Défense : la Pologne près de lancer un appel d'offres pour l'acquisition de deux sous-marins

 |   |  302  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alors que la Pologne, qui se prépare à accueillir vendredi le président François Hollande, se dirigeait vers une procédure de gré à gré avec l'Allemagne pour l'acquisition de deux sous-marins, elle devrait finalement lancer un appel d'offres international. Le groupe naval tricolore DCNS pourrait y participer.

La visite du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, à Varsovie le 5 octobre dernier, pourrait bien avoir servi les intérêts du groupe naval DCNS. Alors que la Pologne s'apprêtait à réaliser rapidement une procédure de gré à gré avec l'Allemagne pour l'acquisition de deux sous-marins U-214 du chantier naval allemand HDW, elle reviendrait finalement à son option initiale de lancer un appel d'offres international en bonne et due forme. "On peut raisonnablement penser que cette affaire se transforme en appel d'offres", confirme-t-on à "latribune.fr". Car avant le passage de Jean-Yves Le Drian, les dés polonais semblaient être pipés pour DCNS alors que la Pologne avait lancé il y a deux ans environ une demande d'information (RFI) portant sur l'achat de deux sous-marins. Le ministre pourra même faire une piqûre de rappel ce jeudi avec la présence à Paris des ministres des Affaires étrangères et de la Défense polonais dans le cadre de la rencontre Weimar Plus (France, Allemagne, Pologne, Italie et Espagne) organisée par la France en vue de de relancer l'Europe de la défense.

La France propose deux Scorpène

Dans le cadre du RFI, Paris proposait la livraison deux sous-marins Scorpène fabriqués par DCNS pour 950 millions d'euros ainsi que des investissements dans les chantiers navals publics polonais aujourd'hui en faillite. Ce que les Polonais ne demandaient même pas aux Allemands. "Nous demandons simplement une compétition équitable dans le cadre d'un appel d'offres raisonnable, expliquait-on à Paris avant le passage de Jean-Yves Le Drian à Varsovie. Nous souhaitons simplement concourir et pourquoi pas briser le tropisme allemand de l'armée polonaise, en particulier de la marine". Pour apaiser les réticences de Paris, Varsovie promettait vaguement de favoriser les Français dans une acquisition de patrouilleurs hauturiers... vers 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2012 à 0:28 :
Il serait plus intelligent de passer un appel d'offres européen d'abord, avant de passer un appel d'offres international ensuite si nécessaire ? Sinon, dispersés comme nous sommes, Washington ou Pékin vont continuer à rafler tous les marchés, même le nôtre.
a écrit le 15/11/2012 à 15:20 :
Personne n'aurait idée que l'US navy passe un appel d'offre "international" pour sa marine, (à moins de vraiment manquer d'équivalent aux US) pourquoi cela devrait-il être la cas en europe ?
Il faudrait une agence européenne de l'armement prenant les devants( devenant une boite à outils, comme la DARPA), évaluant les besoins européens puis lançant des programmes qui seraient rejoints par des pays et/ou des industries d'Europe. Les pays européens achetant en priorité ces programmes au lieu de passer par en dehors de l'Europe, on serait sans doute obligé de passer par un ratio minimal dans les quantités pour éviter de créer un programme qui ne soit acheté au final par personne.
Réponse de le 15/11/2012 à 15:44 :
L'armée US lance des appels d'offres internationaux (ex. A400M) cessez de dire n'importe quoi pour raisonner à l'envie..
a écrit le 15/11/2012 à 11:19 :
Ne vous faites pas d'illusions les Polonais achèterons de toute façons aux Américains (Avec des subventions européennes bien sur)
Réponse de le 15/11/2012 à 12:51 :
Pour le coup, les Américains n'ont pas de sous-marins à propulsion classique. Si les Polonais doivent acheter US, il faut qu'il passe par Navantia, qui a développé (ou volé ?) le S80 grâce au Scorpène et acheté des systèmes de missions et d'armes américains. Le Scorpène avait été développé conjointement par DCNS... et Navantia. Merci à nos amis Espagnols de nous avoir faussé compagnie.
Réponse de le 15/11/2012 à 19:03 :
Dans les affaires, il n y a pas d'amis. DCNS l'a appris à ses dépends.
a écrit le 15/11/2012 à 11:06 :
Quelle naivite de croire que les polonais ne vont plus acheter de U-Boot allemands. L'appel d'offre n'est qu'une affaire de forme car le ministre francais est venu en Pologne discuter un peu tard avec ses homologes polonais. Le" Made in Germany" militaire est bien ancre en Pologne.
Réponse de le 15/11/2012 à 12:48 :
C'est vrai qu'ils ont eu l'occasion de le tester en grandeur nature le " Made in Germany" militaire...Ils ne sont pas rancuniers ces polonais !
a écrit le 15/11/2012 à 10:35 :
C'est bizarre ce passage direct d'un RFI à une consultation de gré à gré. La Pologne n'est pas soumis au code des marchés publics européens ?
a écrit le 15/11/2012 à 9:40 :
L'Allemagne est partenaire mais aussi un redoutable concurrent, autant installé nos atouts là où il le faut.
a écrit le 15/11/2012 à 8:16 :
ça sent le match truqué leur appel d'offre, mais nous ne sommes plus à ça près, après les f16 acheté avec une partie de l'argent de l'UE...
a écrit le 15/11/2012 à 7:04 :
La DCNS a-t-elle dans ses cartons un sous-marin doté d'une pile à combustible? Si tel n'est pas le cas, cet appel d'offres sera un coup d?épée dans l'eau.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :