L'énergie solaire pourrait-elle sauver les hôpitaux syriens ?

 |  | 796 mots
Lecture 5 min.
En 2015, les routes d'approvisionnement au carburant ont été coupées dans le Nord du pays, compliquant un peu plus les soins.
En 2015, les routes d'approvisionnement au carburant ont été coupées dans le Nord du pays, compliquant un peu plus les soins. (Crédits : Reuters/Alaa Faqir)
L'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM) s'est lancée dans un ambitieux projet visant à fournir de l'énergie solaire aux hôpitaux syriens, touchés par la pénurie de carburant. Le programme pilote Syria Solar, au nord du pays, est un succès.

C'est l'une des conséquences les plus dramatiques du conflit syrien. Depuis six ans, le secteur médical pâtit des bombardements - rien qu'en avril dernier, 8 hôpitaux on été ciblés. Mais, un autre point cause de lourdes difficultés : la dépendance des hôpitaux aux générateurs diesel. Cela est dû à la destruction de la majeure partie du réseau électrique syrien lors de ces six années de conflit. Les pénuries fréquentes de carburant constituent un obstacle supplémentaire aux soins des Syriens et provoquent une inflation des prix. En 2015, les routes d'approvisionnement au carburant ont été coupées dans le Nord du pays, compliquant un peu plus les soins. Or, l'électricité est bien entendu vitale pour les hôpitaux : "Les incubateurs, les respirateurs et autres équipements d'urgence nécessitent d'avoir un accès permanent à l'alimentation électrique. Beaucoup de patients sont morts à cause de simples coupures de courant", note Ziad Alissa, président de l'UOSSM France dans un communiqué. Mohamad Dirbas, infirmier néonatal de l'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM) précise.

"Dans notre département, nous avons au total 6 couveuses. L'électricité est essentielle pour leur fonctionnement et doit être disponible en continu. Si l'électricité était coupée ne serait-ce qu'une demi-heure, cela engendrerait de graves complications. Les enfants dans les couveuses ont besoin d'être gardés à température constante et continue."

Panneaux solaires Syrie

(L'électricité de l'hôpital est alimenté par 480 panneaux solaires photovoltaïques. Crédits photo: UOSSM France).

C'est pourquoi, l'UOSSM a lancé le projet Syria Solar le 29 mai 2017. Pour la première fois en Syrie, l'électricité d'un hôpital, situé au nord du pays, est alimenté par 480 panneaux solaires photovoltaïques. Le programme pilote doit assurer la stabilité électrique en produisant 127 kWp de courant continu grâce à ses 288 batteries capables de stocker 720Wh de puissance électrique. Dans un communiqué, Tarek Makdissi, directeur de projet Syria Solar UOSSM se montre optimiste :

"Nous croyons que ce projet est porteur d'espoir. L'énergie solaire est un atout démocratique qui a la capacité de rendre les institutions et les populations indépendantes. La Syrie est l'une des régions les mieux exposées au monde pour recevoir de l'énergie solaire et ce facteur doit être exploité. Au cours de la mise en œuvre du projet, la restructuration du réseau électrique des hôpitaux et le déploiement du système techniquement complexe durant l'hiver, ont été nos plus grands défis."

Un moyen pour "démanteler l'économie de guerre basée sur le financement du diesel"

Cette première étape est le fruit d'un an de préparation et de planification mais seules 8 semaines ont suffi à mettre en place et déployer le système solaire photovoltaïque. Cela devrait permettre une économie considérable de carburant, soit 7.000 litres par mois en moyenne. Cela équivaut entre 20 et 30% des frais énergétiques mensuels de l'hôpital. L'unité de soins intensifs, les salles d'opération et les services d'urgence peuvent ainsi être entièrement alimentés en cas de pannes de carburant.

Energie solaire syrie

(Le système solaire photovoltaïque, qui a été déployé en seulement 8 semaines, permettrait une économie de 7.000 litres de carburant par mois en moyenne. Crédits photo: UOSSM France).

Et l'UOSSM ne compte pas s'arrêter là après cette réussite. L'idée est désormais d'équiper six hôpitaux en énergie solaire dans des régions moins exposées aux violences en Syrie d'ici fin 2017. Sur le plus long terme, ce sont tous tous les établissements de santé de Syrie que veut équiper l'ONG. Par ce biais, elle espère « augmenter la résistance du système de santé en Syrie, l'indépendance des populations et aider à démanteler l'économie de guerre basée sur le financement du diesel ».

"Ce projet est un symbole d'espoir pour le peuple syrien. Nous voulions montrer au monde que les Syriens croient encore à un avenir brillant et veulent rester positif et dans le progrès.[...] Le projet Syria Solar était absolument nécessaire", précise Ziad Alissa, Président de l'UOSSM France.

Pour réussir à financer les panneaux solaires des autres hôpitaux, l'ONG a mis en place une collecte de fonds. Selon l'AFP, environ 1,5 million de dollars sont nécessaires. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé que la Syrie comme l'endroit le plus dangereux au monde pour les personnels médicaux.

 (Crédits: UOSSM France)

L'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM) est une organisation humanitaire médicale française et internationale créée en 2012 qui apporte son aide aux Syriens par le biais de soins médicaux aux populations touchées par le conflit en Syrie.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2017 à 18:03 :
C'est valable dans tous les secteurs en guerre, qui en plus sont souvent en Afrique.
Sans vouloir tomber dans de la com, il serait judicieux d'en profiter pour communiquer sur ces projets, qu'ils soient visibles par tous.
Car l'autre avantage du solaire photovoltaïque, vu la surface nécessaire en toiture ou au sol, c'est que ces installations sont visibles du ciel et par satellite.
On pourrait donc utiliser cela pour démarquer visuellement les bâtiments humanitaires et les hôpitaux en zone de guerre.
Je sais c'est un peu crédule, mais H bien visible du ciel permettrait peut être d’éviter des erreurs de bombardements.
a écrit le 16/06/2017 à 15:31 :
Excellent article, merci beaucoup.

Par contre je trouve votre titre un peu maladroit étant donné que la seule chose qui puisse sauver les hôpitaux syriens c'est la fin des conflits et uniquement, certainement pas l'énergie solaire même si je comprends votre titre et que vous le trouviez adapté étant donné que l'idée d'étouffer économiquement le conflit via la lutte contre le pétrole est particulièrement pertinente à vrai dire c'est la première fois que j'en entends parler c'est intelligent, c'est du long terme, c'est bénéfique à tout le monde c'est donc génial comme idée comme toute idée utopique à la base.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :