Mobilité bancaire : pas encore d’effet loi Macron

 |   |  639  mots
Depuis le 6 février, le client n'a plus qu'à signer un mandat de mobilité à la nouvelle banque qui s'occupe de toutes les démarches. Boursorama en a reçu 16.000 en moins de trois semaines.
Depuis le 6 février, le client n'a plus qu'à signer un mandat de mobilité à la nouvelle banque qui s'occupe de toutes les démarches. Boursorama en a reçu 16.000 en moins de trois semaines. (Crédits : DR)
Trois semaines après l’entrée en vigueur du service d’aide à la mobilité bancaire, on ne constate pas de ruée mais un réel intérêt de la part des consommateurs. Ni de couacs à ce stade mais il est un peu tôt.

Les banques en ligne, de Boursorama à Fortuneo en passant par BforBank, comptent beaucoup sur la loi Macron facilitant la mobilité bancaire entrée en vigueur le 6 février pour grignoter des parts de marché. Le nouveau système permet en effet au client de signer simplement un mandat de mobilité à sa nouvelle banque qui se charge de toutes les démarches auprès de l'ancienne et des principaux organismes concernés par des virements ou prélèvements.

La banque LCL, filiale de Crédit Agricole, aurait même conçu un argumentaire anti-Boursorama, s'inquiétant d'un afflux important de mandats de clients prêts à partir pour la banque en ligne, selon Le Monde. Les banques, en ligne surtout, rivalisent de primes pour attirer le client : 80 euros en général, jusqu'à 130 euros chez BforBank, la filiale du Crédit Agricole, et même 250 euros chez Axa Banque pour ceux qui domicilient leurs comptes.

Pourtant, près de trois semaines après l'entrée en vigueur, il n'y a pas eu encore de ruée, d'effet « loi Macron », ou si peu, au vu des quelques chiffres commençant à circuler. Et ce malgré les campagnes de communication à la télévision et sur les réseaux sociaux, tant des challengers que de certaines banques installées comme BNP Paribas.

Hausse de 20% chez Fortuneo

« Nous n'avons pas vu de mouvements très importants, et ils ne nous sont pas défavorables » a indiqué Nicolas Théry, le président du Crédit Mutuel CM11 ce jeudi. « Pour l'instant, nous prenons les chiffres avec des pincettes. Nous ne sommes pas convaincus qu'ils soient très supérieurs à une autre année » confie le porte-parole d'une grande banque de la place. La directrice générale de Boursorama, Marie Cheval, a été la seule à communiquer de manière précise jeudi en dressant un bilan de l'activité de l'année : la filiale de la Société Générale a indiqué avoir reçu 16.000 mandats entrants et moins de 200 sortants. Pas vraiment époustouflant.

Rapporté sur un mois aux plus de 250.000 clients acquis (en brut) en 2016, c'est finalement un score assez habituel pour le pionnier de la banque en ligne, qui vient de franchir le cap du million de clients le 31 janvier. La présidente du leader français s'est défendu de se livrer à un démarchage « agressif ».

Grégory Guermonprez, le directeur France de Fortuneo, la banque en ligne du Crédit Mutuel Arkéa, qui revendique plus 600.000 clients en France, en Belgique et au Luxembourg (dans les 400.000 estimés dans l'Hexagone), nous confie :

« Fortuneo reçoit aujourd'hui 20 fois plus de mandats "entrants" que "sortants". Les mandants proviennent principalement des banques traditionnelles. Nous constatons une hausse de 20% des ouvertures de comptes en 2017 par rapport à 2016 ».

Frein des prêts et de l'épargne non concernés

A la Fédération bancaire française (FBF), pas de couacs constatés à ce stade, mais on observe que le processus n'est pas encore arrivé à son terme pour juger du bon fonctionnement : le changement de domiciliation bancaire intégral doit être effectif au bout de 22 jours ouvrés.

« S'il y avait eu des mouvements massifs, on en aurait eu des échos » confie une porte-parole.

En revanche, le guide pratique réalisé par cette l'association de la profession, téléchargeable en ligne, a connu un grand succès, reflétant une vraie curiosité de la part des consommateurs.

François Pérol, le président du directoire de BPCE (Banques Populaires Caisses d'Epargne) relevait mardi en présentant le plan de transformation de la banque de proximité que :

« La banque est un métier de stock. Les parts de marché évoluent lentement »

Et le fait que ni les produits d'épargne ni les emprunts (notamment immobiliers) ne soient concernés demeure un frein élevé à cette mobilité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2017 à 19:48 :
Bonjour,

Il y en a des couacs ! Notamment sur la lenteur des banques de départ. Il faut les relancer sans cesse. Il faut faire face à l'incompétence des conseillers sur le sujet. En tant que client j'étais mieux informé qu'eux. Ma banque de départ la BNP était totalement inefficace contrairement à ma nouvelle banque le Credit Agricole qui a un sans faute au compteur. Quand des sommes d'argent importantes sont en jeu, ils effectuent la mobilité bancaire concernant les prélèvements mais ne s'occupent pas des transferts de fonds... Pourtant demandés dès la signature des documents de mobilité bancaire ! Ils n'hésitent pas à mettre dans la mouise leurs clients qui partent, tout en sachant que l'on a raison et que l'on est dans notre droit. Il faut abuser des mises en demeures et autres lettres en recommandé avec AR...
a écrit le 27/03/2017 à 12:52 :
Bonjour,

J'ai signé un mandat de mobilité bancaire avec LCL (banque d'arrivée) le 13 février et depuis... rien (nous sommes le 27 mars) ! La Société Générale (banque de départ) n'a pour le moment pas été capable de fournir les données nécessaires ! Un souci informatique parait-il mais il est bien difficile d'avoir des informations fiables de la part de l'une comme de l'autre !
Je suis très sérieusement agacé.
a écrit le 27/03/2017 à 12:50 :
Bonjour,

J'ai signé un mandat de mobilité bancaire avec LCL (banque d'arrivée) le 13 février et depuis... rien (nous sommes le 27 mars) ! La Société Générale (banque de départ) n'a pour le moment pas été capable de fournir les données nécessaires ! Un souci informatique parait-il mais il est bien difficile d'avoir des informations fiables de la part de l'une comme de l'autre !
Je suis très sérieusement agacé.
a écrit le 27/02/2017 à 21:13 :
il veut qu'on aille tous chez Rothschild , la famille bancaire la plus riche de la planète !!
non?
ah oui non zut les Rothschild ne prêtent qu'aux états
a écrit le 27/02/2017 à 16:36 :
La solution mise en oeuvre en vue de la mobilité bancaire a été conçue par des gens qui n'avaient aucune connaissance de l'organisation, ni des flux interbancaires... à l'image de ce Gouvernement, où seules sont priorisées les compétences, sans aucune expertise. Les banques peuvent se frotter les mains : elles ne pourront plus être montrées du doigt comme frein à la mobilité bancaire puisqu'elles ont mis en oeuvre- et en toute connaissance de cause - la solution décrite dans la Loi Macron. Du coup, ce ne seront plus elles qui seront en tort, mais la Loi. Sur les 22 jours de délai entre le dépôt de mandat et le succès potentiel auprès de tous les émetteurs, ce sera un véritable défi pour le client de la nouvelle banque que de savoir où ses flux sont ! Tantôt chez la banque de départ, tantôt entre celle-ci et la banque d'arrivée, ou entre cette dernière et l'une de ses émetteurs, voire entre la banque de l'émetteur et son client... bref, un imbroglio inextricable.
A noter, que les prélèvements effectués par carte de paiement, tels les abonnements en ligne, ne sont pas collectés par la banque de départ.
Certaines banques de départ, ayant consenti un prêt à leur futur ex-client, lui refusent de changer la domiciliation bancaire de son prélèvement en remboursement de ce prêt : ce que la Loi interdit... mais entre la théorie et la pratique, il y a un GAP énorme
a écrit le 27/02/2017 à 13:35 :
Il faut ne rien comprendre au fonctionnement d'une société pour écrire un pareil article!
Les gens prennent leur temps. Les journalistes croient-ils qu'il suffit d'un titre pour faire bouger les gens?
Réponse de le 27/02/2017 à 16:26 :
Cela me rappel, l'ouverture à la concurrence du marché de l'électricité en France et la commercialisation de l'électricité aux particuliers ouverte depuis le 1er juillet 2007.Cela devait être la ruée , du moins pour ceux qui la voulait politiquement et bizaremment leurs electeurs n'y sont pas allés.Cela permet peut-être de critiquer toujours le CE d'EDF sur les forums, c'est déja ca. .Resultat des courses dix ans après moins de 6,7% était couverte par des offres de marché
a écrit le 27/02/2017 à 12:28 :
Tant qu'on nationalisera pas toutes les banques, on aura des dettes publiques envers les banques privées. Du coup l'état ne pourra plus avoir une école ou une police efficace, car déficit public, caisses vides. Du coup les impots vont augmenter. De meme on devrait séparer banques d'affaires et banques "normales" de dépot. Du coup les citoyens n'ont plus confiance aux banques. Du coup, à quoi ça sert tout ça ? Bonne question, où va t'on ?
a écrit le 27/02/2017 à 11:31 :
Quand mon PEL arrivera à la fin (début 2018), je ferme mon compte SocGen (ouvert en 1980). En attendant, j'ai demandé à ma conseillère de revenir aux relevés papier, pour justifier les deux euros par mois qu'on nous a inventé, depuis juillet 2016. Dématérialisé, c'est bien, ça leur économise des sous, tant pis pour eux.
Une année j'ai vu dans les tarifs généraux que payer hors euro par CB serait facturé un euro par transaction en plus de la commission sur la somme. Bigre, j'utilisais Paypal à la place, avec un taux de change pas défavorable. En 2015, j'ai fait 25 demi-pleins quand je suis monté en Suède (15 000km A/R de Savoie) plus le péage des ponts danois, heureusement que ma CB de banque en ligne ne fait payer que la commission, 25€ économisés (je payais mes courses en liquide, cette année je vais essayer la CB).
a écrit le 27/02/2017 à 11:13 :
Overdose de titres avec Macron ou le concernant dans la Tribune. Ce journal est-il payé par bébé Rothschild ? Et cela fait-il partie de ses frais de campagne ? Ras le bol de ce matraquage
a écrit le 27/02/2017 à 10:33 :
Entre les bus macron et le reste, c'est à ce demander ce qu'aura eu comme effet le passage de macron à Bercy
a écrit le 27/02/2017 à 9:23 :
La mobilité bancaire ne fait que déplacer les inquiétudes du client vers les banques, ce qui le met en position de force ce qui ne lui impose pas de changer d'établissement bien au contraire!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :