Entreprises : les réductions de coûts devraient encore peser sur les fournisseurs

 |  | 267 mots
Lecture 1 min.
Les relations entre clients et fournisseurs se durcissent: 40% des personnes interrogées estiment qu'elles se sont dégradées au cours des trois dernières années, des tensions qui s'expliquent à 65% par des objectifs de réduction de coûts accrus.
Les relations entre clients et fournisseurs se durcissent: 40% des personnes interrogées estiment qu'elles se sont dégradées au cours des trois dernières années, des tensions qui "s'expliquent à 65% par des objectifs de réduction de coûts accrus". (Crédits : Reuters)
82% des entreprises françaises font de la baisse des coûts leur priorité pour 2016, et plus de la moitié d'entre elles comptent passer par la diminution du nombre de fournisseurs en 2016.

Réduire les coûts sera en 2016 plus que jamais la priorité numéro un d'une majorité des entreprises françaises. L'objectif à atteindre passera en particulier par une réduction du nombre de leurs fournisseurs, indique une étude du cabinet AgileBuyer et de X-achats, l'association des acheteurs polytechniciens, publiée dimanche 3 janvier.

Ainsi, selon cette enquête réalisée entre le 24 novembre et le 7 décembre auprès des départements achats de plus de 500 entreprises de tous secteurs, 82% des sondés disent que la réduction des coûts sera l'objectif premier en 2016, un chiffre en hausse continue depuis 2013 et qui a augmenté de 5 points par rapport à 2015. Selon les auteurs de l'étude, cette tendance est liée à un "environnement économique incertain".

Dégradation des relations entre clients et fournisseurs

Dans ce contexte, les relations entre clients et fournisseurs se durcissent : 40% des personnes interrogées estiment qu'elles se sont dégradées au cours des trois dernières années, des tensions qui "s'expliquent à 65% par des objectifs de réduction de coûts accrus".

     | Lire Entreprises : "25% des faillites sont liées à des retards de paiement"

Pour 57% des répondants, la réduction du nombre de fournisseurs fera partie de leurs objectifs en 2016, un chiffre en hausse constante depuis trois ans, ce qui devrait affecter le tissu des très petites entreprises (TPE) et de petites et moyennes entreprises (PME). "Cet objectif purement financier et court terme" risque notamment d'avoir un impact "sur l'innovation fournisseurs", met en garde l'étude.

     >> Lire aussi Les plus mauvais payeurs de France : Numéricable-SFR et Airbus

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2016 à 20:19 :
@yvan : bonne blague : qu'est ce que vous en savez ? Si çà se trouve mon histoire veut dire quelque chose. Vous alignez des affirmations péremptoires, vous ajoutez quelques turcs (ils sont bien pratiques, ces immigrés, finalement), et hop!, on passe au sujet suivant.
Avec des raisonnements comme le vôtre, nos 10% de chômeurs peuvent continuer à crever la gueule ouverte. Bonne blague, en effet.
a écrit le 04/01/2016 à 13:02 :
En Allemagne, on ne paie pas ses fournisseurs au lance-pierre, et on choisit un fournisseur allemand quand l'écart de prix avec le fournisseur étranger est de 2%.
En Allemagne, il n'y a pas 10% de chômage.
Curieux, non ?
Réponse de le 04/01/2016 à 14:15 :
Bonne blague... Certes, un acheteur préfèrera travailler en local car cela permet une sureté d'appro et des visites de contrôle. MAIS les bagnoles allemandes contiennent autant de pièces étrangères que les françaises... Et, de plus, la quasi-totalité des boites ont 3 à 7 % de fournisseurs étrangers, pas plus. Hors matières premières, bien sûr. Et ... vous voulez qu'on parle des travailleurs turcs en Allemagne..?? Pourquoi aiment-ils autant les migrants, à votre avis..??
a écrit le 04/01/2016 à 11:27 :
"Cet objectif purement financier et court terme" risque notamment d'avoir un impact "sur l'innovation fournisseurs" Plus qu'évident. Mais ce n'est pas sur l'innovation que pèse, dans ce cas, la réduction du nombre de fournisseurs. C'est, SURTOUT, sur la SURETE des approvisionnements. Et un délai non respecté peut tranquillement faire couler une boite. (sauf dans la "grande" distrib, bien sûr, car ils se foutent des clients). Voyez déjà ce qui s'est passé dans l'automobile, et vous comprendrez le déluge... Le mieux est d'avoir de BONS Acheteurs. Mais ça court pas les rues.
a écrit le 04/01/2016 à 10:48 :
Pour maintenir la pression sur les fournisseurs et éviter l'entente deloyale entre les plus gros, il faut faire exactement l'inverse et multiplier le nombre de fournisseurs... Les français "roi" du business. mdr. PS: je pratique le paiement à la commande depuis 3 ans. Tu paies je te livre, tu paies pas, je livre pas. Je suis pas banquier.
Réponse de le 04/01/2016 à 11:20 :
Ce n'est que du bon sens

Mais la vraie raison c'est le copinage

Untel est DG d'une grande boîte et il donne les contrats à de gros fournisseurs en échange d'un poste d'administrateur (avec de gros jetons de présence)

Ainsi va la vie
Réponse de le 04/01/2016 à 11:30 :
Tout aussi courte vue. Par contre, en tant que "client privilégié", ma compta fournisseurs a INTERET à PAYER comme il faut. Car autrement, je leur tombe dessus et ça remonte à la Direction. La REPUTATION de BON payeur est INDISPENSABLE à la confiance réciproque.
a écrit le 04/01/2016 à 9:53 :
y a que les politiciens qui croient que les factures sont ' payees par personne via eurobonds allemands'

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :