Le Qatar veut le Rafale de Dassault Aviation

Même s'il est de plus en plus vraisemblable que le cheikh Tamin ben Hamad Al-Thani ne fera pas d'annonce sur l'avion de combat tricolore lundi à Paris, les négociations se déroulent dans un climat excellent.
Michel Cabirol

4 mn

Le Qatar fait patienter le Rafale sur le tarmac
Le Qatar fait patienter le Rafale sur le tarmac (Crédits : © 2009 AFP)

Le nouvel émir du Qatar annoncera-t-il ce lundi à Paris avoir sélectionné le Rafale ? C'est la Question du moment à laquelle toute la filière française défense et les autorités politiques françaises sont suspendues. Mais comme toujours, ces dossiers sont extrêmement compliqués autant pour les enjeux diplomatiques que par le manque de ressources humaines chez les clients pour traiter les dossiers d'une telle ampleur - la vente d'un système d'armes reste très complexe. Ce qui peut au final faire diverger les calendriers d'annonce.

Ces derniers jours, les plus hautes autorités politiques françaises, dont l'Elysée, qui ont ce dossier en main, tenaient beaucoup (trop ?) à une telle annonce. Quitte à forcer un peu la main de l'émir, le cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, en visite officielle à Paris à partir de lundi, en raison certainement de la grande nervosité qui entoure toujours l'exportation du Rafale. Mais, confie un bon connaisseur du Qatar, "cela ne sert à rien de forcer la main. Les qataris ne cèdent pas aux pressions et discuteront jusqu'au bout les prix".

Le Rafale simplement évoqué ?

Une chose est sure, une partie des discussions entre le cheikh et Jean-Yves Le Drian puis avec François Hollande portera sur le Rafale. Ce sera aussi certainement le cas des frégates anti-aériennes (DCNS et MBDA). Mais il est de plus en plus vraisemblable, selon des sources concordantes bien que prudentes, qu'il n'y aura pas d'annonce formelle sur le Rafale à l'occasion de cette visite. Ce qui ne veut pas dire que les négociations se passent mal. Bien au contraire, elles sont au beau fixe depuis quelques petits mois. "Nous sommes convaincus que les Qataris veulent acheter le Rafale et les négociations se déroulent dans un climat excellent", confirme-t-on à La Tribune. Peut-être même avant l'Inde, estime-t-on.

D'autant que le cheikh Tamin Ben Hamad Al-Thani a, il y a quelques semaines, mis la pression sur ces équipes de négociateurs pour accélérer les différents processus d'acquisitions des matériels de défense en général, et du Rafale en particulier à l'approche de la Coupe du Monde de football que le Qatar doit organiser en 2022, selon nos informations. Des équipes de négociateurs très mobilisés sur le Rafale actuellement mais dont le nombre est toutefois limité.

Reprise des négociations en mars

Les discussions entre la France et le Qatar ont repris au mois de mars après une période où Doha avait mis en suspens ce dossier. Durant trois mois environ, les Qataris n'ont plus donné signe de vie sur le Rafale. Pour autant, à Paris, durant cette période, les industriels et les pouvoirs publics ne semblaient pas trop inquiets par ce silence. "Il faut s'inscrire dans la durée avec Doha, ils ont leur propre tempo", expliquait-on à "La Tribune".

Et c'est en mars que les Qataris ont finalement repris langue avec le Team Rafale (Dassault Aviation, Thales et Safran) en posant de nouvelles questions sur l'avion de combat. Notamment sur le prix de l'appareil selon le volume d'une éventuelle commande (12, 24, 36, 72 Rafale) afin de mieux cerner la structure de coûts de l'avion de combat.

72 avions de combat

De douze appareils - des Mirage 2000-5 -, le Qatar voudrait augmenter sa flotte d'avions de combat à 72, dont un premier lot de 36. En tout cas c'est que Doha souhaitait l'été dernier. Un client qui a de toute façon les moyens de s'offrir 72 avions de combat. Dans ce cadre, l'émirat avait envoyé en août dernier un appel d'offres (Request for Proposal) à trois candidats : Dassault Aviation, Lockheed Martin et le consortium Eurofighter. Selon un calendrier informel, le Qatar devait choisir un fournisseur pour un premier lot de 36 appareils d'ici à la fin 2013 et entrer ensuite avec ce constructeur en négociations exclusives. Dassault Aviation tenait la corde pour ce premier lot.

Mais le calendrier a dérapé en raison, notamment, du jeu étrange des Américains. Mi-septembre, Londres, qui propose Eurofighter Typhoon, et Paris, qui soutient le Rafale (Dassault Aviation), avaient rendu leur offre conformément au calendrier fixé par Doha. Mais pas Washington. Du coup, les deux enveloppes contenant les offres du consortium Eurofighter (BAE Systems, EADS et l'italien Finmeccanica) et de Dassault Aviation ont dormi plusieurs mois au fond d'un coffre avant d'être décachetées... une fois la réponse des Américains réceptionnée par les Qataris. Et curieusement, les États-Unis n'ont finalement pas proposé le F-35.

Michel Cabirol

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 48
à écrit le 02/11/2014 à 13:09
Signaler
c'est plus judicieux que le psg

à écrit le 01/11/2014 à 19:01
Signaler
Q'est que c'est les étatiques? De la novlangue, car étatique est un adjectif et non un substantif. Mais c'est peut être le vocabulaire des militaires.

à écrit le 05/07/2014 à 16:19
Signaler
Allons-nous finir par céder tous nos bijoux de famille au Qatar ? Serait-il intéressé aussi de nous racheter plusieurs millions de nos chômeurs ?

à écrit le 27/06/2014 à 18:06
Signaler
Veulent pas acheter des chomeurs plutot ? C'est les soldes et le stock est plein.

à écrit le 26/06/2014 à 21:14
Signaler
Je me suis passionné un temps pour la vente du rafale, j'avoue que cette vente sans cesse annoncé d'article en article me lasse ! Je vous propose d'écrire le prochain article après la signature du contrat.

à écrit le 24/06/2014 à 14:17
Signaler
Les Qataris accumulent les "atouts" pour démontrer aux uns et aux autres comment un é tat minuscule peut dépasser les + gros en bien des points...Dont la puissance militaire,l'in vestissement dans le sport(ça fait une sacré pub) ou les arts,par exe...

le 04/07/2014 à 16:20
Signaler
Cela prouve surtout que l'on fait ce que l'on veut...tant qu'on a des fonds quasi illimités.

à écrit le 23/06/2014 à 15:17
Signaler
Je lis dans de nombreux commentaires, ils ont les moyens, ils ont les moyens. Qui disait : les capitalistes vendront jusqu'à la corde pour se pendre?

à écrit le 23/06/2014 à 14:57
Signaler
C'est un avion très perfectionné, cher à l'achat et d'un entretien assez onéreux. Dans le contexte actuel où, la guerre conventionnelle n'est plus d'actualité, une telle dépense peut paraitre disproportionnée par rapport aux besoins réels de certains...

à écrit le 23/06/2014 à 13:14
Signaler
La France, pays des droits de l'homme oubliera les pauvres bougres qui mourront pour construire les stades de la coupe du monde 2022 et la Tribune se gargarisera avec nos succès commerciaux pour un avion inutile et dépassé...

à écrit le 23/06/2014 à 13:11
Signaler
après le Paris Saint Germain , vont racheter Dassault !

à écrit le 23/06/2014 à 12:26
Signaler
ils veulent de la qualités ! et alors ils ont les moyens

à écrit le 23/06/2014 à 12:02
Signaler
Faut arrêter de s'auto congratuler. Quand le Rafale volera en Inde on sera content Quand le Rafale se posera au Qatar on sera content... Après le quatar nous achètera le Charles De Gaule et tout ira bien... Les effets d’annonce c'est comme...

à écrit le 23/06/2014 à 11:49
Signaler
Le Qatar à ma connaissance, n'a pas de espace aérien suffisante pour avions comme Rafale. Il violera sans cesse l'espace aérien des voisins.....peut-être que je me trompe....

le 23/06/2014 à 12:04
Signaler
??? Et alors cela est valable pour n'importe quel avion... où est le problème...

le 24/06/2014 à 14:23
Signaler
Aucun avion n'est aussi polyvalent que le Rafale,une fois en vol...A défaut d'avoir un territoire conséquent pour motiver l'achat de cet appareil,il ira se baser ailleurs et le Qatar deviendra 1 gendarme de + dans la région,en + des Américains,d'Isr...

à écrit le 23/06/2014 à 10:45
Signaler
quels sont les contre-parties réclamées à la France en cas d'achat de nos avions ?

à écrit le 23/06/2014 à 7:50
Signaler
M.Cabirol avec les Rafales il doit se masturber une fois par semaine.Rien d'autre à nous faire lire? L'attente de l'orgasme chez les fidèles de M.Cabirol est très mais très longue!!!!!

le 23/06/2014 à 8:39
Signaler
Ahah! Merci j ai bien ri. La tribune ne manque pas d humour en laissant votre commentaire. Espérons que la masturbation touche enfin au but!

à écrit le 23/06/2014 à 7:44
Signaler
Il faudrait mieux de regarder de plus près les investissements du Quatar qui n ont pas toujours des raisons très economiques

à écrit le 23/06/2014 à 7:40
Signaler
Pk curieusement, les Américains ne proposent pas le F35? Qui est le principal financeur de l'EIL et des Frères Musulmans? Le Qatar. Alors à un moment, il faut arrêter de s'étonner. Nous, on a besoin de leur vendre nos armes. Les Américain, non. Ils o...

le 23/06/2014 à 10:33
Signaler
Pour un pacifiste de principes comme moi, un discours comme le votre me donne de la nausée.

le 23/06/2014 à 10:42
Signaler
Le F35 c'est le couac complet, l'avion le plus cher au monde et dépourvu des performances escomptées. A l'évidence, à part quelques Européens, léchage de bottes oblige, aucun autre pays s'y intéressera.

le 24/06/2014 à 14:28
Signaler
En achetant des chasseurs américains,on devient une agence,un pied-à-terre améri cain...Et les F35 seront formatés "made in USA",ne pourront pas être libres d'aller où ils veulent,quand ils veulent...comme les avions égyptiens.

à écrit le 22/06/2014 à 22:11
Signaler
C'est le nouveau véhicule de fonction des joueurs du PSG ?

à écrit le 22/06/2014 à 20:22
Signaler
Et le Brésil aussi.... l'Inde.... la Suisse... l'Argentine.... la Russie....

à écrit le 22/06/2014 à 19:51
Signaler
Comment un pays de 300.000 habitants peut-il utiliser opérationnellement 72 avions de combat ? ... et aussi construire 10 stades de 80000 places pour le mondial 2022 !?

le 22/06/2014 à 22:00
Signaler
100 milliards de recettes gazière par an.

à écrit le 22/06/2014 à 19:42
Signaler
Il est des ventes qu'il vaut mieux soit refuser soit perdre. Faute de quoi, on risque de perdre bien plus qu'un paquet de biftons.

à écrit le 22/06/2014 à 18:43
Signaler
"" Mais, confie un bon connaisseur du Qatar, "cela ne sert à rien de forcer la main. Les qataris ne cèdent pas aux pressions et discuteront jusqu'au bout les prix"." Ohé, M. Cabirol, pas besoin d'être "un bon connaisseur du Qatar", c'est vrai partout...

à écrit le 22/06/2014 à 16:37
Signaler
Comme l'Inde et le Brésil ?

le 22/06/2014 à 16:44
Signaler
Le Rafale n'a pas "perdu" en Inde, informez vous...

le 22/06/2014 à 18:54
Signaler
L'Inde n'a pas encore signé et pour le Qatar l'Oncle Sam n'a pas dit son dernier mot.

le 22/06/2014 à 19:00
Signaler
Pour en vendre nos nuls de politique feraient n'importe quoi. On va réussir à leur faire des promotions, un acheté un offert comme en grande surface et après Flamby et manolo vont se goinfrer sur le dos du peuple.

le 22/06/2014 à 20:18
Signaler
non, l'inde c'est en cours et ca continu, mais c'est long. on vend pas des clio. ils ont pas le choix. mais quand, ca c'est la question. HAL met 3 fois plus de temps pour produire un rafale et il refuse de s'engager sur le cahier de production vis à...

à écrit le 22/06/2014 à 15:46
Signaler
tres bonne nouvelle pour merignac et le qatar .

à écrit le 22/06/2014 à 15:46
Signaler
tres bonne nouvelle pour merignac et le qatar .

à écrit le 22/06/2014 à 14:57
Signaler
Autant que ça fasse tourner nos usines plutôt que celles de l'Oncle Sam,même si le Qatar n'est ni un modèle de démocratie, ni un allié fiable puisqu'il finance les djihadistes pour partie. Existe t-il un client pour les systèmes armées qui est abso...

à écrit le 22/06/2014 à 14:06
Signaler
Il y a une différence entre investir et coloniser. Il y a aussi une différence entre islamisme et terrorisme. Etant donné que les français n'ont pas eu l'intelligence collective de préserver sa souverainté économique et comme on a plus les moyens d...

à écrit le 22/06/2014 à 12:55
Signaler
Ils ont les moyens de s'acheter 72 avions de combat et seraient alors plus puissants que la Belgique et bon nombre de pays dans le monde, mais qui va les piloter et les réparer ? Le Qatar, c'est 300000 nationaux. Vont-ils développer le mercenariat ?...

à écrit le 22/06/2014 à 12:08
Signaler
C'est normal, le Qatar colonise la France en ce moment . . . autant acheter des produits de leur future colonie.

le 22/06/2014 à 19:03
Signaler
Vous avez raison ils arrivent à grands pas dans notre pays, on pourra toujours leur proposer nos services comme chauffeurs, femmes de ménage, cireur de pompes, on a de l'avenir dans ce pays depuis que ces bobos de gauche sont au pouvoir, il faut dire...

à écrit le 22/06/2014 à 11:41
Signaler
Le Qatar n'est pas un emirat et Al-Thani n'est pas un emir. Une faute non negligeable dans une telle poudrillere

le 22/06/2014 à 12:24
Signaler
Selon Wikipédia, le Qatar est BIEN un émirat, même s'il est indépendant des E.A.U ...

le 23/06/2014 à 7:40
Signaler
Whiskypedia...

à écrit le 22/06/2014 à 9:45
Signaler
Mais oui , il faut qu'il en commande, et nous verrons se que l'on peut faire pour eux..... N'oublions pas que ce pays soutient les islamiste dans le monde entier, ensuit s'est aussi un pilon des américain sur la cène international.....

le 22/06/2014 à 10:09
Signaler
Roger passe son temps à critiquer la France dans ses commentaires.. Si on l'écoutait, on ne ferait plus rien. Il ne faut pas vendre au Qatar, par vendre aux chinois, ni aux USA .. mais qui va payer la retraite à Roger ?

le 23/06/2014 à 20:52
Signaler
A Rafales,normal ce qui arrive à Mr Cabirol....il reste sourd à toutes critiques.Salut.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.