A380 : Airbus livre le 100e exemplaire à Malaysia Airlines

 |   |  639  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'avionneur européen a livré ce jeudi le 100e A380 à Malaysia Airlines (MAS). Il est actuellement exploité par neuf compagnies aériennes dans le monde (Emirates, Singapore Airlines, Qantas, Air France, Lufthansa, Korean Air, Thai, China Southern et MAS).

Airbus a livré ce jeudi, au Delivery Centre Henri Ziegler d'Airbus à Toulouse, le 100e A380 à Malaysia Airlines (MAS). Cet appareil est le sixième A380 et le dernier de la commande passée par la compagnie malaisienne. « Nous sommes très heureux que notre 100e A380 ait été livré à Malaysia Airlines, car nous pouvons ainsi entrevoir l'avenir de l'aviation, a déclaré le président exécutif d'Airbus, Fabrice Brégier. Nous constatons une demande croissante de la part de compagnies dynamiques et compétitives telles que MAS en appareils de plus grande capacité, sur de nombreux marchés et lignes, et en particulier dans la région Asie-Pacifique en croissance rapide, qui convient parfaitement aux A380 ». Au cours des 20 prochaines années, plus de 1.700 appareils de très grande capacité tels que l'A380 seront livrés, estime l'avionneur toulousain. L'Asie-Pacifique est en tête des demandes d?appareils de grande capacité (45 %), suivie par le Moyen-Orient (23 %) et l'Europe (19 %)

Depuis son lancement en 2006, l'A380 a enregistré 262 commandes, émanant de 20 clients. L'année 2013 s'annonce cruciale pour l'A380. Après une année 2012 marquée par le problème des microfissures sur les ailes des avions en service et un niveau de commandes inférieur aux 30 prévus, Airbus doit réussir deux objectifs. L'avionneur doit parvenir tout d'abord à réussir l'implémentation de la solution technique pour les microfissures - elle a été validée - afin de pouvoir livrer des avions sans problème en 2014. Les premières voilures avec toutes les nervures en aluminium ont commencé sur le site britannique de Broughton mi-décembre pour un appareil de Qatar Airways. En outre, le super jumbo doit absolument enregistrer (enfin) des prises de commandes significatives, afin d'occuper notamment des créneaux de livraisons qui seraient libres en 2015 selon certains experts. "Il y a pas mal de négociations qui avaient été mises en stand-by l'an dernier avec le problème des ailes qui pourraient se concrétiser cette année", estime l'un d'eux. Un chiffre autour de 35 commandes constituerait une bonne année, selon lui.

A380 génère une économie de 5,7 millions de tonnes de CO2

L'A380, désormais dans sa sixième année en service, est exploité par neuf compagnies aériennes dans le monde (Emirates, Singapore Airlines, Qantas, Air France, Lufthansa, Korean Air, Thai, China Southern et MAS). "A ce jour, la flotte mondiale a transporté quelque 36 millions de passagers au cours de 100.000 vols, a expliqué Airbus dans un communiqué. La génération précédente d?avions de très grande capacité (400 sièges et plus) aurait nécessité 140.000 vols. Cette diminution du nombre de vols permet de soulager en grande partie les aéroports encombrés et de réduire l'impact sur l'environnement. L'économie correspondante de 5,7 millions de tonnes de CO2 démontre que l'A380 génère davantage de recettes tout en réduisant le bruit et les émissions".

La flotte d'A380 effectue plus de 140 vols par jour et transporte plus d'un million et demi de passagers chaque mois. "Les passagers peuvent embarquer à bord de l'un des A380 qui décolle ou atterrit toutes les six minutes dans l'un des 32 aéroports internationaux où ces appareils sont exploités à ce jour. D'autre part, plus de 50 autres aéroports se préparent à accueillir l'A380 et à répondre aux besoins des compagnies en nouvelles destinations pour cet appareil", précise Airbus. L?A380, qui peut accueillir 525 passagers dans un aménagement tri-classe standard, affiche un rayon d?action de 15.700 km/8 500 nm sans escale, transportant davantage de passagers à un coût inférieur, tout en réduisant l?impact sur l?environnement. Sa cabine spacieuse, silencieuse et confortable a fait de l?A380 un avion hautement prisé des passagers, résultant dans des coefficients de remplissage plus élevés quelle que soit sa destination.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2013 à 14:50 :
Heureusement que nous avons l'aéronautique pour maintenir notre industrie high tech. Quel est le break even du programme A380 ?
Réponse de le 14/03/2013 à 15:07 :
Entre 400 et 700 appareils ... Airbus ne communique plus sur le sujet. Il était de 200 au départ.
Réponse de le 14/03/2013 à 15:22 :
Non, impossible que ce fut 200 pour un tel programme. 400 est le minimum et on en est loin...
Réponse de le 14/03/2013 à 15:32 :
Je crois avoir vu 520 vu qu'il y a une galère sur les ailes, je ne crois pas qu'ils ont les commandes pour le moment.
Réponse de le 14/03/2013 à 23:31 :
le problème des ailes: couteux en "image" mais pas en cout (env 250 M?): moins que le prix d'un exemplaire donc peu d'impact sur le point d'équilibre du programme
Réponse de le 15/03/2013 à 11:19 :
Le problème des ailes semble être résolu, il pourra aussi servir à d'autres R&D, donc réduire le B.E des nouveaux modèles et compenser de fait celui de l'A380.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :