Trustpair lève des fonds pour lutter contre les fraudes aux virements

 |   |  500  mots
Les trois cofondateurs de Trustpair : Baptiste Collot, Alexandre Gillier et Simon Elcham.
Les trois cofondateurs de Trustpair : Baptiste Collot, Alexandre Gillier et Simon Elcham. (Crédits : Trustpair)
La jeune pousse parisienne vient d'officialiser une deuxième levée de fonds de 4 millions d’euros. Sa technologie permet d'automatiser le contrôle des paiements effectués par virement au sein d'une entreprise pour prévenir les fraudes. Air Liquide, Bolloré, Décathlon et Bpifrance, parmi d'autres, l'ont déjà adoptée.

"En France, une entreprise sur quatre a subi une fraude au virement avérée en 2018 et le montant moyen du préjudice est évalué à 80.000 euros. Pour certaines, il grimpe jusqu'à 500.000 euros", expose Baptist Collot, directeur général et cofondateur de Trustpair aux côtés d'Alexandre Gillier et Simon Elcham. Cette jeune startup parisienne a justement développé une solution visant à sécuriser les paiements fournisseurs réalisés par virement. Après une première levée de fonds d'1,1 million d'euros en 2018, elle vient d'officialiser ce mardi 10 septembre un nouveau tour de table de 4 millions d'euros, mené par Breega et auquel participe également son actionnaire historique Axeleo Capital.

"Personne n'est capable de certifier que les coordonnées bancaires sont bien celles du fournisseur que l'on souhaite payer. Cela peut être les coordonnées d'un autre compte bancaire, d'un compte frauduleux", explique l'entrepreneur qui s'est retrouvé confronté à cette problématique lors de ses quatre années passées à la trésorerie de Bouygues Telecom.

Des directions financières très peu digitalisées

"Les directions financières des ETI et des grands groupes sont très peu digitalisées. Tout le process de contrôle s'effectue à la main en réalisant des recherches d'informations sur Internet. Or, il y a de plus en plus de données à contrôler car il y a de plus en plus de fournisseurs", poursuit-il.

Pour surmonter cet écueil, Trustpair a développé une solution qui permet d'automatiser le contrôle des données associées aux fournisseurs et la validité des coordonnées bancaires. "L'outil se connecte à des sites français de données juridiques et légales et leurs équivalents étrangers, à des bases de données bancaires grâce à différents partenariats et aux données des clients, comme leur historique de paiements. Notre outil peut ainsi détecter des comportements à risque. Il est capable d'identifier des anomalies de manière robuste", détaille Baptiste Collot.

Doubler la taille des effectifs

Disponible depuis septembre 2018, après un an de R&D, la solution de Trustpair est aujourd'hui utilisée par 33 clients comme Aéroport de Bordeaux, Air Liquide ou encore Bolloré, Décathlon et Bpifrance. Outre la prévention des préjudices liés aux fraudes, Trustpair se targue de doper leur productivité. Selon elle, le temps moyen de contrôle passerait de 25 minutes à moins d'une minute. La Fintech se rémunère en commercialisant des licences annuelles, dont elle ne communique pas le montant, tout comme celui de son chiffre d'affaires.

Grâce aux fonds levés, elle entend accélérer son développement à l'international en ciblant dans un premier temps le Royaume-Uni et les Etats-Unis au cours des 18 prochains mois. L'argent frais sera également utilisé pour le développement de nouvelles fonctionnalités.

"Nous prévoyons de doubler la taille de nos effectifs au cours des 12 prochains mois pour atteindre un peu moins de 40 personnes", indique l'entrepreneur.

Trustpair ambitionne également de multiplier par 3 ou 4 ses revenus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :