aux startups et à l'innovation ? Erreur, vous vous trouvez au siège social du LCL, situé au 19 boulevard des Italiens à Paris.

Le temps d'une journée, l'immeuble du XIXe siècle s'est transformé en temple de l'innovation à l'occasion de la première édition du LCL Startup Day, organisé ce mercredi 15 mai. De part et d'autre du grand atrium, 140 startups s'agitent et se relaient sur deux scènes pour pitcher leur solution en trois minutes et la confronter au regard critique des 1.500 clients, collaborateurs du groupe et investisseurs attendus pour l'occasion.

« L'objectif de cette journée est de créer un bouillonnement. Nous souhaitons que les startups nous amènent des idées, de la contradiction, nous titillent, nous amènent de l'innovation. Je suis convaincu qu'en la matière, il faut mixer les compétences, les talents, les âges, les hommes, les femmes. Il faut s'ouvrir sur le monde », expose Michel Mathieu, directeur général du LCL, galvanisé par l'énergie ambiante.

140 startups sélectionnées sur 280

La banque, filiale du Crédit Agricole, qui cherche à réaffirmer « son ADN urbain et son ancrage au cœur des villes, au coin de la rue », a choisi pour fil conducteur de la journée : « Les solutions qui faciliteront la vie dans la ville de demain », qu'elles soient bancaires... ou non. L'appel à projet auquel 280 startups ont répondu s'est articulé autour de quatre moments de vie : je suis étudiant, j'entre dans la vie active, j'acquiers un bien immobilier, et je prépare ma retraite.

« Après un premier filtre, nous avons gardé 140 startups en se focalisant sur l'offre dédiée aux particuliers et en éliminant les projets qui n'avaient pas la déclinaison opérationnelle que nous recherchions. Parce que l'intérêt, aussi, de cette journée c'est d'aller très vite dans la mise en œuvre. À la clef, il y a une relation de partenariat avec LCL qui se traduit de manière concrète par la mise en place de leurs services à l'échelle industrielle, c'est-à-dire auprès de nos 6 millions de clients particuliers », détaille Orli Hazan, directrice stratégie, transformation et innovation du groupe.

Un débouché évidemment attractif pour les jeunes pousses en quête de nouveaux gisements de clients. Fabrice Gaumont, cofondateur de la startup B-Wifi, qui propose des accès Internet temporaires aux touristes séjournant en France, mise sur cette journée de pitchs pour développer sa solution sur un nouveau marché : « Lors d'un déménagement, vous faites souvent face à une interruption de connexion Internet pendant une dizaine de jours. L'idée serait que LCL offre notre solution à ses clients qui contractent un prêt immobilier », projette l'entrepreneur.

La vingtaine de jeunes pousses sélectionnée à l'issue de la journée sera de nouveau conviée le 3 juin prochain pour un échange avec les différentes fonctions de l'entreprise, de la conformité à l'IT, en passant par le juridique, le marketing et la sécurité des systèmes d'information en vue de signer le contrat de partenariat. Le LCL fera, par ailleurs, appel à la jeune entreprise Early Metrics, spécialisée dans la notation de startups, pour évaluer la solidité des finalistes et leur capacité à monter en charge. La banque anticipe déjà une deuxième édition du LCL Startup Day. « Celle-ci sera sans doute orientée vers les services pour les clients professionnels », précise Orli Hazan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :