Airbus va-t-il une nouvelle fois coiffer Boeing sur le poteau avec la commande colossale d'Indigo ?

 |   |  797  mots
L'A320 Neo vient de commencer sa campagne d'essais en vol
L'A320 Neo vient de commencer sa campagne d'essais en vol (Crédits : reuters.com)
Avec la commande record de la compagnie indienne Indigo Airlines portant sur 250 avions A320 Neo, Airbus revient sur Boeing dans la course aux prises de commandes. A la fin septembre, le géant américain était largement en tête.

Qui, d'Airbus et de Boeing, sera le numéro un mondial pour la prise de commandes d'avions en 2014 ? Si la palme du plus grand constructeur mondial est déjà acquise au géant américain en raison d'une production d'avions long-courriers supérieure à celles de son rival européen, la bataille de titans sur le front des commandes est, quant à elle, incertaine.

Boeing : 1.000 commandes au compteur

Alors que Boeing fait la course en tête depuis le début de l'année avec 1.000 commandes nettes au compteur (défalquées des annulations) à fin septembre, contre 791 commandes pour Airbus, la signature d'ici à 30 jours d'une colossale commande d'A320 Neo avec la compagnie indienne Indigo Airlines remet Airbus dans la course pour espérer conserver sa couronne mondiale. D'autant qu'Airbus a l'habitude de terminer les années au sprint ; le groupe européen ayant, à plusieurs reprises au cours des dix dernières années, coiffé Boeing sur le poteau.

Une commande à 20,3 milliards d'euros

Ce mercredi en effet, l'avionneur européen a annoncé la signature d'un protocole d'accord avec Indigo pour 250 A320 Neo, la version remotorisée de son moyen-courrier, pour un montant évalué à 25,7 milliards de dollars (20,3 milliards d'euros) au prix catalogue. Il s'agit de la plus grosse commande pour Airbus en nombre d'avions, avant même celle signée en 2013 avec le transporteur indonésien Lion Air (234 A320, 18 milliards d'euros).

2013, meilleur millésime de l'histoire de l'aéronautique

Pour 2014, le directeur commercial d'Airbus, John Leahy, s'attend à un plus d'un millier de commandes nettes pour Airbus, soit plus de 1.350-1.400 commandes brutes. Un millésime encore extraordinaire après celui de 2013 qui fut, ni plus ni moins, la meilleure performance commerciale de l'histoire de l'aéronautique (1.619 commande brutes, 1.518 commandes brutes).

Commande "par tranche"?

Sur le papier, Airbus aura atteint son objectif annuel une fois la commande d'Indigo finalisée, à condition que celle-ci soit annoncée en une seule fois, et non "par tranche", comme un porte-parole d'Airbus l'a évoqué. Pour rappel, seules les commandes fermes, qui font l'objet d'un versement d'acomptes, sont comptabilisées dans les carnets de commandes des constructeurs.

Lire ici : Dans les coulisses des commandes d'avions

Le contrat entre Boeing et Ryanair en cours de finalisation

Ce pré-contrat indien intervient après une série d'annonces enregistrées tant par Airbus que par Boeing ces dernières semaines, et qui ne sont pas encore toutes finalisées. Ainsi, le 10 octobre, la China Aviation Supplies Holding Company (CAS), un organisme d'état qui passe commande pour les compagnies aériennes chinoises, s'est engagée à acheter 70 A320, pour un montant de l'ordre de 6,6 milliards de dollars au prix catalogue.

De son côté, Boeing a engrangé 30 B737 en additionnant les commandes d'Alaska Airlines (10 exemplaires pour 990 millions de dollars) et d'Ethiopian Airlines (20 B737 MAX 8 pour 2,1 milliards de dollars), lesquelles « compensent » les 18 B737 et 15 B787 annulés par Air Berlin. Surtout, Boeing compte encore dans sa manche les 100 B737 Max annoncés le 8 septembre par Ryanair, qui n'ont toujours pas été transformés en commande ferme.

Ces commandes traduisent l'énorme potentiel du marché des ventes d'avions. Selon tous les industriels, la flotte d'avions dans le monde est appelée à doubler au cours des vingt prochaines années, pour atteindre, selon les dernières prévisions de Boeing, plus de 40.000 avions d'ici à 2033. Près 37.000 appareils neufs (avions régionaux, de plus de 100 sièges, tout cargo) devraient être livrés d'ici à 2033, pour une valeur de 5.200 milliards de dollars au prix catalogue.

Hausse du trafic

Ce boom s'explique d'abord par les prévisions de hausse du trafic de passagers, qui devrait croître en moyenne, durant cette période, d'environ 5% par an. De 3,4 milliards de passagers en 2014, le trafic devrait doubler avant vingt ans.

Lire ici : deux fois plus de passagers dans vingt ans, comment fait-on?

Certes, ces prévisions à si long terme font sourire les sceptiques. Pour autant, au cours de la dernière décennie, rien n'a enrayé la hausse du trafic, ni la flambée du prix du carburant, ni les contraintes environnementales, ni le développement des technologies qui permettent les échanges à distance (Internet haut débit, visioconférence,...). La libéralisation accrue du transport aérien - avec l'arrivée de nouvelles compagnies (notamment à bas coûts) et la multiplication des États à signer entre eux des accords de ciel ouvert - est également un puissant levier de croissance du trafic.

Le marché du renouvellement

Ce dernier n'est cependant pas le seul à booster les ventes d'avions. Il y a aussi le renouvellement des flottes des compagnies. Un mouvement poussé par la cherté du prix du baril de pétrole et par l'arrivée sur le marché d'une multitude de nouveaux appareils dont les technologies réduisent fortement la consommation de kérosène et les coûts d'exploitation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2014 à 23:13 :
Mr Gliszczynski et ses titres à deux balles... On ne sait pas ce que Boeing cache sous la manche...
a écrit le 15/10/2014 à 22:38 :
Et puisqu'on parle de ventes d'Airbus à l'Inde mais on oublie d'autres plus importantes encore pour l'économie française comme celle des BPC Mistral à la Russie, justement, où en est-on ? selon mes dernières lectures, si Hollande ne livre pas les vaisseaux dans les délais, la Russie parle d'annuler le contrat. Pourrait-on en savoir davantage ?
Réponse de le 15/10/2014 à 23:50 :
On se fout des BPC russes. Pensons plutôt aux possibles 4 indiens et 3 canadiens.
La Russie ne fait rien pour arranger la situation dans le Donbass et concentre ses troupes dans le nord de la Crimée. Avec munitions et systèmes en quantité et identification sur les véhicules effacées. les BPC ne seront pas livrés.
Elshan
Réponse de le 16/10/2014 à 9:03 :
Et c'est toi qui va payer le 2.1 milliards de dollars aux Russes avec ton discours d'otaniste, zozo ? c'est grâce à des gens comme toi que les finances publiques se trouvent dans l'état de délabrement qu'on connait.
Réponse de le 16/10/2014 à 11:21 :
Il est évident, pour toute personne objective, que ce n'est pas la Russie qui a contribué au coup d'Etat en Ukraine, qui a conduit à la crise politique actuelle et à la division de la société ukrainienne. C'est la prise anticonstitutionnelle du pouvoir à Kiev qui a déclenché les événements suivants et notamment sur le dossier criméen: les habitants de la région ont organisé un référendum – en parfait accord avec la Charte de l'Onu – qui a débouché sur le rattachement de la péninsule à la Russie. Il n'y a pas de logique dans les sanctions imposées par le département d'Etat US et ses fidèles serviteurs européens. Ou bien, si il y en a une, c'est celle de tirer une balle dans son propre pied. Mais, à l'évidence, ce n'est pas une personne comme vous qui va le comprendre, hélas.
a écrit le 15/10/2014 à 21:21 :
Tiens, tiens ! les Allemands, les Britanniques et les Espagnols doivent eux aussi frotter les mains à ce moment. Espérons que ça marche.
Réponse de le 16/10/2014 à 9:50 :
C'est assez étonnant comment votre commentaire a-t-il pu passer par les filets de la censure de la rédaction, alors là c'est le monde à l'envers….. je suis épaté !
a écrit le 15/10/2014 à 21:18 :
En France quand Airbus signe une lettre d'intention avec un possible client (dans le conditionnel !), c'est déjà vendu d'avance. Ainsi on a vu vendre des Rafales au Brésil, au Qatar, à la Suisse ; de rames TGV en Argentine, aux Etats-Unis ; des sous-marins nucléaires au Brésil, en Inde et j'en passe….. la frustration est encore plus douloureuse quand ça tombe à l'eau.
Réponse de le 16/10/2014 à 8:59 :
Nous sommes ainsi, annemarie, nous sommes ainsi…
a écrit le 15/10/2014 à 20:36 :
Il faut qu'Airbus et Boeing profitent de ce marché car il y a déjà un projet de coopération russe-chinoise pour la constructions d'avions à la large fuselage. Celui-ci va certainement concurrencer les européens et les américains dans tous les marchés notamment l'asiatique. Puisque l'Inde est un traditionnel client d'armements russes et fait partie du prochain grand bloc économique de la planète (BRICS), il est possible que les jours du marché asiatique sont déjà bel et bien comptés pour les avionneurs occidentaux.
Réponse de le 15/10/2014 à 22:21 :
La concurrence est toujours bon pour la qualité et la diversification de l'offre. On peut trouver un bon article à ce sujet sous ce lien :
http//russia-insider.com/en/china_politics_business/2014/10/10/06-31-13pm/russia_and_china_challenge_boeingairbus_its_serious
Réponse de le 16/10/2014 à 7:26 :
Les avions russes concurrents d'Airbus et Boeing (Iliouchine 86/96, Tupolev 204, Sukhoi Superjet) ont tous été des flops. Les projets chinois dans les cartons actuellement (Comac) ne représentent aucune menace pour Boeing et Airbus. Les seuls constructeurs qui ont la capacité technique de proposer une alternative sont Bombardier et Embraer mais les deux géants en place sont tellement dominants que ni l'un, ni l'autre ne peuvent se permettre l'investissement de concurrencer les A320 et B737, encore moins sur le secteur du wide body.
Même si une alliance sino russe financée par d'énormes capitaux publics avait une chance de voir le jour, les avionneurs occidentaux qui ont 50 ans d'avance, ont encore de beaux jours devant eux.
Réponse de le 16/10/2014 à 11:24 :
Une opinion qui n'engage que vous c'est dire que le Sukhoï Superjet est un flop. Il faut se renseigner mieux avant d'y venir débiter des âneries. Un vrai flop c'est le Boeing 787 Dreamliner. Renseignez-vous mieux.
Réponse de le 16/10/2014 à 11:26 :
Quand vous dites "une alliance sino russe financée par d'énormes capitaux publics " avez-vous oublié que Boeing et (surtout) Airbus sont financés par d'énormes sommes de l'argent public eux aussi? on n'y peut rien contre la mauvaise foi, décidément.
Réponse de le 16/10/2014 à 12:44 :
@ sans nom: alors le 787 est un vrai flop? Il s'en est vendu plus de 1000 exemplaires et tu considères que c'est un flop? Ok....
Réponse de le 18/10/2014 à 11:08 :
@@nom
Si vous relisez mon texte, vous vous appercevrez que je n'ai rien contre un investissement public de la part d'une alliance sino russe ; je pense simplement que ce sera difficile à mettre en place. Donc je ne vois pas où est la mauvaise foi, décidément...!
@sans nom
Plus de 1000 commandes de 787 à 260 millions de $ contre 300 Superjet à 30 millions de $, comme vous dites, il vaut mieux se renseigner avant de dire des âneries.
a écrit le 15/10/2014 à 19:45 :
Donc, Boeing comptabilise les commandes non fermes... Bien un truc de cowboys, ça...
Réponse de le 15/10/2014 à 19:52 :
yvan : non nous ne notons que les cdes fermes signees ....et non pas les premiers contacts
Réponse de le 15/10/2014 à 20:06 :
Des petits problèmes de compréhensions Yvan? C'est quand même clair non? "" Alors que Boeing fait la course en tête depuis le début de l'année avec 1.000 commandes nettes au compteur""
Réponse de le 16/10/2014 à 9:06 :
C'est que contrairement aux Français, le reste du monde ne parle d'une vente qu'au moment où celle-ci est conclue. Les Français vendent la peau avant de tuer l'ours, et à la fin l'ours n'est pas tué mais on dit quand-même que la peau a été vendue. Vous avez compris ? faut pas prêter l'oreille à ce gente de titre de presse...
a écrit le 15/10/2014 à 17:52 :
on verra bien si ces commandes seront affermies avant la fin de l'année, ceci étant il faut noter que airbus a cette année souffert d'annulations très importantes près de 300, ce qui d'une certaine manière relativise les chiffres de commandes de certaines années précédentes, savez vous par exemple que le backlog d'airbus contient encore 80 avions ( 15 A330 le reste en 320) pour kingfisher , compagnie indienne morte sinon enterrée depuis 18 mois, ceux là aussi il faudra les annuler ... au bon moment , je parie que ce ne sera pas en fin d'année!
Réponse de le 15/10/2014 à 19:35 :
Il y en a que ça emmerde vraiment qu'Airbus fasse un pied de nez à Boeing!
Réponse de le 15/10/2014 à 22:10 :
La sinistrose de certains plombe le moral...
Bravo a ceux qui réussissent tout simplement !
Réponse de le 16/10/2014 à 9:08 :
Non, il ne s'agit pas de sinistrose mais de ne pas vouloir être prise pour des valises, voilà. Rien à voir avec ceux qui comme vous adorent vivre dans le monde de la fantaisie et se croyant encore aux siècle des Lumières…. mais en tant qu'aristocrate, bien entendu !!! c'est pénible, triste, pathétique...
a écrit le 15/10/2014 à 17:49 :
un voyage en A320 est infiniment plus confortable que dans un B737. Il n'y a pas de photo. Le pilotage numérique de A320 est plus réatf que B77. Ceci explique cela tout simplement ^_^
Réponse de le 15/10/2014 à 19:52 :
Le "pilotage" est tout aussi "numérique" sur un 737. Il y a bien longtemps que les pilotes automatiques suppléent le manuel.
Réponse de le 15/10/2014 à 19:55 :
Très fort! La météo, la qualité des sièges sont peut être des facteurs à prendre en compte. Quant à la réactivité, justement, des CNV sont au sens strict moins réactives que des liaisons directes, d'une part il y a le temps de calcul même si ce sont des ms, et d'autre part sur un avion civil on fait justement en sorte que les facteurs d'amortissement soient tels que les pax ne soient pas collés au plafond. Après c'est une affaire de gout. Au passage, chez Airbus on respecte Boeing.
Réponse de le 15/10/2014 à 20:08 :
Ca doit faire longtemps haroun que vous n'avez plus du prendre l'avion ... Il faut de temps en temps sortir de chez soi avant de donner son avis ...
Réponse de le 15/10/2014 à 20:59 :
Aux pros ci-dessous : quelqu'un sait-il pourquoi Transavia ne vole pas Airbus (comme Easyjet) mais à choisi Boeing?? (surtout que AF vole sur A320...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :