Le secteur aéronautique français plutôt optimiste pour 2011

 |  | 293 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La croissance de l'industrie aéronautique et spatiale française devrait dépasser 5% en volume à périmètre constant cette année à la faveur de la reprise amorcée en 2010, a déclaré ce mercredi Jean-Paul Herteman, président du groupement Gifas.

Le secteur aéronautique français a enregistré un chiffre d'affaires estimé de 36,8 milliards d'euros en 2010, en hausse de 3,5% à périmètre constant, dont les trois quarts à l'exportation, a précisé ce mercredi le Gifas, qui regroupe l'aéronautique et aussi les industries de l'électronique de défense et de sécurité.

"On devrait être à plus de 5% de progression (en 2011), en étant un tout petit peu méfiant sur les chiffre d'affaires puisqu'une grosse partie de nos ventes sont en dollars et une partie de nos achats sont en dollars", a expliqué Jean-Paul Herteman, également président du directoire du groupe d'aéronautique, de défense et de sécurité Safran. "La parité euro-dollar est surévaluée pour ce qui concerne l'industrie aéronautique française", a-t-il observé. L'euro s'échangeait non loin de 1,43 dollar en fin de matinée.

Les commandes estimées pour le secteur en 2010 ont progressé de 27% à 42,9 milliards d'euros, dépassant ainsi son chiffre d'affaires, avec un carnet représentant quatre années de production.

EADS a lui-même annoncé début mars s'attendre pour 2011 à une hausse de son chiffre d'affaires, avec des commandes brutes d'Airbus supérieures à des livraisons attendues en hausse comparé au niveau déjà record de l'an dernier.

Le secteur français devrait bénéficier dans les années à venir des deux milliards d'euros d'investissements prévus par le gouvernement dans le cadre du "grand emprunt" lancé début 2010 - dont les trois quarts pour l'aéronautique, notamment pour l'hélicoptère X4 d'Eurocopter destiné à succéder au Dauphin, et dans les moteurs d'avions.

L'Etat a également prévu de consacrer 500 millions d'euros du grand emprunt au secteur spatial, dont la moitié pour le futur lanceur Ariane 6 appelé à succéder à Ariane 5 à l'horizon 2025.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :