EADS : un nouveau conseil d'administration garant de l'indépendance du groupe

 |   |  619  mots
L'ancien PDG de Thales, Denis Ranque, sera-t-il le président du conseil d'administration d'EADS ? Copyright Reuters
L'ancien PDG de Thales, Denis Ranque, sera-t-il le président du conseil d'administration d'EADS ? Copyright Reuters
Après quelques atermoiements, EADS a enfin choisi les douze membres de son prochain conseil d'administration. L'ancien PDG de Thales, Denis Ranque, est pressenti pour devenir le président du conseil.

C'est bientôt une nouvelle ère pour EADS qui s'ouvre. EADS a enfin trouvé les douze membres de son futur conseil d'administration, qui seront proposés à l'assemblée générale extraordinaire (AGE) des actionnaires : Manfred Bischoff, 70 ans, administrateur de Royal KPN NV et Unicredit, et président du conseil de surveillance de J.M. Voith AG et de Daimler AG ; Ralph D. Crosby, Jr., 65 ans, membre du conseil d'administration du groupe Serco PLC et anciennement membre du conseil d'administration de Northrop Grumman Corporation et d'EADS N.V. ; Tom Enders, 54 ans, président exécutif (CEO) d'EADS N.V. ; Hans-Peter Keitel, 65 ans, vice-président de la Fédération des Industries allemandes (BDI) et anciennement président-directeur général de Hochtief AG ; Hermann-Josef Lamberti, 57 ans, membre du conseil de surveillance de Carl Zeiss AG et d'EADS (depuis 2007), membre du comité consultatif de Barmenia Versicherungen et anciennement membre du directoire de Deutsche Bank AG ; Anne Lauvergeon, 53 ans, partenaire d'Efficiency Capital et président-directeur général d'A.L.P.S.A. et anciennement président-directeur général d'Areva ; Lakshmi N. Mittal, 61 ans, président-directeur général d'ArcelorMittal et membre du conseil d'administration de Goldman Sachs et d'EADS N.V. depuis 2007 ; Sir John Parker, 70 ans, président d'Anglo American PLC, président délégué de DP World et anciennement président du conseil d'administration de National Grid PLC, membre du conseil d'administration d'EADS depuis 2007 ; Michel Pébereau, 71 ans, président honoraire de BNP Paribas et membre du conseil d'administration de Saint-Gobain, de Total et d'EADS (depuis 2007) ; Josep Piqué i Camps, 57 ans, président de Pangea XXI Consultora Internacional et président de Vueling, membre du conseil d'administration d'EADS depuis 2012 ; Denis Ranque, 61 ans, membre du conseil d'administration de Saint-Gobain, anciennement président du conseil d'administration de Technicolor et président-directeur général de Thales ; Jean-Claude Trichet, 70 ans, gouverneur honoraire de la Banque de France et anciennement président de la Banque centrale européenne (BCE), membre du conseil d'administration d'EADS depuis 2012.

Modifications des statuts d'EADS

Le nouveau conseil d'administration d'EADS, une fois élu par l'AGE, "désignera le futur président du conseil lors de sa première réunion", a expliqué EADS dans un communiqué. Une convocation à l'AGE sera prochainement envoyée aux actionnaires, en respectant le préavis réglementaire de 42 jours en vigueur. "Lors de l'AGE, les actionnaires devront également approuver les modifications apportées aux statuts de l'entreprise, ainsi que le plan de rachat d'actions (selon les conditions du marché)", a précisé EADS.

Ranque est favori pour le diriger le conseil

Le président du conseil d'administration sera élu par un conseil dans la foulée de l'assemblée générale. Anne Lauvergeon, Philippe Camus, Denis Ranque... Les trois noms ont été évoqués dans la presse pour prendre le fauteuil de président du conseil. Mais certains ont déjà semble-t-il perdu du crédit auprès d'EADS, notamment Anne Lauvergeon, qui pourrait toutefois à terme prendre la tête du conseil une fois son apprentissage sur le secteur effectué. Pour Philippe Camus, président de l'équipementier Alcatel-Lucent, l'histoire malheureusement se répète. Une fois de plus les politiques lui barrent la route. Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, qui soutenait Anne Lauvergeon, a été très clair fin janvier pour écarter sa candidature : "Je crois que M. Camus a beaucoup à faire chez Alcatel", avait-il affirmé. Est-ce que EADS passera outre un de ses clients majeurs, l'Etat français. Il n'y a aucune chance, souffle-t-on à La Tribune. D'où la candidature de l'ancien PDG de Thales, Denis Ranque, qui connait lui aussi très bien l'aéronautique et la défense... et qui n'était candidat à rien au départ.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2013 à 9:57 :
Est-ce une bonne structure tous ces messieurs passant d'un CA à l'autre? ont-ils vraiment le temps de connaître le dessous des dossiers qu'ils vont traiter? rappelons que Mr Trichet était membre du CA du Lyonnais à l'époque de ses fols investissements qui ont coûté 29 milliards d'Euros aux contribuables français.
a écrit le 06/02/2013 à 17:30 :
Est-ce que quelqu'un sait ce que Lakshmi N. Mittal fait au conseil d'administration d'EADS? N'y a t'on pas besoin de personnes vraiment impliquées ou actionnaires plutôt que d'affairistes qui n'ont d'indépendant que le nom?
Comment peut-on justifier des jetons de présence de 80 à 100 k? pour ces administrateurs cumulards.
Cette entreprise, bâtie par les politiques industrielles des Etats et d'entrepreneurs audacieux (Lagardère père) marche sur la tête. Monsieur Gallois, que n'avez-vous pas donné un grand coup de balai dans votre Conseil? Madame Lauvergeon, SVP attelez-vous au moins à cette tâche de nettoyer la gouvernance de cette entreprise et d'en remettre à plat les rémunérations
a écrit le 06/02/2013 à 15:20 :
"Indépendance" du groupe ? Alors qu'EADS est transformée en Royal-Dutch Shell par le président du "Comité des nominations" Sir John Parker ? Que se renforce l'ingérence du complexe militaro-industriel US (Northrop Gruman, Goldman Sachs, Anglo-American, etc.) ?
Réponse de le 06/02/2013 à 15:28 :
A quoi sert d'anoblir, on se demande...
Ps: on ne dit pas "Sir John Parker", mais "Sir John", en toute rigueur
a écrit le 06/02/2013 à 9:47 :
Les jetons de présence semblent juteux, et ce sont toujours les mêmes qui passent d'un conseil à l'autre. Si c'était en Italie on parlerait de mafia, mais en France, ce doivent être des membres du même club. Quand on voit les résultats de certains à la tête, exécutive, de leur société, on se demande réellement quels sont leurs leviers de pouvoir pour pour accéder à d'autres conseils d'administration.
Réponse de le 06/02/2013 à 10:35 :
du délire effectivement cette armée de vieux messieurs bien à l'abri du besoin; un tel conseil est une honte pour une société européenne d'un tel niveau et qui devrait montrer l'exemple!
Réponse de le 06/02/2013 à 12:09 :
@tutu75 : tout à fait d'accord. Le fait qu'EADS trouve du boulot à des personnes de 65 ans et plus, n'est-ce pas preuve d'un grand esprit citoyen ?!
a écrit le 06/02/2013 à 8:16 :
Et alors La Tribune? Ecrire que l'indépendance d'EADS risque fortement d'être compromise par l'armée mexicaine qu'on vient d'y nommer, c'est susceptible de censure?
Réponse de le 06/02/2013 à 10:28 :
Que des jeunes, issus du milieu aéronautique, compétents et tout et tout...Full respect....
a écrit le 06/02/2013 à 8:04 :
On est en droit de se demander ce que Lakshmi N. Mittal fait au conseil d'administration! Administrateur indépendant? C'est une plaisanterie! Cette Societe a besoin d'administrateurs represenrant vraiment ses actionnaires et l'intérêt général de l'entreprise, pas d'affairistes. Il est également urgent de réviser a la baisse les jetons de présence (100 000€ par tête de pipe) de cette Societe. Ça devrait être 0 € avec obligation d'acquérir 100 000€ d'actions par an!
Réponse de le 06/02/2013 à 12:06 :
Relisez les documents datant de sa 1e nomination : Mittal est là parce que, pour fabriquer ses produits, EADS a (encore) besoin de pas mal d'acier. Tout simplement !
Réponse de le 07/02/2013 à 11:31 :
Ah bon? parce que sans cela EADS ne pourrait pas acheter d'aluminium? Mdr.
a écrit le 06/02/2013 à 0:19 :
Pour avoir de vrai infos sur l'assemblée nationale:

http://www.lcp.fr/lcp-en-direct/mariage-pour-tous

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :