Le ministre Jean-Yves Le Drian vante les atouts du Rafale en Malaisie

 |   |  352  mots
Le Rafale est toujours en compétition pour équiper l'armée de l'air malaisienne
Le Rafale est toujours en compétition pour équiper l'armée de l'air malaisienne (Crédits : reuters.com)
Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a abordé la vente d'avions de combat Rafale lors de sa visite en Malaisie. L'armée de l'air malaisienne veut acquérir 18 avions de combat.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a abordé la vente d'avions de combat Rafale à la Malaisie lors de ses entretiens avec de hauts responsables politiques malaisiens à Kuala Lumpur. La question a été "évoquée", a déclaré Jean-Yves Le Drian à des journalistes, en réponse à une question sur la vente de Rafale, à l'issue d'entretiens avec de hauts responsables malaisiens. La Malaisie envisage d'acquérir 18 avions de combat dans le cadre du programme MRCA pour remplacer des Mig-29, qui ont déçu les Malaisiens par le manque de fiabilité de la maintenance.

"Nous considérons que le Rafale est un très bon avion, nous sommes tout à fait disposés à avoir un partenariat avec la Malaisie à cet égard", a-t-il ajouté après sa rencontre avec le Premier ministre malaisien Najib Razak, et le ministre de la Défense Hishammuddin Hussein, sans entrer dans les détails. Le ministre français a souligné que certaines discussions devaient rester "confidentielles" et que le choix appartenait à la Malaisie.

Renouvellement de la flotte malaisienne

Ce pays doit renouveler sa flotte de MiG dans les prochaines années et la firme française Dassault est sur les rangs. La France et la Malaisie ont un partenariat de défense étroit et la France est le premier fournisseur de matériel militaire (hélicoptères, sous-marins, etc.) de ce pays d'Asie du Sud-Est. Au cours d'une visite en France l'an passé, Najib Razak était resté évasif sur la possibilité pour son pays d'acheter des Rafale, faisant alors état des contraintes financières de la Malaisie.

Le Rafale pourrait être assemblé en Malaisie s'il emportait la compétition pour équiper l'armée de l'air malaisienne, avait annoncé en mars 2013 le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier. Sur ce marché, évalué à 3 milliards d'euros, le Rafale est en compétition contre le Typhoon Eurofighter, construit par le consortium Eurofighter (formé du britannique BAE Systems, du groupe européen EADS et de l'italien Finmeccanica), le Boeing F/A-18E/F "Super Hornet" Block 2, le Saab JAS 39E/F "Gripen NG" du suédois Saab et enfin le Sukhoï Su-30MKM.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2015 à 7:19 :
Il vante le Rafale et prend une veste monumentale. Il négocie comme une savate.
a écrit le 12/11/2014 à 15:50 :
Encore un cocorico???
D'après la presse spécialisée, ne resteraient en lice que:
-l'offre Russe
- l'offre Américaine
- Le Gripen E suédois
a écrit le 05/11/2014 à 18:51 :
TYPHON GRILLE DEVRAIT ALLER VENDRE LES RAFALS A LA PLACE DES MINISTRES DE LA DEFENCE
a écrit le 05/11/2014 à 18:47 :
A THIPHON GRILLE SI LES EUROFINGHERS ESPAGNOLLES NE VOLLE PAS C EST COMME LES RAFALS CE N EST PAS FAUTE DE PIECES MIS DE FINANCES
Réponse de le 10/11/2014 à 18:57 :
Comme quoi avant d'acheter des avions on mesure les tenants et les aboutissants de l'achat, cf le programme du F35 qui est un véritable aspirateur des budgets militaires des pays européens participants à ce programme.
a écrit le 05/11/2014 à 9:54 :
On en recausera quand l'argent sera en France... En attendant, rien n'ait fait. Ils peuvent toujours se décider d'acheter ailleurs.
a écrit le 04/11/2014 à 22:49 :
Tiens... il se prend pour un prix Nobel, lui... Ben non : il l'A pas et ne le mérite pas !!!
a écrit le 04/11/2014 à 17:09 :
Une très grande partie des Eurofighter de de l'Espagne sont cloué au sol:
Il y a deux mois, le média allemand Der Spiegel a publié des données, extraites d'un rapport qui devait rester confidentiel, et où l'on apprenait que seulement huit Eurofighter Typhoon de la Luftwaffe (armée de l'air allemande) sont en état de vol, sur les 109 appareils qu'elle met en oeuvre. Cette situation, qui nous laisse quand même assez perplexes devant ces chiffres, serait dû à budget trop peu élevé, et à une maintenance qui est constamment retardée, en raison d'un manque de pièce.

Au début du mois, une nouvelle information est publiée dans la presse allemande, qui fait état d'un problème de fabrication au niveau de "la partie arrière du fuselage de l’appareil, où un ébavurage insuffisant a été détecté sur une grande partie des fixations". Ce nouveau souci a obligé le consortium européen à ramener "la durée de vie de la cellule de 3 000 heures actuellement, à seulement 1 500".

Mais la Luftwaffe n'est pas la seule force aérienne à devoir faire face à des soucis techniques sur ses Eurofighter Typhoon. En effet, selon le quotidien espagnol El confidencial Digital, l'Ejercito Del Aire (armée de l'air espagnole) se retrouve avec "une poignée" de Typhoon qui sont pleinement opérationnels.

Le quotidien a fait savoir, par l'intermédiaire d'officiers de l'Ejercito del Aire, qui parlent sous couvert d'anonymat, que la grande majorité des Typhoon (désignation locale C.16) ne sont pas capables de prendre l'air, en raison de pannes, des pièces de rechange qui se font attendre, et des inspections qui sont constamment retardées. De plus, certains appareils auraient atteint leur nombre d'heures de vol avant une inspection approfondie, qui n'a pas encore été réalisée.

Toujours selon ces mêmes sources, sur les 44 Eurofighter qui font partie de la flotte espagnole, seul six appareils peuvent être utilisés pour mener des missions de police du ciel. Ces derniers, appartenant à l'Ala 11 et l'Ala 14, sont respectivement stationnés sur les bases aériennes espagnoles de Moron et d'Albacete.

Par ailleurs, au mois de Juin de cette année, lors d'une réunion organisée entre Anders Fogh Rasmussen, le secrétaire général de l'OTAN, et le Ministre espagnol des Affaires Etrangères José Manuel García-Margallo, ce dernier avait proposé l'envoi dans un pays de l'Est de l'Europe de quatre Eurofighter Typhoon, accompagnés par un Boeing 707, ainsi que deux frégates, de la Armada española (marine nationale espagnole), afin de soutenir les pays qui font face à la crise en Ukraine. Cependant, et avec la situation opérationnelle des C.16 espagnols, certains officiers espagnols ont demandé que des F/A-18 Hornet (désignation locale C.15) remplacent les Typhoon.

Toujours est-il que le Ministère espagnol des Affaires Etrangères a nié ces dernières déclarations et a indiqué que Madrid était toujours en mesure de déployer des Typhoon. Il en a aussi profité pour affirmer que ce qui était raconté au sujet des pénuries de pièces de rechange était faux.
Article sur defens-aero.com.
C'est bon pour le Rafale, c'est bon pour le Rafale, c'est bon, bon ,bon......
Réponse de le 04/11/2014 à 18:21 :
Merci pour ton discours, quel magnifique somnifère ! après plusieurs jours d'insomnie je commence à bâiller déjà…. bonne nuit.
Réponse de le 10/11/2014 à 18:53 :
Personne ne vous oblige à lire cet article
a écrit le 04/11/2014 à 16:14 :
Maintenant il "rafale" en Malaisie….. quel numéro le vol ? MH quoi ?….

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :