MH370, les coûts des recherches s'envolent (Boeing de Malaysia Airlines)

 |   |  802  mots
Le Bluefin-21, équipé d'un sonar, est descendu jusqu'à 4.695 mètres de profondeur
Le Bluefin-21, équipé d'un sonar, est descendu jusqu'à 4.695 mètres de profondeur (Crédits : Reuters)
En six semaines, les sommes dépensées pour retrouver l’épave du vol MH370 sont estimées à 100 millions de dollars (72 millions d’euros).

La facture des recherches du Boeing 777 de Malaysia Airlines sera salée et restera dans les annales. Six semaines après la disparition mystérieuse de l'avion, les sommes déjà dépensées pourraient atteindre 100 millions de dollars, selon des experts.

Ce qui en ferait les recherches les chère de l'histoire de l'aviation. D'autant plus que la facture n'est pas prête de s'arrêter de grimper: le robot envoyé au fond de l'océan ne trouve toujours rien. A titre de comparaison, le coût des recherches de l'AF 447 d'Air France a été estimé entre 80 et 100 millions d'euros, selon le Bureau d'enquêtes et d'analyses, et non à 36 millions d'euros comme l'avaient précédemment indiqué certains experts.

Le coût est "énorme"

L'Australie, à la tête des opérations de recherche, se refuse à évoquer publiquement le coût des opérations. Le vol MH370 s'est abîmé pour une raison inconnue dans le sud de l'océan indien à 2000  kilomètres au large des côtes australiennes selon des relevés satellites. Aucun débris n'a été récupéré.

En Malaisie, on est conscient de l'ampleur de la facture. "Lorsqu'il s'agit de récupérer (une épave d'avion) à une profondeur de 4,5 km, aucune armée n'est capable de faire cela", a déclaré jeudi 17 avril le ministre malaisien des Transports et de la Défense. Les autorités sont alors obligées de "prendre des entreprises privées et le coût sera énorme".

Les estimations plus précises viennent de Ravikumar Madavaram, un expert en transport aérien au cabinet de consultants Frost and Sullivan. Selon lui les recherches effectuées depuis le 8 mars s'élèvent à quelque 100 millions de dollars soit 72 millions d'euros. "C'est sans aucun doute la plus grande opération" a-t-il déclaré avant de conclure :  "en termes de coûts, ce sera la plus chère".

La Malaisie, l'Australie et la Chine en première ligne

Les frais sont principalement pris en charge par la Malaisie, l'Australie et la Chine qui comptait 153 ressortissants à bord. En plus de la Malaisie, Singapour, le Vietnam l'Inde, les Etats-Unis ont aussi participé aux opérations les premières semaines en mer de Chine méridionale et dans le détroit de Malacca, puis vers la mer d'Andaman. Rien que pour le premier mois, le Pentagone a indiqué avoir consacré 7,3 millions USD.

L'enquête s'est ensuite déplacée dans l'océan Indien. De nombreuses armées ont été mobilisées. La Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande, la Chine, la Corée du Sud et le Japon ont scruté les flots avec des bateaux et des avions militaires. 

Le robot ne trouve toujours rien

La facture n'est pas prête de s'arrêter de grimper. Plus l'opération dure, plus le coût augmente. Or le robot chargé de balayer les fonds marins ne trouve toujours rien. Il a plongé vendredi 18 avril une cinquième fois même au-delà de la profondeur recommandée par ses fabricants. Il est remonté bredouille, comme les fois précédentes.

Bluefin-21, le nom du robot, a exploré à ce jour environ 110 km2. En quatre missions depuis lundi à des profondeurs d'environ 4.500 mètres, dont deux avortées en raison de problèmes techniques, aucun indice probant n'a été récolté par les sonars et caméras du robot. L'analyse d'une nappe de carburant trouvée sur la zone de recherche a cependant démontré que le carburant ne provenait pas d'un avion.

Les recherches vont-elles s'arrêter à cause du coût ?

"C'est une des recherches les plus difficiles de tous les temps et ça pourrait prendre du temps" selon le Centre conjoint de coordination des agences (Jacc), chargé d'organiser les opérations. "Le coût est significatif" et "est endossé par nos partenaires internationaux qui ont apporté leur aide, en hommes et en matériel, civil et militaire", ajoute-t-il.

Pour le moment, chaque pays prend en charge ses frais, mais "ça doit commencer à inquiéter les responsables des budgets militaires", avance Kym Bergmann, rédacteur en chef de la revue Asia-Pacific Defence Reporter. Cela-dit annoncer une baisse de régime dans les opérations serait mal accepté par les familles des passagers.

"Je pense qu'ils vont continuer un mois ou deux, sans tenir compte des coûts", renchérit l'expert Ravikumar Madavaram. "Mais s'ils ne trouvent rien, ça deviendra une chasse à la chimère et les populations vont poser des questions".

Fin mars, Tony Abbott, le premier ministre australien avait déclaré :

"Je ne fixe pas de limite dans le temps. Nous le devons aux familles, à tous ceux qui prennent l'avion, aux gouvernements inquiets qui comptaient des ressortissants dans l'appareil, et au monde en général, sidéré par ce mystère depuis trois semaines maintenant (…). On peut chercher pendant longtemps encore", avait-t-il dit.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2014 à 17:11 :
Comme déjà évoqué par curieux37, étouffer un scandale militaire revient beaucoup moins cher que la guerre, sauf pour les familles des victimes civiles prises dans l'étau géopolitique.
a écrit le 19/04/2014 à 17:40 :
Capable de retrouver une exo planète a des millions d'années lumières de la terre, capable de retrouver n'importe quoi n'importe ou, et soit disant cet avion personne ne sait ou il est?!!! Arrêtez de prendre les gens pour des cons merde a la fin. Et les détecteurs des boîtes noires? Et la géo localisation des portables?!! Et le GPS de ce putain d'avion?!! Non mais franchement. Ça suffit maintenant
Réponse de le 20/04/2014 à 11:38 :
Oui on sait parfaitement où est l'avion mais on dépense tout cet argent et cette énergie, histoire de s'occuper et d'amuser la galerie.
a écrit le 19/04/2014 à 4:03 :
De toute façon tout est mis en œuvre pour cacher la vérité ! Le complot est totale (lire le sujet sur le site mediapart)
a écrit le 18/04/2014 à 23:46 :
2 éme article sur ce sujet et c est toujours inutile car on se fout du prix !!!

c est 0000 a coté du problème

on doit savoir ce qu' il c est passé
pour l industrie pour les voyageurs pour la sécurité des aéroports

parlé plutôt des moyens de trouver cet avion
a écrit le 18/04/2014 à 18:18 :
c'est moins cher que la guerre..... et rapporté au nombre de passagers transportés par an.... une goutte d'eau...... combien coûte..... le cinéma actuel en ukraine et en russie.... ?
a écrit le 18/04/2014 à 17:14 :
100 Millions ce n'est même pas le prix de l'avion

Et si les boites sont localisées ce n'est qu'une question de temps

Sinon il n'y aura pas de solution.

Par ailleurs retrouver cet avion est important il faut comprendre ce qui s'est passé... il en va de la sécurité des vols mondiaux.

1 euros par billet pendant 3 jours couvre les frais sur plusieurs années....
Réponse de le 18/04/2014 à 21:07 :
Le prix catalogue d'un 777 c'est 315 millions de USD. Mais les remises sont substantielles (jusqu'à 60%).
Et puis, oui, il faut comprendre ce qui s'est passé et comment cet appareil a pu échapper aux radars et autres tracers militaires.
a écrit le 18/04/2014 à 14:24 :
combien par voyageur(en avion) en une année ? (sans doute pas grand chose)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :