Payer pour un rendez-vous à la banque ? Maxi 24 euros pour les Français

 |   |  972  mots
(Crédits : SG)
Si le montant des frais reste le point d’amélioration prioritaire, les Français se montrent de plus en plus enclins à payer pour du conseil et de l'expertise, si le compte bancaire est gratuit, selon une étude du cabinet Deloitte. Une équation compliquée pour les banques.

Comment rester rentable quand les taux d'intérêt historiquement bas laminent leur marge et que des néobanques font de l'œil à leurs clients avec des offres complètement gratuites ? Toutes les pistes sont bonnes à explorer pour les banques de détail européennes, au moment où l'équation se complique avec la récente nouvelle baisse de taux décidée par la Banque centrale européenne (BCE). L'une de ces pistes consiste à facturer le rendez-vous avec un conseiller ! L'accès à un conseiller bancaire disponible est-il considéré comme un dû pour les clients de banque traditionnelle ? Considérant que les services bancaires de base sont en train de se « commoditiser » et qu'il faut trouver d'autres leviers de création de valeur, le cabinet Deloitte avait déjà testé l'idée dans son étude sur les relations des Français avec leur banque l'an dernier, accueillie avec une certaine tiédeur.

Dans sa neuvième édition, publiée ce mercredi 18 septembre, cette enquête, réalisée auprès d'un échantillon de 3.392 clients de banques françaises (y compris en ligne et néobanques), montre que « les Français sont de plus en prêts à opter pour un compte gratuit avec rendez-vous payant ».

« Ce n'est pas un signal faible : ils sont passés de 35% l'an dernier à 43% cette année » a commenté Baudoin Choppin de Janvry, associé banque chez Deloitte Conseil, lors d'une présentation à la presse.

Dans le détail, les sondés sont 11% à se dire prêts et 32% « probablement prêts » à payer pour obtenir un rendez-vous conseil ou expertise, en imaginant que leur banque propose un compte et une carte bancaire entièrement gratuits, contre 33% probablement pas et 24% certainement pas.

--

Deloitte clients banque rdv payant

[Les Français pas tous opposés à la facturation du rendez-vous. Crédit : Deloitte]

--

Le prix d'un rendez-vous chez le généraliste

Les banques ont eu tendance ces dernières années à supprimer les agents d'accueil en agence, face à une moindre fréquentation, et à faire monter en compétence leurs conseillers afin de les spécialiser dans des domaines d'expertise comme la gestion de patrimoine, l'immobilier, le divorce, la succession, etc, pour répondre à des moments de vie dans lesquels les clients ont besoin d'être accompagnés mais n'ont pas toujours le sentiment de l'être par leur banquier.

« Le prix maximum envisagé est de 24 euros, soit quasiment celui d'une consultation d'un médecin généraliste. Les banques espéraient entre 60 et 80 euros pour un entretien d'une heure et demie, plus proche du prix de la consultation d'un spécialiste, sachant qu'un avocat c'est plutôt 300 euros » a comparé le consultant de Deloitte. « Or notre estimation est qu'un tel rendez-vous coûte 100 euros de l'heure, en moyenne nationale, c'est plus cher à Paris » a-t-il relevé.

Et ce rendez-vous ne génère pas forcément 100 euros de produit net bancaire. L'équation s'annonce compliquée pour les banques se lançant dans cette voie. Le conseil payant pourrait être déduit ensuite des frais de dossier par exemple, comme un devis peut l'être sur la facture définitive de certains prestataires. Une grande banque française nous a confié y réfléchir sérieusement.

La banque gratuite, sujet de crispation

Quant au revers de la médaille, la banque gratuite, elle demeure un sujet de crispation dans la profession. Sous l'effet de la réglementation, les banques, tenues de clarifier leurs brochures tarifaires, avaient généralisé les frais de tenue de compte à partir de 2016. Elles ont dû aussi s'engager à plafonner les frais pour la clientèle fragile et à geler les tarifs cette année, pendant la crise des Gilets jaunes.

Les frais restent pourtant le point d'amélioration prioritaire pour les clients et de loin. En effet, dans l'étude de Deloitte, à la question « sur quels domaines souhaiteriez-vous que votre banque principale progresse en priorité ? », les Français sondés répondent à 56% le montant des frais bancaires, devant la rémunération des produits d'épargne et de placement (40%) et le coût des crédits (30%), alors que la facilité d'usage des outils digitaux, très mise en avant par toutes les banques, n'arrive que loin derrière à 9%. Ce qui peut vouloir dire qu'ils sont très satisfaits des applis de leur banque ou que leur préoccupation est tout simplement ailleurs !

La banque gratuite, c'est aussi une question de principe, et de modèle d'affaires. Au lancement d'Orange Bank, dont le service de base (compte et carte) est gratuit (sous réserve d'effectuer trois opérations par mois), le patron de Société Générale, Frédéric Oudéa, avait insisté sur  le fait que « la banque n'est pas gratuite », puisqu'elle nécessite notamment « des investissements pour garantir la sécurité des dépôts et la sécurité des données ». Sa filiale en ligne Boursorama pratique toutefois le tout-gratuit et les offres de bienvenue, ce qui l'empêche d'être rentable, comme Orange Bank. Crédit Agricole a lancé de son côté une offre entrée de gamme à 2 euros par mois baptisée Eko en mettant en avant qu'elle donnait accès à un conseiller dans l'agence de son choix.

Lire aussi : « La banque n'est pas gratuite », rappelle Frédéric Oudéa à Orange

L'enjeu de la banque dite du quotidien reste central pour les banques. Elles ont besoin des dépôts pour pouvoir réaliser leur métier d'intermédiation et accorder des prêts. Elles ne peuvent se passer de la banque transactionnelle, tous les flux de paiement qu'elles ne doivent pas laisser filer chez les néobanques, au risque de perdre l'accès à de précieuses données qui pourraient être exploitées pour proposer des offres ciblées.

--

Deloitte banque amélioration frais

[Les domaines que les banques doivent améliorer en priorité. Crédit : Deloitte]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2019 à 12:06 :
Serons-nous encore pénaliser par les errements bancaires ?
Est-ce que les enquêteurs ont bien fait leur travail ? enquête réalisée sur 3392 clients (Dans sa neuvième édition, publiée ce mercredi 18 septembre, cette enquête, réalisée auprès d'un échantillon de 3.392 clients de banques françaises (y compris en ligne et néobanques),
Ou est-on dans une volonté de manipuler l’opinion publique. ?
Cela me renforce dans mon ressentiment : à savoir que les banques ne veulent plus être importunées par ses clients
La nature ayant horreur du vide. Cela fera la part belle aux conseillers financiers et courtiers qui comme tout agent commercial fait attention à son client
a écrit le 20/09/2019 à 7:33 :
Autant je trouve normal de faire payer les comptes professionels,autant je suis contre les frais de tenue de compte pour le citoyen de base honnete......Idem pour les rendez vous avec conseillers.Si les banques ont besoin d'argent,qu'elles s'adressent a la BCE qui leur répond toujours favorablement
a écrit le 19/09/2019 à 18:11 :
Les banques ne manquent pas d'humour, je suis attaché à une banque traditionnelle pour des raisons évidentes de sécurité, mais payer pour voir un conseiller qui en sait moins que moi...J'ai envie de leur facturer mes interventions pour leur faire remarquer leurs anomalies. De plus je me sens obligé de rencontrer mon attaché de clientèle à SA DEMANDE, mais jamais de ma part. Je n'ai jamais vu un médecin vous convoquant sauf situation extrêmement grave…..Pauvres banques, les taux bas les conduiront à la faillite et nous avec.
a écrit le 19/09/2019 à 18:11 :
Les banques ne manquent pas d'humour, je suis attaché à une banque traditionnelle pour des raisons évidentes de sécurité, mais payer pour voir un conseiller qui en sait moins que moi...J'ai envie de leur facturer mes interventions pour leur faire remarquer leurs anomalies. De plus je me sens obligé de rencontrer mon attaché de clientèle à SA DEMANDE, mais jamais de ma part. Je n'ai jamais vu un médecin vous convoquant sauf situation extrêmement grave…..Pauvres banques, les taux bas les conduiront à la faillite et nous avec.
a écrit le 19/09/2019 à 18:11 :
Les banques ne manquent pas d'humour, je suis attaché à une banque traditionnelle pour des raisons évidentes de sécurité, mais payer pour voir un conseiller qui en sait moins que moi...J'ai envie de leur facturer mes interventions pour leur faire remarquer leurs anomalies. De plus je me sens obligé de rencontrer mon attaché de clientèle à SA DEMANDE, mais jamais de ma part. Je n'ai jamais vu un médecin vous convoquant sauf situation extrêmement grave…..Pauvres banques, les taux bas les conduiront à la faillite et nous avec.
a écrit le 19/09/2019 à 18:10 :
Les banques ne manquent pas d'humour, je suis attaché à une banque traditionnelle pour des raisons évidentes de sécurité, mais payer pour voir un conseiller qui en sait moins que moi...J'ai envie de leur facturer mes interventions pour leur faire remarquer leurs anomalies. De plus je me sens obligé de rencontrer mon attaché de clientèle à SA DEMANDE, mais jamais de ma part. Je n'ai jamais vu un médecin vous convoquant sauf situation extrêmement grave…..Pauvres banques, les taux bas les conduiront à la faillite et nous avec.
a écrit le 19/09/2019 à 17:37 :
pourquoi ne pas payer pour aller dans les magasins faire ses courses tant qu'on y est???? la plupart des conseillers financiers ne sont là que pour placer des produits: pour avoir mon contrat d'assurance on ma promis 3 mois de remise qui se sont transformés en 2 puis 1 puis 75€ qui ont été réduits à 41€.... pour mes parents de 90 ans leur conseiller leur à fourgué un pack complet avec internet, appli assurance perte de carte , de vol de mobile bref la complète alors qu'il voulaient juste faire des procurations... et il faudrait payer en plus pour se faire arnaquer ??..?
a écrit le 19/09/2019 à 11:55 :
Payer pour avoir un RV avec un conseiller bancaire. C'est n'importe quoi. C'est la seule raison qui retient les clients traditionnels à passer vers une banque en ligne. J'effectue toutes mes opération en ligne et je ne vois mon conseiller qu'une fois tous les ans voir tous les 2 ans. C'est soi pour répondre à un besoin particulier ou le plus souvent pour répondre à sa sollicitation, un entretien pour rien.
Payer pour un RV alors que je paie un forfait pour des frais bancaires, c'est non
Le mot conseiller est flatteur. En général, il ne répond pas a mes interrogations. Pas assez qualifié pour cela ou enferme dans le carcan de la banque. Leur seul but est de faire gagner de l'argent à la banque et non de conseiller les clients pour améliorer leur situation financière. De plus les produits des banques traditionnels ne sont pas performants. Une assurance vie dans une banque traditionnelle c'est un piège à con
Les banques ont beaucoup de progrès à faire.
Réponse de le 19/09/2019 à 16:09 :
tout a fait d'accord, ils nous ont tellement matraqué, et l'incompétence des conseillers est flagrante. En plus la sécu ne rembourse pas, donc si applications les succursales vont être limitées, même en ville.
200 000 personnes vont perdre leurs emplois dans les prochains 24 mois, rien que dans les banques, les traders sont les premiers à avoir été mis dehors remplacés par l'intelligence artificielle, ( ce qui attend d'ailleurs d'autres catégories d'emplois dans ce monde )
a écrit le 19/09/2019 à 11:15 :
Pas un centime. Je suis d'ailleurs de plus en plus tenté par la banque en ligne, beaucoup moins chère que les banques à réseau.
a écrit le 19/09/2019 à 10:48 :
Elle est payée par qui, cette dame ?
a écrit le 19/09/2019 à 10:43 :
Un rendez-vous payant ? C'est quoi ? Ah bon mais mon conseiller de banque jamais là un vrai courant d'air. Report RDV pour maladie, fermeture pour travaux, pas joignable car congés, absente pour nouveau logiciel, pas assez de personnel car 2 au lieu de 3 (1 en longue maladie). Un RDV intéressé surtout pour vous faire signer un contrat et en plus ils veulent 24 euros pour un produit que vous trouvez au coin de la rue ! Ils n'auront pas 24 euros de ma part et je ne veux plus de RDV
a écrit le 19/09/2019 à 10:41 :
Ah bon ? C'est marrant comme dans les statistiques et autres sondages "lesfrançais" sont systématiquement représentés comme des veaux !

Ben moi j'attends l'inverse, que les banques me payent pour venir écouter leurs conseils !

Dans leur esprit vénal en gros j'aurais du payer comme conseil il y a trois ans:"C'est le moment d'acheter jamais les taux d'intérêts ne seront aussi bas !" :D

Vous n'êtes tous définitivement que des escrocs.

"Les faits sont têtus il est plus facile de s'arranger avec les statistiques." Marc Twain
a écrit le 19/09/2019 à 9:59 :
Il ne s'agit pas "d'expertise" ni de "conseil" mais de vente. Les fameux "conseillers" ne sont en rien des "conseillers" mais juste des vendeurs de produits bancaires rémunérés en partie sur leurs ventes. Payer pour se faire vendre un produit, on marche sur la tête...
Réponse de le 19/09/2019 à 10:39 :
Je n'aurais pas mieux dit. Bientôt une étude pour dire que les français sont prêts à payer leur employeur plutôt que l'inverse ...
a écrit le 19/09/2019 à 9:12 :
Votre commentaire
a écrit le 19/09/2019 à 4:50 :
La banque en France a comme bcp d'entreprises un train de retard.
Renover des lieux d'acceuils et vouloir les amortir aux frais des deposants, ca c'est de la gestion.
En Asie, si vous avez besoin d'un conseil de placement ou meme d'un delai de paiement on vous recoit dans un bureau prive, ferme aux oreilles etrangeres. Et ce gratuitement.
L'epoque ou l'on vous ouvrait les bras lors d'un depot consequent est morte aujourd'hui on vous taxe en +. C'est en France.
a écrit le 18/09/2019 à 21:37 :
24 euros pour rencontrer un gars qui n'y connait rien, et qui en tant que ' conseiller financier' doit vous vendre ce qu'on lui a dit de vendre, ca fait sourire!
je ne suis pas sur que qui que ce soit ait envie de payer 24 euros pour se faire conseiller une assurance auto quand on ne roule pas, ou un contrat d'assurance vie quand on est debiteur en permanence
Réponse de le 19/09/2019 à 7:18 :
Et que dire de ces "conseillers" qui changent tous les 6 mois ? Leur connaissance du client est nulle. Et on leur fait bien trop souvent jouer le rôle d'un assureur, alors qu'on va dans une BANQUE
Réponse de le 19/09/2019 à 10:26 :
votre reflexion peut s'appliquer a mon toubib de quartier:
25 E pour une consultation, alors que sa competence s'arrete au "pet de travers" et que son objectif est de me fourguer les poisons de big pharma
a écrit le 18/09/2019 à 19:02 :
La nuit dernière la FED a été obligée d'injecter 53 milliards de dollars en urgence pour endiguer une amorce de credit crunch interbancaire... Ça ne vous rappelle rien?

Les banques de dépot sont coincées entre les épargnants qui ne veulent pas perdre leur capital et garder du bénéfice, et les emprunteurs qui ont possibilité d'emprunter à un taux tellement réduit que les banques ne peuvent plus se financer par l’intermédiation.
Il ne leur reste que les services pour se rémunérer mais là encore les clients sont allergiques aux frais de compte et ils ne sont pas prêts à payer les banques pour simplement garder leur argent

L'équation est compliquée et n'a pas été prise en compte dans les critères de Bâle qui servent à estimer la résilience des banques.

Si le phénomène des taux bas continue, il pourrait y a avoir des faillites bancaires retentissantes qui feront tomber le reste par effet domino. ¨

Pour autant les taux négatifs ont un bon coté, ils font maigrir les obèses qui n'ont pas investi dans du concret, quitte à prendre des risques. Avec un corolaire, tous ceux qui ont leur retraite placée en fond de pensions sont en grand péril. Actuellement, aux USA nombre d'entreprises sont obligées d'abonder les fonds de pension qui ne rapportent plus assez par leurs placement, pour payer les retraites.
Réponse de le 19/09/2019 à 18:08 :
Banques en faillite... ben, tant mieux. Une ou deux, allez 10 parce que c'est vous... ça devrait suffire. Prendre 2EUR par mois (avec remise !) pour faire tourner des ordinateurs... "Frais de tenue de compte" qu'ils disent ! Et si il n'y a pas de mouvements (donc pas de tenue de compte per se) c'est encore plus cher ! Quant aux émoluments (de leurs dirigeants), "ça va, merci.". Ayant un compte depuis 45ans, "j'ai" dû avoir des dizaines de "conseillers"; desquels j'ai peut être rencontré un ou deux... Pour son épargne/patrimoine, il existe des conseillers (pas tous bons) qu'on peut CHOISIR; ça change tout ! On a voulu me faire payer pour un virement SEPA au prétexte qu'en raison de son montant, il outrepassait les limites du site internet... qui m'a jamais demandé quel était MA limite ??? Bref, puisque rapaces incompétents, qu'ils disparaissent. PS qu'ils ne soient surtout pas remplacés par Zuckerberg

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :