EXCLUSIF : Prolongation de l'enquête sur les comptes de Safran

 |  | 289 mots
Cette enquête, suivie avec attention par le pouvoir politique, intervient dans un contexte de recomposition de l'industrie de défense.

L?enquête préliminaire menée sur le groupe Safran pour présentation de comptes inexacts a été prolongée jusqu?au 30 décembre 2008, selon des informations recueillies par latribune.fr. L?enquête est menée par la Brigade financière de la Préfecture de police de Paris. Ces informations ont été confirmées par le Parquet de Paris. Contacté, le groupe Safran ne souhaite pas commenter cette information. Le déclenchement de cette enquête avait été révélé par latribune.fr le 2 octobre 2007.

Cette enquête préliminaire, qu?effectue la police pour vérifier la réalité des faits reprochés sous la surveillance du Procureur général de Paris, est qualifiée de « signalée », donc particulièrement suivie par la Chancellerie et, plus globalement, le pouvoir politique. Elle fait suite à plusieurs plaintes déposées, dès janvier 2006, par des anciens dirigeants du groupe et par certains de ses actionnaires. Ce rebondissement intervient alors que le gouvernement pousse à une recomposition de l?industrie de défense en France.

Ces plaintes ont ainsi déclenché une mécanique infernale pour le groupe de défense, né de la fusion de Sagem et de Snecma. Elles ont été initiées dans le cadre de la guerre menée par les anciens Sagem, regroupés au sein d?une association dite « les Arvernes », contre la direction du groupe et l'ex patron Jean-Paul Béchat, issu de Snecma. Après le départ de ce dernier et la nomination de Jean-Paul Herteman pour lui succéder, ce conflit s?est poursuivi quelques mois, puis s?est achevé, discrètement, il y a quelques mois par un gentlemen?s agreement entre les deux parties.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :