2012 ne sera pas un bon millésime pour Airbus

 |   |  322  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Thomas Enders, président exécutif d'Airbus anticipe un recul du nombre de prises de commandes en 2012 par rapport à 2011, année du succès de l'A320neo.

Airbus s'attend à une baisse des commandes en 2012. "Il n'y aura pas le même genre de feu d'artifice de prises de commandes en 2012 comme il y a eu cette année", a déclaré son président exécutif Thomas Enders au quotidien Börsen-Zeitung, dans un entretien publié jeudi.

Malgré les anticipations de récession, les deux grands constructeurs aéronautiques mondiaux ont engrangé de très importantes commandes cette année après avoir décidé d'améliorer leurs modèles les plus vendus, à savoir l'Airbus A320 et le Boeing 737, en les équipant de nouveaux moteurs capables d'économiser 12% à 15% de carburant. Airbus, filiale d'EADS, a pris la tête de la course en promettant que l'A320neo serait disponible dès 2015. Il en a vendu plus de 1.000. Le constructeur envisage de porter son rythme de production à 44 A320 par mois. Il doit prendre une décision sous peu.

Cependant, il faut bien peser ce qui se passe sur le plan économique, indique Thomas Enders au Börsen Zeitung. "Mais la demande des compagnies aériennes est là, et pour la seconde moitié de la décennie, quand le "neo" sortira en 2015, une nouvelle augmentation de la production est tout à fait envisageable", ajoute-t-il.

Les banques rechigneraient à financer le secteur aéronautique en raison de la conjoncture actuelle. Le patron d'Airbus souligne que certains fournisseurs de taille petite et moyenne ont des difficultés à obtenir des financements et que les banques sont réticentes à financer la construction aéronautique. "Nous devons trouver de nouvelles sources de financement.

En revanche, l'Asie soutien le secteur. Les marchés financiers en Chine et au Japon donnent d'importantes perspectives pour ne citer que deux exemples en Asie", commente-t-il. "Nous devons apprendre à vivre dans un contexte de marché baissier et irrégulier, dans lequel l'Asie joue un rôle de plus en plus important, non seulement comme acquéreur de nos produits, mais aussi dans le financement", explique-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2011 à 10:58 :
Airbus est un succès technique, commercial, et industriel indiscutable, mais avec un carnet de cde de près de 10 années, ce discours est peut-être destiné à justifier le successeur du plan power 8 qui ne saurait tarder... Airbus nous y a habitué tous les 7 à 8 ans en moyenne, avec pour eternelle explication que tous ses problèmes sont liés quasi-exclusivement à des couts d'achats trop élevés chez ceux qui fabriquent les sous-ensembles - c'est à dire les équipementiers -, qui le répercutent intégralement - voire plus - chez les centaines de sous-traitants qui tirent encore un peu plus la langue...
a écrit le 25/11/2011 à 10:03 :
L'iran fabrique 800 000 Peugeot dans le pays et la France a remplacé miraculeusement les US et UK pour l'industrie automobile en Iran

Que se passe t il s'il y a un appel au boycotte de peugot et aussi de Renault en Iran ?

Combien de chomeurs en France ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :