Dassault : l'incroyable volte-face de François Hollande

 |  | 996 mots
Lecture 5 min.
Mercredi à Mérignac, il y avait une vraie complicité entre François Hollande et Serge Dassault
Mercredi à Mérignac, il y avait une vraie complicité entre François Hollande et Serge Dassault (Crédits : DR)
Le discours élogieux pour la maison Dassault du président François Hollande à Mérignac chez l'avionneur est aux antipodes de celui, très sévère, du candidat il y tout juste trois ans.

Qu'il est loin le temps où François Hollande fustigeait la famille Dassault et son emprise sur l'industrie de défense... C'était pourtant il n'y a pas si longtemps que cela, il y a seulement trois petites années lors de l'hiver 2012 en plein cœur de la campagne présidentielle, très exactement  le 11 mars 2012. Le discours de François Hollande sur la défense visait, sans le nommer, le groupe Dassault, à qui le président sortant Nicolas Sarkozy avait confié les clés de Thales.

"Nous avons aussi à construire des grands groupes industriels de défense, expliquait alors le candidat Hollande. (...) Je n'entends donc déléguer à quiconque cette responsabilité de tracer l'avenir des grands groupes industriels de défense, et certainement pas à des intérêts privés ou financiers à qui le gouvernement sortant s'est trop souvent plié. Qu'il y ait des fournisseurs, c'est bien légitime. De grands industriels, nous les respectons. Mais attention à la confusion".

Un discours d'ailleurs relativement édulcoré par rapport à celui qui devait être initialement prononcé et auquel "La Tribune" avait eu une copie :

"Depuis 2007 seules des logiques financières de courte vue ont prévalu. Les deux décisions prises, à savoir le contrôle de Thales par Dassault puis l'entrée de Thales dans DCNS, soulèvent plus de problèmes qu'elles n'en résolvent car elles ne répondent pas à des logiques industrielles durables. (...) La crédibilité de notre action politique est indissociable de notre indépendance en matière industrielle.  Je n'entends donc déléguer à quiconque cette responsabilité de tracer l'avenir de ces grands groupes industriels de Défense et certainement pas à des intérêts privés ou financiers à qui le gouvernement sortant s'est trop souvent plié".

Changement de discours

Puis les temps ont changé. Le candidat Hollande a laissé sa place au président Hollande, premier chef de l'État français à effectuer une visite officielle dans le fief de l'avionneur, à Mérignac près de Bordeaux. Une anomalie tant le constructeur du Rafale et du Mirage quasi centenaire est l'un des éléments essentiels de la dissuasion française et donc de la souveraineté de la France. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, aucun président avant François Hollande, qui a eu mercredi les honneurs d'un passage d'un Rafale à très basse altitude et à faible vitesse, n'avait effectué une telle visite.

Bien sûr, François Hollande, qui a depuis noué une très belle complicité avec les dirigeants de Dassault (voir photo), a logiquement salué dans son discours, "un succès remarquable, celui du Rafale", qui a remporté son premier contrat à l'exportation en Égypte (24 Rafale). Mais après il s'est beaucoup éloigné de ses intentions de campagne, louant la ténacité des dirigeants de Dassault Aviation dans un incroyable discours élogieux : "Le succès qui a été remporté est le succès d'une industrie, l'aéronautique, d'un groupe, le groupe Dassault. (...) C'est aussi le savoir-faire des techniciens, des compagnons, et ce succès c'est donc le vôtre. D'abord celui des dirigeants de Dassault qui ont voulu cet avion Rafale, qui ont marqué de la ténacité, de l'obstination pour en convaincre, d'abord les pouvoirs publics, parce que c'était cher, mais aussi, parce que c'était l'intérêt de la France".

Et de poursuivre : Il a fallu également qu'il y ait de la persévérance, quand d'autres propositions étaient faites à la fin des années 80 pour un avion qui aurait pu être fait en partage ou en coopération, je ne dirai pas ce qu'il est devenu. Mais vous, dirigeants, vous avez voulu cet avion et vous avez montré qu'il avait toutes les qualités pour être acheté par l'État français.

Les leçons du président Hollande

"Alors quelles leçons pouvons-nous en tirer pour l'industrie française ? La première leçon est que l'industrie, notamment l'industrie aéronautique, appartient à une histoire, à une tradition", a expliqué François Hollande de façon générale. Par exemple ? "Il faut qu'il y ait un moment, une compétence industrielle qui se perpétue, qui se transmet. C'est ce qui s'est produit ici, chez Dassault. Dassault est une grande entreprise, 12.000 salariés, 9.000 en France, plus de 10 sites, et il faut des grandes entreprises pour qu'il y ait une grande industrie. Il faut aussi des petites entreprises qui assurent la sous-traitance. Il faut des entreprises de taille intermédiaire qui vont permettre aussi, ce partage de l'innovation, de la compétence, c'est ce qui a été montré".

Enfin, le président, qui a beaucoup mouillé sa chemise pour conclure des grands contrats d'armement à l'exportation en général, et en particulier pour le Rafale, a encensé le savoir-faire de l'avionneur. "Les plus ardents à me parler de ce que nous avions à faire pour l'exportation étaient justement les sous-traitants, de peur qu'ils puissent être oubliés. Or ils ne peuvent pas l'être, parce qu'il ne peut pas y avoir d'avion Rafale s'il n'y a pas et le groupe Dassault et l'ensemble de ceux qui contribuent à cette réussite".

La confiance du président vis-à-vis de Dassault

Pour conclure, le président explique que Dassault fait partie des industriels en qui il est possible de faire confiance : "Il y a des moments où l'on peut donner aussi confiance à d'autres, d'autres entreprises, d'autres industries, et c'est ce que vous avez fait, je voulais vous en remercier. Le Rafale est un formidable avion, il participe à la défense de notre pays, il nous permet d'être respecté, partout où nous sommes appelés à intervenir en opérations extérieures, il contribue à la réussite industrielle technologique du pays, il permet la croissance et l'activité. Alors soyez-en fiers, puisque c'est vous qui l'avez créé, composé, assemblé, produit, exporté. Soyez-en remerciés, soyez conscients de ce rôle majeur que vous jouez avec le groupe Dassault, pour l'économie du pays, pour sa défense, pour son rayonnement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2015 à 16:50 :
Le premier défenseur de Dassault a toujours été socialiste, il s'agit de Mr Sainte Marie ancien député maire de Mérignac (de 1974 à 2014). Ville sur laquelle, il y a une base aérienne, un détachement air, Dassault, Thales, Safran, et bien d'autre entreprise de la défense.
Homme de l'ombre mais très influent
a écrit le 09/03/2015 à 11:34 :
désormais il faut decliner son identité pour porter un commentaire !!!!!!!!!
a écrit le 09/03/2015 à 7:47 :
Sarko Hollande meme combat...pour la finance
a écrit le 08/03/2015 à 18:19 :
Paroles de mec dans l'opposition VS. paroles de mec qui est aux manettes :-)
Encore quelques années et les socialistes découvriront l'économie de marché...
Réponse de le 08/03/2015 à 18:52 :
Ce sera trop tard pour la France...
a écrit le 08/03/2015 à 16:44 :
L argent n a pas d'odeur pour la gauche caviar !🌹😳🐝⛽️
a écrit le 08/03/2015 à 10:05 :
L'opportuniste Hollande sent le bon vent du succès, alors il se met dedans, il n'y est pour rien, mais cela lui importe peu, il chante simplement avec la chorale. et applique sa maxime, "je suis à leur tête donc je les suis".
a écrit le 08/03/2015 à 1:17 :
Electeur de Chirac 81.88.95.2002 ( J.M Le Pen au 1er tour de 2002) de Sarkozy 2007.2012. Je dis Bravo et mon Admiration au Président Hollande, pour ses actes, et son expertise sur ses questions, ainsi qu'au Ministre Jean-Vves Drian : le Meilleur depuis Pierre Messmer ( 9 ans ) Ministre du Président Général Charles De Gaulle.
a écrit le 07/03/2015 à 21:07 :
Bon, il faut dire que dans notre pays des grands groupe industriel à la pointe de la technologie, avec une bonne gestion interne des capiteaux, actionnaire,ouvrier, patron et investissement ..... Cela devient rare car les plus beau fleurons on ete vendu ou démantelé par les actionnaire étranger.... Mr le president a peut être une autre vision du monde depuis qu'il est au affaire.... Mais bon cela ne règle pas le probleme de notre pays.... Pas de travail et un outis industriel en voie de disparition....
a écrit le 07/03/2015 à 15:45 :
Figaro carpette 😂💐👔💼🐷
a écrit le 07/03/2015 à 15:26 :
Mon ennemi c'est la finance
Moi président exemplaire
Ce président est menteur, lâche, égoïste et incompétent. Ceux qui votent pour lui sont des illuminés. La france est en grand danger....
a écrit le 07/03/2015 à 13:53 :
Les socialo-communistes dénonçaient autrefois les marchands de canons tout en louant l'URSS. Ils mettent bas à l'hypocrisie.
a écrit le 07/03/2015 à 12:54 :
Comme quoi chez les socialistes ,c'est le vent qui tourne pas la girouette....!
a écrit le 07/03/2015 à 11:33 :
Ce Rafale est une grande victoire du Président, alors que tous les gouvernements précédents s'étaient montrés incompétents. F. Hollande a toujours soutenu Dassault comme il soutient toute l'industrie française. Grâce à lui la France rayonne de nouveau .
Réponse de le 07/03/2015 à 13:37 :
On ne manque pas d'humour au PS ...
Réponse de le 07/03/2015 à 13:57 :
"F. Hollande a toujours soutenu Dassault "
Apparemment l'élu PS n'a pas lu l'article.
Réponse de le 07/03/2015 à 14:57 :
L'important c'est la rose n'est ce pas? ensuite s'accaparer le travail des autres, quelques blagounettes par ci par la et le tour est joué.
Réponse de le 07/03/2015 à 17:54 :
Tous jaloux...
Réponse de le 07/03/2015 à 21:52 :
Réfléchissez, ce n'est pas un élu PS. Son but est de casser et décrédibiliser le PS, c'est pourtant clair.
La zizanie.
Ce pourrait être un UMP, mais possible aussi tout autre parti.
Peut-être une frustré qui a des comptes à régler.
Comme beaucoup de lâches qui usurpent des identités.
Dommage, ca amène la suspicion et fait de l'ombre à ceux qui essaient d'échanger ou de batailler pour leur idées en restant néanmoins réglos!
a écrit le 07/03/2015 à 10:41 :
Pendant les campanes, les candidats de droite comme de gauche multiplient les boniments que veulent entendre les électeurs. Cela n'a souvent rien à voir avec ce qu'ils pensent et ce qu'ils diront une fois élus !
a écrit le 07/03/2015 à 10:38 :
Encore un sujet sur lequel il a menti aux francais en 2012.......
Réponse de le 08/03/2015 à 11:46 :
Dans l'édition 2016 du Larousse, l'expression "menteur comme un arracheur de dents" est remplacée par "menteur comme un socialiste"
a écrit le 07/03/2015 à 10:20 :
De toutes façons Hollande est un menteur !
Réponse de le 07/03/2015 à 12:42 :
il est punit pas la loi le non respect du president
a écrit le 07/03/2015 à 0:10 :
Il parait que seuls les imbéciles ne changent jamais d'avis, mais la......!
a écrit le 06/03/2015 à 18:36 :
Si les professionnels de la politique politicienne pouvaient devenir des hommes d’état et ne voir que l’intérêt de la France, quand la France s'unira l’Europe tremblera
a écrit le 06/03/2015 à 17:03 :
Il a tellement "profité" en déjeunant chez Laurent ou dans ses voyages "d'état", qu'il a fallu lui donner un chausse pied pour qu'il y arrive...
Réponse de le 07/03/2015 à 16:39 :
Il est vrai qu'il s'est bien " arrondi" depuis 2012 !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :