EADS : le rendez-vous secret où Tom Enders a dit « nein » à François Hollande

 |   |  548  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Lors d'un rendez-vous secret le 30 janvier dernier, François Hollande reçoit à l'Elysée Tom Enders pour le convaincre de porter à la présidence du groupe d'aéronautique et de défense Anne Lauvergeon. Mais le président d'EADS ne cédera pas à la forte pression politique de Paris. Il a gagné de haute lutte le droit de porter à la présidence du conseil d'administration d'EADS son candidat Denis Ranque. Ce mercredi, il demandera à l'assemblée générale extraordinaire qui se tient à Amsterdam de valider, entre autres propositions, ce choix.

On savait que Tom Enders était un patron qui avait le courage de résister aux pressions politiques venues d'Allemagne ou de France. C'est encore plus vrai ce 30 janvier quand il a rendez-vous avec le président français François Hollande à l'Elysée, selon des sources concordantes. La veille, le secrétaire général de la présidence, Pierre-René Lemas, l'a appelé pour lui proposer une rencontre avec François Hollande. Il accepte bien sûr. C'est bien évidemment la gouvernance d'EADS qui sera au centre de ce rendez-vous secret, et notamment, Anne Lauvergeon, que l'Elysée entend propulser à la tête du conseil d'administration du groupe aéronautique.

Tom Enders, qui doit se mordre les doigts - car c'est lui qui a eu l'idée de faire venir l'ancienne patronne d'Areva au conseil d'EADS -, n'en veut pas à la tête de son conseil. D'autant que le président du comité des rémunérations et des nominations Sir John Parker, ancien président de National Grid PLC, qui connait bien Anne Lauvergeon dans ses fonctions de présidente d'Areva, n'en veut pas non plus. Tom Enders, soutenu par toute la direction du groupe, lui préfère l'ancien coprésident exécutif du groupe, Philippe Camus, qui connait parfaitement le secteur de l'aéronautique et de la défense. « Tom Enders souhaitait avoir au conseil des industriels connaissant bien ce secteur », explique-t-on à La Tribune.

Pierre Moscovici présent au rendez-vous

En ce début d'année 2013, l'Etat et la direction du groupe se livrent alors à une guerre, certes feutrée, mais très intense en coulisses pour imposer le candidat de leur préférence. C'est dans ce contexte assez tendu entre Paris et Tom Enders qu'intervient ce rendez-vous entre François Hollande et le patron d'EADS. Les deux camps savent que cette rencontre peut être décisive. Elle le sera même si certains continueront à livrer quelques combats d'arrière-garde. Première surprise pour Tom Enders quand il arrive à l'Elysée, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, est présent à ce rendez-vous. Ce qui n'était pas prévu. Participent également à ce rendez-vous le secrétaire général et secrétaire général adjoint de l'Elysée, respectivement Pierre-René Lemas et Emmanuel Macron.

La discussion commence à s'engager dans un premier temps entre Pierre Moscovici, Pierre-René Lemas, Emmanuel Macron, d'un côté et Tom Enders de l'autre. Les trois premiers insistent sur les qualités d'Anne Lauvergeon, qui a toutes les compétences pour accéder à la tête du conseil d'EADS. François Hollande les rejoint un peu plus tard pour prendre part à une discussion courtoise mais un peu tendue au vu des enjeux pour les deux camps. Pour autant, Tom Enders restera inflexible - pas question de se laisser imposer Anne Lauvergeon - mais il devra toutefois renoncer de porter Philippe Camus à la tête du conseil d'administration. Ce sera donc la troisième fois que l'ancien coprésident exécutif d'EADS sera retoqué pour cette fonction, dont une fois par Arnaud Lagardère. Cruel pour lui... Ce qui profitera à Denis Ranque, l'ancien PDG de Thales, bien connu de Tom Enders. Les deux hommes se sont toujours bien entendus quand Denis Ranque était à la tête du groupe d'électronique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2013 à 9:30 :
Ouf !
Merci Monsieur Enders d'avoir évité à EADS le même sort que celui d'AREVA.
C'est quand même ça l'avantage des sociétés franco-allemandes, la bi-nationalité permet d'éviter le népotisme des fonctionnaires français.
a écrit le 30/03/2013 à 12:51 :
Enders sait résister aux pressions française et allemandes mais pas aux anglo saxonnes.

Il a failli couler la boite au profit de BAE.
a écrit le 28/03/2013 à 10:39 :
Je ne serai même pas capable de recaser une copine politique alors résoudre les problèmes de la France , j en parle pas !!!
a écrit le 28/03/2013 à 7:50 :
Il y en assez de ces nominations à l'emporte pièce de nos politiques incompétents, il faut à la tête des grandes entreprises des gens connaissant parfaitement l'activité dont ils ont la charge avec une connaissance accrue du terrain!!
a écrit le 28/03/2013 à 7:35 :
Bravo Mr Enders. Vous défendez bien les intérêts d'EADS, car avec une mégalomane pareille qui a couté cher aux finances d'Areva, vous étiez mal parti. Et en plus, comme vous défendez bien Toulouse, encore plus bravo.
Je suis de plus en plus déçu par nos artistes actuels qui font exactement pareil que ceux d'avant, soit recaser les copains. Seuls les noms ont changé
a écrit le 28/03/2013 à 7:13 :
Je n'ai rien d'un entrepreneur et je n'ai jamais pris de risques dans la vie. J'ai voté socialiste pour la retraite à 60 ans et les 35 heures. Après j'ai voté UMP pour la défiscalisation immobilière. Je suis aigri car toujours pas remis de mes hausses d''impôts. Aussi j'applaudis à deux mains quand la France se prend des camouflets. Je suis content que ce président soit ridiculisé. Je me dis patriote mais je finis par détester ce pays car je suis plein de rancunes à cause de la fin de mes petits privilèges de rentier.
a écrit le 28/03/2013 à 6:05 :
Merci M. Enders car la France est gouverné pas les amis des amis et cela depuis des decennies les Présidents et les politiques ont toujours préférées les copains ou les protégés aux compétences réelles, l'état économique de la France en est le résultat Vous avez commis une erreur industrielle de vouloir Mme Le Vergeon qui a depuis longtemps perdu ses compétences techniques aux profits de compétences bien plus médiocres la politique, mais je peux comprendre une certaine intelligence de votre part d'avoir nommé cette dame c'est à dire un pion pour apaiser notre médiocre classe politique plus occuper par ses magouillesde copinages ou familles et cela depuis 40 ans autant sous la droite avec des affaires qui en disent long sur nos hommes politiques les dernières, l'affaire familliale scandaleuse de l'Epad ou celle de couche la nomination de l'ex à la BPI, pour ne citer que les plus emblématiques.
a écrit le 28/03/2013 à 1:21 :
Très bien, on n'avait aucun besoin d'une énarque incompétente nommée par copinage des élites franco-françaises.
a écrit le 28/03/2013 à 0:02 :
ENFIN! Un industriel qui a la force de ses conviction face à Merkel puis face à Hollande. Cà fait du bien de voir qu'il existe des personnes aussi fortes. Pour info complémentaire : EADS n'est ni une société Française ni une société Allemande, mais une société Néerlandaise (allez vérifier) avec son siège en Hollande. Savez-vous pourquoi? Les taxes sur les sociétés y sont nettement moins moindre qu'ici en Hollandie :-)))
a écrit le 27/03/2013 à 15:29 :
Un bol d'air frais bravo M Enders le copinage politico-socialo-franchouillard stop
a écrit le 27/03/2013 à 15:28 :
Le jeu des directions consanguines continue : PDG (pardon CEO, c'est plus sérieux) de la société X, donc administrateur des sociétés Y et Z. Le terrain de jeux est plus grand, il est européen, mais la "gouvernance" reste dans le même cercle d'intimes. Enders comme les autres. Leurs compétences c'est secondaire, l'important c'est qu'ils soient du sérail. Si Lauvergeon n'est "que" membre du conseil, alors on finira bien par lui trouver une direction...comme les autres.
a écrit le 27/03/2013 à 15:12 :
Ah, il y a des gens sensés et courageux parmi les décideurs !
Des gens qui sont capables de tenir tête à des hommes politiques incompétents.
C'est une bonne nouvelle, dans ce monde où les élites n'ont souvent d'élite que le nom.
Merci 1000 fois, M. Enders.

Proposition : on ferme l'ENA, et on propose à tous les gens qui avaient l'intention de faire l'ENA une formation en apprentissage dans une PME française. Après cette formation de terrain, on les réinjecte dans le circuit politique. Après ces années de formation, ils prendront de meilleures décisions, c'est certain.
Mais il faut aussi redonner un coup de fouet à l'apprentissage qu'on a mis sous le boisseau en France depuis des années, contrairement à l'Allemagne...

Autre solution : on les envoie apprendre à coder dans la nouvelle école de Niel. Là aussi, ils vont voir ce que c'est que l'initiative, la créativité et la liberté d'entreprendre.

Quant à François Hollande, on pourrait lui proposer de devenir conseiller général, comme le veut un des députés PS. Ah non, suis-je bête, il faut supprimer les conseils généraux.
Bon, dans ce cas, Hollande, en apprentissage aussi !
a écrit le 27/03/2013 à 14:58 :
Moi président, blablabla..!
Il fait exactement comme l'autre, les copains d'abord, c'est ça la France de l'oligarchie..!
Quelle honte ce pays, mais quand est ce qu'on va se réveiller et chasser à coups de pieds au c...tous ces profiteurs qui vivent sur notre dos???
Réponse de le 27/03/2013 à 15:17 :
Tout a fait d'accord !! D'autant plus qu'apparement meme le placement de copain il n'y arrive pas...
a écrit le 27/03/2013 à 14:27 :
Hollande ferait bien de s'inspirer de l'expérience de cet industriel. Il pourrait s'entourer d'hommes ou de femmes connaissant le monde de l'entreprise et renvoyer chez eux toute la bande d'énarques ou de fonctionnaires administratifs qui ruinent le pays depuis trop longtemps. Abandonner aussi cette habitude de placer les copains ou copines. Raz le bol de cette république bananière.

Réponse de le 27/03/2013 à 16:24 :
M. Enders, délivrez nous du flanby incapable !
a écrit le 27/03/2013 à 14:26 :
EADS , donc Airbus et Eurocopter sont des entreprises prospères dont l 'Allemagne assure la garantie de financement des produits . Les clients ont confiance en la rigueur de gestion de Mme Merkel mais certainement pas aux gouvernants français . Hollande ne pèse rien et
c' est tant mieux ....
Réponse de le 27/03/2013 à 15:08 :
Il s'est également opposé à Merkel, qui a fait dérailler le projet de fusion avec BAE systems
Réponse de le 27/03/2013 à 15:42 :
@le coq nu : "l 'Allemagne assure la garantie de financement des produits" attention, avec ce que vous prenez, vous allez commencer à voir des aigles roses ...
Réponse de le 28/03/2013 à 8:02 :
Premièrement, Airbus et Eurocopter ont leur siège en France, tout comme leur centre de recherche et de conception des produits. Votre argument est donc dans le vide. Deuxièmement, Ce n'est pas Merkel la responsable concepton produit. Veuillez par conséquent ne pas extrapoler la faible crédibilité de notre gouvernement à nos chers industriels, je vous rappelle que c'est la France l'ambassadrice européene de l'aéronautique et l'espace
a écrit le 27/03/2013 à 14:12 :
Faut comprendre une chose: les Allemands détestent les parachutages des hauts fonctionnaires français. Pour eux, un dirigeant doit être issu du terrain, du monde de l'entreprise et pas d'un cabinet ministériel.
Réponse de le 27/03/2013 à 14:41 :
Le socialisme à la française fait l'unanimité contre lui aussi bien chez EADS que chez les commentateurs...
Réponse de le 27/03/2013 à 16:23 :
Enders, pour ceux qui ne le savent pas a longtemps oeuvre dans le cabinet ministeriel en Allemagne. Il n'est pas un industriel. L'Allemagne, elle aussi, sait protéger et privilégier ceux qui disposent d'un réseau
a écrit le 27/03/2013 à 13:57 :
Un grand merci à Monsieur Enders d'avoir eu le courage de dire non pour sauver son Entreprise. Le copinage à la tête de l'Etat est lamentable!
a écrit le 27/03/2013 à 13:55 :
c'est la forme la plus primitive de népotisme à la française.Tom Enders a un passeport
allemand et pense et agit comme un allemand.Bravo et compliments.Ca doit etre une leçon
d'haute moralité et intégrité envers tous les protégés et assistés étatiques dont la France
est pleine.Pauvre Anne,tu a presque ruiné Areva et tu aura voulu ruiner aussi EADS? No!
En plus EADS appartien aussi à 50 % aux allemands!!!!!!!!
Réponse de le 27/03/2013 à 14:46 :
non EADS appartient pour 12% aux allemands... comme aux francais!
Réponse de le 27/03/2013 à 15:29 :
C'est le rêve de cifra42 : que EADS passe sous pavillon allemand. Notre ami cifra42 est très germanophile.
Réponse de le 27/03/2013 à 15:44 :
Attention, avec tes chiffres approximatifs tu n'as aucun espoir d'avoir le passeport allemand. Au mieux tu auras le droit de continuer à cirer leurs bottes.
Réponse de le 27/03/2013 à 16:13 :
Totoff-tonton:vous avez raison,je suis germanophile en raison que j'ai travaillé une vie en
Suisse.J'ai une retraite assuré à 100 % grace à un groupe germano-suisse qui m'a permis
de monter dans l'échelle sociale et je n'ai jamais connu les problèmes qui on fait de la
France un Pays en déclin et à la dérive.La grandeur(industrielle) c'est l'Allemagne,la Suisse,
et autres mais jamais la France.Sans les allemandes EADS n'aura pas raison d'exister.
Mme Merkel n'aura jamais convoqué Tom Enders pour lui proposer un (une)protegé.Cela
c'est typique français;voir EDF-SNC-AF-AREVA-Suez- GDF,etc;etc;etc; honte!!!!!
Réponse de le 27/03/2013 à 16:25 :
Totoff,j'ai fini avec ma carrière et je doit dire merçi aux suisses et pas les allemandes.Mais je
les admire et respect.Vous irez bientot avec pas mal d'autres revanchards de votre niveau
chez le Pole Emploi.C'est la, la fine de votre carrière.Il n y a pas d'autres alternatives et aussi
d'autres perspectives.Triste,très triste.Apprenez l'allemand et allez travailler en Suisse ou en
Allemagne.Votre famille et vos enfants auront un avenir sur.
Réponse de le 27/03/2013 à 18:33 :
Cifra, j'ai fini, moi aussi, ma carriere et en France. J'ai commencé ouvrier et fini cadre en France : Et chez EADS. Je veux bien qu'on soit anti francais à ce point mais à condition de ne pas trop dire de bétises. Quand à Mme Merkel qui a bloqué le processus de fusion avec BAE elle n'a pas fait mieux que Hollande. Enfin si Hollande et Moscovici avait voulu imposer Anne Lauvergeon ils pouvaient refuser de vendre une part des actions françaises et la modification du pacte d'actionnaires.
Réponse de le 30/03/2013 à 14:29 :
@Cifra42: arrêtez de dire n'importe quoi. Ce sont les français qui ont créé EADS tant au niveau du chiffre d'affaires que technologique. Relisez l'histoire du groupe. D'ailleurs aujourd'hui encore si l'Europe spatiale existe, avec la fusée Ariane, c'est presque uniquement grâce à la technologie française et la direction des lanceurs du CNES que biens des européens rêvent de voir rattacher à l'ESA.
a écrit le 27/03/2013 à 13:45 :
Bravo et merci Monsieur Enders, en espérant que votre exemple soit repris par d'autres responsables d'entreprise.
a écrit le 27/03/2013 à 13:37 :
merci monsieur Enders d avoir donner une leçon a notre président .......qu'il comprenne-une fois pour toute les copains apres l'interet général
a écrit le 27/03/2013 à 13:35 :
Quelle honte ce comportement des français !
a écrit le 27/03/2013 à 13:34 :
Au moins, les priorités de F. Hollande sont claires!
Réponse de le 17/07/2013 à 17:51 :
rassurez vous, les allemands font bien la même chose
a écrit le 27/03/2013 à 13:31 :
Ouf ! EADS l'a echappe belle ! Anne Atomic a EADS ? Le retour des avions renifleurs ....... d'uranium a coup sur ...! Bravo a Mr Enders . Nos gouvernants ont trop tendance a essayer de caser les petits copains ( les petites copines ) en faisant abstraction de leurs "egarrements"...
a écrit le 27/03/2013 à 13:20 :
notre comportement de coq gaulois est lamentable
a écrit le 27/03/2013 à 12:50 :
Merci M. Enders, au moins un rare exemple dans lequel "placer les copains" de "notre" pingouin/manchot a échoué.
Réponse de le 27/03/2013 à 14:13 :
Oeillères ? Naïveté ? Bêtise ? Les trois ? Qu'en était-il des précédents Présidents, au premier rang desquels Sarkoléon, grand spécialiste du "plaçage" d'amis aux commandes d'entreprises publiques, privées, mais aussi dans la Haute Administration ? Qu'en serait-il si vous aviez la possibilité de le faire à votre niveau ? Si vous étiez Président de la République ?
a écrit le 27/03/2013 à 12:47 :
Une nouvelle et belle démonstration de ce renvoi d'ascenseur Privé / Public qui fait passer le relationnel avant les capacités professionnelles et qui tue l'Europe. On l'a échappé belle, merci Monsieur Enders.
Réponse de le 27/03/2013 à 13:23 :
Je vous cite: "qui fait passer le relationnel avant les capacités professionnelles". Pourtant il est dit dans l'article que cela profite a "Denis Ranque, l'ancien PDG de Thales, bien connu de Tom Enders. Les deux hommes se sont toujours bien entendus." Cela m'a tout l'air d'etre du relationnel...
Réponse de le 27/03/2013 à 13:49 :
@vercaud: tout à fait d'accord. La France est en train de crever de ce copinage qui interdit aux gens compétents d'exercer leurs talents.
Réponse de le 27/03/2013 à 14:45 :
@Pardon? La différence c'est que les politiques mettent n'importe qui n'importe où, à la différence du secteur privé où un "ami" (et en l'occurence je ne suis pas sur que cela aille jusque là) est quelqu'un que l'on estime pour sa capacité dans le job que l'on fait. vaste nuance qui change tout! Preuve en est: l'Etat veut imposer Lauvergeon qui ne connait rien à l'aéronautique et à la défense et dont le tropisme pour la gauche n'est plus à démontrer, tandis qu'Enders pousse des gens qu'il a cotoyé dans le secteur: Philippe Camus ancien dirigeant d'EADS et Denis Ranque ancien patron de Thales pendant 10 ans! D'ailleurs il est de notoriété publique que Ranque a repoussé les avances d'EADS pour racheter Thales a de nombreuses reprises et il est probable qu'Enders et lui se sont plus écharpés qu'autre chose dans leurs relations professionnelles. Bref le meilleur moyen pour conaître la valeur de quelqu'un!
a écrit le 27/03/2013 à 12:31 :
tout le monde depuis le plus petit poste au plus grand savait chez EADS qu?en aucun cas on ne laisserait Anne Lauvergeon prendre la tête du conseil d?EADS. Une fois de plus les pingouins en ont été pour leurs frais
a écrit le 27/03/2013 à 12:24 :
C'est un peu cavalier cette manière d'inviter à un rendez-vous sans indiquer les participants. Face à un PR pépère et ses 3 sous-fifres, Enders n'a pas du avoir de mal...Mittal avait du le tuyauter.
a écrit le 27/03/2013 à 11:59 :
Et on s'étonne que l'économie, l'industrie françaises ne vont pas bien. Avec un tel "soviet" à la française? LOL
a écrit le 27/03/2013 à 11:54 :
une fois de plus la démonstration est faite de françois zero et ses apôtres
a écrit le 27/03/2013 à 11:54 :
Moi Président, je ne jouerai pas de mon influence pour placer mes potos dans de hautes fonctions... !! Le changement, c'est maintenant !!
Réponse de le 27/03/2013 à 14:16 :
Effectivement c'est regrettable. D'autant que par ailleurs qu'en comparaison de ce que nous avons connu lors du précédent quinquennat il semble que sur le reste le low profile soit globalement appliqué.
Réponse de le 27/03/2013 à 14:47 :
Bien vu! Il serait temps que le temps des copains/copines s'arrête. Mais c'est dans les gènes des socialos. Et Mimolette 1er donne déjà le ton dans sa vie privée. comment a t'on pu laisser élire un pantin pareil. la note va être salée au bout des 5 ans.
Réponse de le 28/03/2013 à 5:10 :
C est dur d accepter la democratie. Dire qu un bon bourrage des urnes facon ump aurait pu nous en debarasser. Sur le fond du sujet, un actionnaire essaie d imposer un de ces czndidats. Je ne vois pas ce. qui vous trouble.
Réponse de le 31/03/2013 à 15:01 :
Absolument d'accord, un actionnaire qui pousse un candidat et tout le monde s'égosille. La démarche n'a pas abouti, pour le meilleurs et pour le pire, mais quel besoin d'en faire des tartines. Si Enders n'a pas laissé passer c'est qu'il avait ses arguments et que pour froissés qu'ils soit Holland et son staff on bien du si plier. Chacun fait son job. (d'autant que rien ne dit qu'ils avaient comme réelle intention de placer Lauvergeon, l'objectif était peut être ailleurs, on avance un pion et on observe, n'est-ce pas ça une négociation?)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :