EXCLUSIF Vers une nouvelle fusée européenne Ariane 6

 |   |  113  mots
Le rapport sur le successeur d'Ariane 5 devrait être dévoilé aujourd'hui. Il pourrait voler pour la première fois à l'horizon 2020.

C'est aujourd'hui que Matignon doit en principe dévoiler le rapport portant sur le lanceur qui va succéder à Ariane 5, qui devrait être appelé Ariane 6.

Rédigé par le président du Cnes, Yannick d'Escatha, le Délégué général pour l'armement du ministère de la défense, Laurent Collet-Billon, et le Haut-commissaire à l'énergie atomique (CEA), Bernard Bigot, ce rapport, qui a été entouré jusqu'ici du plus grand secret, préconiserait, selon nos informations, la poursuite de l'activité commerciale du lanceur européen, nécessaire à l'équilibre économique du lanceur (6 à 7 lancements par an).

Retrouvez toutes les informations sur ce dossier dans votre quotidien "La Tribune" de ce lundi 25 mai.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Au moins ils ont compris, nos décideurs, qu' il fallait, absolument, poursuivre le programme Ariane.A quand une version pouvant mettre en orbite une version transport du personnel du cargos automatique européen?.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'exploitation commerciale d'Ariane 5 est déficitaire et subventionnée par l'agence spatiale Européenne... Faut-il continuer à lancer à perte des satellites pour le compte de clients le plus souvent Nord Américain .....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qu'ARIANESPACE soit déficitaire ,c'était le cas au début, mais plus vrai maintenant et puis il
est de ces projets mobilisateurs qui font rêver,suscitent l'adhésion et une certaine fierté.
Je pense qu'il est bon de le rappeler aux esprits chagrins.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'accès à l'espace est absolument vital pour l'Europe, pour ne pas être dépendant de nations qui n'ont pas les mêmes intérêts. De plus une industrie de pointe entraîne de nombreuses retombées pour nos industries. C'est bien mal connaître la réalité du transport spatial que de parler chiffres et non pas d'heures de travail. Le goût d'un projet est causé par le goût horaires de ces personnels. Que goûte l'Education Nationale ? Personne ne se pose la question, alors que notre pays réclame des ingénieurs de pointe. On veut que la Recherche soit mieux considérée, alors encourageons-là dans des projets innovants, qui doivent laisser nos rivaux, que sont la Chine, l'Inde et le Japon, derrière nous. Eux croient à l'Espace. Le prochain homme sur la Lune sera peur-être Chinois ! Alors de grâce, messieurs les détracteurs, l'Europe a besoin d'un successeur à Ariane V pou conserver son leadership mondial. Le système Arianespace, numéro un mondial, est globalement rentable depuis des annèes. Le déficit passager fut causé par l'amélioration de l'étage supérieur, qui depuis a permis à Ariane d'avoir une fiabilité exceptionnel. Ce coût, si critiqué, correspond à des heures de travail. Or, à quoi sert de former des ingénieurs de haut vol pour fabriquer des casseroles, que nos compatrotes délaisseront pour acheter les casseroles asiatiques. C'est François Miterrand qui a dit en 1965, qu'il valait mieux fabriquer cet ustensile, plutôt que de favoriser l'aéronautique. Depuis, il a beaucoup évoluer pour admettre son erreur, lorsqu'il fut au pouvoir. Pour conclure, si les lancements institutionnels ne sont pas rentables, en raison de la méconnaissance de cette activité par certains hommes politiques, ils sont compensés par la reconnaissance des institutions mondiales qui font confiance au lanceur européen, rentabilisant ainsi cette industrie. Vouloir ignorer cette évidence reviendrait à faire peser des charges insupportables aux contribuables européens, à moins de renoncer à notre indépendance à l'accès à l'Espace. Souvenons-nous du satellite de télécommunications franco-allemand, Symphonie, que les américains ont bien voulu lancer, à condition qu'il ne soit jamais opérationnel. Ce fut le départ du projet Europa, puis Ariane. Vive Ariane VI.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Au bout du fil d'Ariane Espace il y a de l'avenir. Bravo !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'espace est l'avenir de l'homme, il est grand temps que l'europe prenne à bras le corps cette dimension incontournable du futur.
Meme si l'exploitation directe des moyens consacrés à la recherche spatiale entraine des déficits et necessite des subventions des différents états, les bénéfices indirects (maintien de nos sientifiques au plus haut niveau international, retombées technologiques indirectes, crédibilité internationale de la recherche européenne etc...)sont immenses.
L'Europe ne doit surtout pas se cantonner à produire des lanceurs dans une simple optique de rentabilité commerciale mais, au contraire, se lancer à fond dans le développement des véhicules spatiaux du futurs capables de remplacer rapidement la navette spatiale US qui est en fin de vie, d'emmener un équipage humain sur la lune d'abord puis sur mars à plus long terme et, pourquoi pas beaucoup plus loin!
Alors bravo pour Ariane VI en souhaitant qu'elle connaisse la meme réussite qu'Ariane V et qu'elle soit suivie d'une nombreuse descendance toujours plus performante.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si monsieur le haut commissaire à l'énergie atomique est concerné par le lancement "D'ariane VI",c'est qu'il s'agirait
d'un lancement d'une fusée fonctionnant à l'énergie nucléaire et cela peut expliquer le secret dudit article.
Les lanceurs spatiaux actuels, ont démontrés leurs preuves et dans les possibilités de la ou des stratégie(s) sur la future "Ariane VI",soit le lanceur ou fusée atomique est le résultat d'études antérieurs,donc déja (bien) avancées sur la technologie actuelle connue publiquement (par les médias) ou alors ,il s'agit d'une rupture pour raison politique dans le cas présent ,pour une phase exploratoire(d'exploration tchnologique)comme pour le concorde avec l'assentiment des pays européens concernés,donc un pari sur l'avenir ou sinon , il y a une autre raison ,que l'on ne peut connaitre.
C'est un mystere ,qui lorque l'on fait une lecture du journal délivrait en librairie sur l'article évoqué,laisse les lecteurs ,si je puis dire(en l'occurence écrire) sur leurs faims.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :