Natixis investit dans la startup Wynd qui lève 72 millions d’euros

 |   |  670  mots
Le cofondateur et directeur général de Wynd, Ismaël Ould (à droite), et une partie de son équipe.
Le cofondateur et directeur général de Wynd, Ismaël Ould (à droite), et une partie de son équipe. (Crédits : Wynd)
La filiale du groupe bancaire BPCE est l’investisseur principal d’un tour de table réalisé par la startup Wynd spécialisée dans la digitalisation des points de vente. Cette entrée au capital s’accompagne d’un partenariat industriel qui permet à Wynd d’ajouter une solution de paiement à sa plateforme.

La startup Wynd commence l'année sur les chapeaux de roues. La jeune pousse, qui a conçu une plateforme de prise de commande et d'encaissement adaptée aux différents canaux de ventes, vient d'officialiser une levée de fonds de 72 millions d'euros. Le tour de table a été mené par Natixis, la filiale de banque d'investissement et de services financiers du groupe BPCE (Banque populaire Caisse d'Epargne), aux côtés de trois autres investisseurs : la holding belge Sofina (famille Boël), BNF Capital Ltd et Sodexo, déjà présent au capital de la startup à l'occasion d'une levée de fonds de 30 millions d'euros réalisée en novembre 2016. Au total, depuis sa création il y a presque 5 ans, Wynd a levé plus de 110 millions d'euros. Le montant de sa valorisation reste confidentiel.

Un partenariat industriel avec Natixis

La prise de participation minoritaire de Natixis au capital de Wynd s'accompagne d'une collaboration industrielle avec Natixis Payments.

« Nous sommes très heureux de nous associer à Wynd pour apporter ensemble aux marchands une solution omnicanale concrète et déterminante pour développer leurs ventes et fidéliser leur clientèle à long terme. Elle pourra être combinée avec les solutions de paiement online et omnicanales opérées par les équipes de Natixis Payments et notamment de notre Fintech Dalenys [ex-Rentabiliweb, Dalenys a été rachetée par Natixis en juin 2017. Elle propose des solutions pour les e-commerçants, ndlr]. Cette solution sera également disponible pour les réseaux de franchise grâce à nos solutions d'encaissement pour compte de tiers », commente dans un communiqué de presse commun Pierre-Antoine Vacheron, directeur général de Natixis Payments.

Concrètement, Natixis va ajouter une brique de paiement à la plateforme de gestion de flux logistiques de Wynd qui permettait déjà aux commerçants d'opérer selon de nouveaux schémas de ventes, comme le click and collect (commande en ligne et retrait en magasin) ou encore la transformation des magasins en entrepôt pour l'e-commerce. Grâce à ce partenariat, l'entreprise Marie Blachère (600 boulangeries et épiceries) cliente de Wynd, va pouvoir lancer une solution de pré-commande des repas.

« Le client pourra régler son repas lors de la pré-commande en ligne. Lorsqu'il viendra le récupérer en boutique, il pourra ajouter d'éventuels produits supplémentaires qui seront automatiquement facturés sur sa carte bancaire sans avoir à repasser en caisse. Il suffira de renseigner ses coordonnées bancaires une seule fois pour ensuite consommer sur l'ensemble des canaux», détaille Ismaël Ould, cofondateur et dirigeant de Wynd.

Plus de 150 recrutements en 2019

Les boulangeries Marie Blachère prévoient également de développer une offre de "wallet" (portefeuille électronique) grâce aux solutions combinées de Wynd et de Natixis Payments.

« A partir d'une application, les clients pourront commander leur repas, payer, cumuler leurs points de fidélité et ne plus faire la queue. C'est le modèle de Starbucks. Aujourd'hui 30% de son chiffre d'affaires est réalisé à partir de son wallet », affirme Ismaël Ould. « Cette solution permettra de répondre à trois problématiques auxquelles sont confrontés les commerçants : la gestion du cash, le temps d'attente et la fidélisation », ajoute-t-il.

Wynd revendique aujourd'hui une centaine de clients dont Carrefour, Total ou encore MK2 et Monceau Fleurs. Sa solution est déployée dans 18.000 points de ventes à travers 18 pays. Elle ne communique pas son chiffre d'affaires mais assure avoir un modèle opérationnel rentable.

Grâce à cette importante levée de fonds, Wynd compte muscler davantage ses effectifs. La startup, qui emploie aujourd'hui 400 collaborateurs, entend recruter 150 à 200 personnes supplémentaires au cours de l'année, dont une cinquantaine dans l'intelligence artificielle. L'accent sera également porté sur la croissance à l'international. En Europe, Wynd vise le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne. Elle est par ailleurs déjà présente au Maroc, à Dubaï, à Hong Kong et à Bangkok. Son ambition ? Se faire une place aux côtés de grands éditeurs de logiciels comme Oracle ou Manhattan Associates.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2019 à 17:46 :
Avec un tel nom, espérons qu'ils ne brassent pas du vent.
a écrit le 23/01/2019 à 10:33 :
Belle annonce, j'espère que Wynd paiera enfin ses prestataires...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :