Défense : ce que cache le discours de François Hollande

 |   |  919  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © STR New / Reuters)
Le candidat socialiste a prononcé dimanche un discours sur le thème de la défense, un thème jusqu'ici très peu entendu. "latribune.fr" propose une analyse de la stratégie de François Hollande dans ce domaine.

En matière de défense, le candidat socialiste, François Hollande, a une conception relativement classique. Avec toutefois quelques nuances qui tranchent avec ce qui s'est fait lors du dernier quinquennat. Mais elles mériteront d'être précisées, puis confirmées à l'épreuve des réalités économiques, des contraintes opérationnelles et surtout de la volonté de nos partenaires européens de s'engager vers une Europe de la Défense, jusqu'ici très peu goûtée. François Hollande souhaite dans ce cadre que « soit entreprise au plutôt la rédaction d'un nouveau Livre blanc de la défense ».

Quels moyens pour la défense ?

Contraint de faire des économies s'il accède au pouvoir, François Hollande, tout comme d'ailleurs Nicolas Sarkozy, sera obligé de faire des arbitrages dans le domaine de la défense. « Tout l'édredon ne rentrera pas dans la valise », aurait-il pu dire selon l'expression consacrée des budgétaires quand ils évoquent les ambitions des budgets de la défense et les contraintes économiques. Mais entre « garder un niveau crédible de l'effort de défense » et faire des économies, le chemin est difficile d'autant que « le contexte international n'autorise aucune faiblesse », comme le rappelle François Hollande, qui n'entend pas faire de la défense « une variable d'ajustement ». Résultat, le ministère de la Défense, qui a déjà (trop ?) contribué aux politiques de rigueur de l' Etat avec notamment 54.000 militaires en moins, devra encore consentir des efforts supplémentaires « dans les mêmes proportions que les autres missions de l'Etat ».

Décryptage : François Hollande vise le chemin compliqué d'une adaptation des moyens par rapport aux ambitions qui devront être forcément revues à la baisse. Le tout en conservant un niveau crédible d'effort pour le pays. Mais la situation internationale - Iran, course à l'armement en Asie-Pacifique, Proche-orient - ne lui facilite pas la tâche.

Le nucléaire, l'assurance-vie de la Nation ?
Ceux qui s'imaginaient que le candidat socialiste ferait une impasse sur la dissuasion nucléaire en sont pour leurs frais. Elle « est indissociable de notre sécurité et de notre statut international. Elle est, selon la formule trop souvent employée mais juste, l'assurance-vie de notre pays, notamment face à une menace de la prolifération ». Car selon lui « dissuasion, siège permanent au Conseil de sécurité et capacité crédible de nous engager dans les crises : voilà l'articulation qui nous permet de parler fort et d'exprimer notre point de vue dans le concert des nations ». Du coup, François Hollande, président, n'abandonnera aucune de « nos prérogatives » dans ce domaine et conservera « les deux composantes, aérienne et sous-marine" de la force de dissuasion.

Décryptage : C'est l'héritage de François Mitterrand qui pèse dans les propos de François Hollande. En clair, il sera, à l'image de l'ancien président, le gardien de la paix et de la sécurité et le garant des intérêts du pays.

Quelle ambition pour l'industrie de défense ?
« Je veux une industrie de défense forte, cohérente, contrôlée », a martelé François Hollande, qui souhaite « construire une politique industrielle de défense » dans un cadre européen. Très clairement, il fait référence aux réalisations du gouvernement Jospin avec la création d'EADS (qui n'a pas été un modèle de réussite dans la gouvernance), la transformation de DCN - devenu DCNS - et les apports en capital à Giat -devenu Nexter. Il n'entend donc pas « déléguer à quiconque cette responsabilité de tracer l'avenir des grands groupes industriels de défense, et certainement pas à des intérêts privés ou financiers à qui le gouvernement s'est trop souvent plié ».

Décryptage : Dans le viseur du candidat socialiste se trouve la maison Dassault, à qui Nicolas Sarkozy a confié Thales, censé devenir le pivot de la consolidation de DCNS et de Nexter. Selon son entourage, les deux décisions prises, à savoir le contrôle de Thales par Dassault Aviation, puis l'entrée de Thales dans DCNS soulèvent plus de problèmes qu'elles n'en résolvent car elles ne répondent pas à des logiques industrielles pérennes. Ces décisions relèvent plus d'une approche financière et patrimoniale qu'industrielle, selon ses proches.

Quelle stratégie pour la défense ?
L'Europe. Résolument tourné vers l'Europe. « Il nous faut reprendre les travaux laissés en plan sur le concept stratégique de l'Union européenne, en envisageant de les prolonger par un inventaire des capacités et des technologies indispensables à la défense et à la sécurité future l'Europe », explique François Hollande. Trois axes : poursuivre les relations bilatérales avec la Grande-Bretagne, « revivifier » la coopération franco-allemande et favoriser les convergences avec tous les partenaires européens. « Je pense aux Belges, aux Espagnols, aux Italiens, aux Polonais qui sont, ils me l'ont demandé, demandeurs ».

Décryptage : L'Europe est aussi le moyen (voire le seul) de faire des économies grâce à la mutualisation des appareils militaires des pays de l'UE, à la programmation collective des équipements futurs, à la spécialisation des tâches, au renforcement des capacités communes et des rapprochements d'entreprises. Mais pour mutualiser et rapprocher, il faudra trouver des programmes nouveaux afin de fédérer les industriels. Mais on sait que les programmes en coopération, à l'image de l'avion de transport militaire A400M,  sont souvent très onéreux en raison d'un découpage industriel jamais très rationnel.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2012 à 16:02 :
L'idée des cooperations militaires avec l'Allemagne est une erreur. Les allemands ne sont pas interessés par l'armée pour des raisons historiques évidentes. Les cooperations multinationales dans ce domaine sont des désastres financiers : Eurofighter, A400M, F-35... Il ne faut surtout pas vendre Thales à EADS mais garder dans le giron français notre industrie de pointe. J'ai du mal à comprendre cette haine de Dassault qui est sans doute l'industriel qui a le mieux tenu ses promesses dans ce domaine (dixit la DGA). Construire un pôle industriel autour de Dassault, Thales, Safran et DCNS est évidement la bonne solution et ce n'est pas parce que c'est un gouvernement de droite aui a eu l'idée qu'il faut tout jeter. EADS c'est bien pour le civil, pas pour le militaire.
Cooperer avec l'Allemagne c'est se soumettre au bon vouloir du Bundestag, les anglais en ont fait l'amer expérience avec l'Eurofighter, ce n'est pas prêt de recommencer... Ne faisons pas cette erreur sous pretexte que si la droite a dit blanc alors il faudra que la gauche dise noir!
a écrit le 13/03/2012 à 13:37 :
« Je veux une industrie de défense forte, cohérente, contrôlée ». L'explication de l'échec congénital du socialisme est tout entier résumé par cette phrase. Fort et contrôlé, c'est tout bonnement incohérent, parce qu'impossible : jamais quelques politiciens et énarques immatures ne pourront développer une industrie forte mieux que des milliers d'entreprises libres et en concurrence sans ruiner, à terme, le reste du pays.
a écrit le 13/03/2012 à 12:57 :
Décidément, La Tribune continue à virer à gauche. encore un article qui cire les pompes de Hollande...
Réponse de le 14/03/2012 à 14:49 :
Bonjour, je ne vois pas en quoi cette article "cire les pompes de Hollande". Expliquez-moi cher Girouette.
Réponse de le 14/03/2012 à 15:33 :
Oups, cet article et non pas "cette article"
a écrit le 13/03/2012 à 12:26 :
Dans le viseur du candidat socialiste se trouve la maison Dassault, à qui Nicolas "Sarkozy a confié Thales, censé devenir le pivot de la consolidation de DCNS et de Nexter. Selon son entourage, les deux décisions prises, à savoir le contrôle de Thales par Dassault Aviation, puis l'entrée de Thales dans DCNS soulèvent plus de problèmes qu'elles n'en résolvent car elles ne répondent pas à des logiques industrielles pérennes. Ces décisions relèvent plus d'une approche financière et patrimoniale qu'industrielle, selon ses proches."

Au contraire, tres forte synergie entre dassault et Thales puisque ce dernier est le fournisseur numero1 du Rafale mais aussi des falcons! C'est donc une bonne complementarité entre le donneur d'ordre et le fournisseur de rang 1. D'autant plus que Thales n'avait plus d'actionnaire industriel pleinement impliqué depuis bien longtemps, Alcatel n'étant pas très impliqué dans l'aéronautique! La situation avec DCNS est la même puisque Thales a de tres bonnes positions en matière de sonar (ils en vendent même à la marine américaine!), de torpilles et de systèmes embarqués.

a écrit le 13/03/2012 à 12:14 :
Aucune allusion à la présence de la France au sein de l'Otan? Sera t'elle remise en question ou bien la décision de Sarkozy sera t'elle confirmée par Hollande?
Réponse de le 14/03/2012 à 14:47 :
Bonjour Lutner,
François Hollande souhaite évaluer la décision de Nicolas Sarkozy de revenir dans l'OTAN : "je veillerai donc à ce que cette évaluation nous permette à la fois d'avoir des contreparties qui avaient un moment évoquées, et au ssi la préservation de notre indépendance".
a écrit le 13/03/2012 à 12:01 :
Exemple typique de ceux qui sont nes pour s'autoriser a penser dans les milieux autorises comme disait Coluche! L'homme est le pire predateur de l'homme, les etudes livresques sont une armes redoutables pour alliener en usurpant du statut de decrypteur superieur au nom de la complaisance de la connaissance inutile. Tout ce bla bla bla de pedantisme pseudo-analytique pour dire QUOI? RIEN!
Réponse de le 14/03/2012 à 14:42 :
Cher Maxim, Parlons-nous, je suis prêt à écouter votre analyse. Michel Cabirol
a écrit le 13/03/2012 à 11:31 :
pas de défense européenne sans politique et sans gouvernement européens...qui n'existent pas. Bien sur, ils (UMPS) ont fait une monnaie commune sans politique et sans gouvernement européens, on a vu le résultat (déficit, dette, délocalisations...). Mais non, ils n'ont rien compris, ils (UMPS) persistent dans la bêtise et les absurdités.
a écrit le 13/03/2012 à 10:39 :
drole de titre quand on veut "expliciter" simplement la politiquede défense d'un candidat !
a écrit le 13/03/2012 à 10:32 :
Oui, bon... Mais que fait 'on des prgrès réalisés en ce domaine? Ce sont ces progrès qui seront sources d'économies dans l'avenir. Avec par exemple, des avions sans pilote pour les missions de base... Et de toute façon, nous serons contraints de mutualiser nos dépenses en ce domaine avec les autres pays d'Europe, aucun d'entre eux n'aura jamais individuellement les moyens qu'ont la Chine, l'Inde ou les USA...
a écrit le 13/03/2012 à 10:01 :
si il y a bien une économie à faire dans la défense, c'est de supprimer la solde retraite à vie lorsqu'un militaire a effectuer 5 années et plus dans l'armée. Est-ce que dans le privé nous avons une indemnité retraite à vie après avoir démissionné d'un employeur....non bien sûr, mais aucun prétendant à la place suprême ne le fera car ils n'ont pas la volonté et tiennent à préserver leur électorat.
Réponse de le 13/03/2012 à 11:09 :
FAUX: Il n'y a pas de retraite à vie pour 5 ans de service sauf pour les députés. Quant aux militaires mort au combat, même avant 5 ans de service, la mort est à vie....
Réponse de le 13/03/2012 à 12:37 :
Non personne ne le fera , d?abord parce que les militaires n?attendent aucune reconnaissance de la part de la population, les institutions et les politiques se chargent de les honorer. Ensuite il faut savoir que les militaires ne sont pas syndiqués, cela veut dire que si ces avantages retraites après 15 ans de service ( et non pas 5 ans comme les députés) qui vous paraissent exorbitants n?ont jamais été remis en question c?est qu?ils sont tout simplement indispensable au fonctionnement des armées.
Réponse de le 13/03/2012 à 12:56 :
Ah bon! dernière nouvelle!!! 5 ans et on touche une pension???
il faut au minimum 15 ans et 6 mois pour toucher quelque chose et je peux vous dire qu'elle n'est pas bien grosse vu les services rendus!
Aller passer quelque temps en Afghanistan et vous changerez peut être d'avis!
Réponse de le 13/03/2012 à 15:32 :
Etes-vous bien informé ? Les militaires ont droit à une retraite après quinze ans de service. Chez les sous-officiers et les militaires du rang, elle est à jouissance immédiate. Chez les officiers, ils n'en bénéficient qu'après vingt cinq ans de service. Par conséquent, tous ceux qui quittent avant quinze ans n'ont droit à rien jusqu'à leur retraite civile. Certes, des règles comme celles-là coûtent cher mais elles compensent les rigueur de la vie militaire et le besoin, pour les armées, d'avoir du personnel jeune.
Réponse de le 13/03/2012 à 15:47 :
Raphael, je ne sais pas où tu es allé chercher ça??? Au bout de 15 ans, on reçoit une partie de retraite seulement.
Réponse de le 13/03/2012 à 18:00 :
Dire que les militaires touchent leur solde à vie après 5 ans de service est une ineptie ! Ils peuvent prétendre à une pension à partir de 15 ans de service, qui est fonction de leur grade et de leur situation de service, ce qui est complètement différent ! Cette pension est souvent insuffisante pour vivre et le militaire en question doit trouver un emploi, ...ce qui veut dire stages de reconversion, chômage etc...car bien souvent la spécificité des métiers au sein de l armée ne permet pas de se recycler facilement dans le secteur civil, surtout lorsqu on y arrive à la quarantaine. Pour ceux qui partent avant, ils perçoivent un pécule qui est fonction du nombre d années passées et la non plus cette prime ne permet pas d acheter une maison mais tout juste de déménager et de racheter des meubles ! J ai aussi lu que les militaires ne payaient pas d impôts, ni de loyer, ni de charges, la encore c est pur mensonge! Il faut arrêter de faire passer de fausses infos sur ceux qui sont responsables de notre défense, ainsi que de la protection civile et qui sont souvent, trop souvent très mal rémunérés à la vue des risques qu ils prennent chaque jour.
Réponse de le 13/03/2012 à 19:39 :
C'est des imbécilités monsieur. Le droit a la retraite pour un personnel non officier est acquis après 17 ans de services effectifs depuis l'entrée en vigueur de la réforme des retraites. Avant c'était pour 15 ans. Ce qui fait qu'aujourd'hui, environ un militaire sur deux quitte l'armée sans avoir droit à cette fameuse indemnité que vous dénoncez.
Réponse de le 13/03/2012 à 21:36 :
C'est déjà réformé, c'est après 19 ans de service et c'est retroactif pour les derniers contrats.

Et je ne pense pas que vous subirez un jour le tiers du stress de nos soldats en Afghanistan dans le "Privé" comme vous dites
a écrit le 13/03/2012 à 9:55 :
une chose importante pour hollande s'il est elu c'est de rapatrier soldats (et materiel correct) d'afganisthan se conflit je dirais plutot se bourbier nous a coute et nous coute toujours une fortune!!! se conflit est insoluble et tout le monde si est casse les dents et je ne parle pas des nombreux tues et des pensions.....un vrais bouffe budget sarko a voulu jouer a l'americain c'est loin d'etre un bon point pour lui
Réponse de le 13/03/2012 à 21:35 :
Onéreux pour l"état mais pas pour Total et autres entreprises. et oui
a écrit le 13/03/2012 à 0:33 :
Je préfère voir Hollande prôner une sorte de continuité que de s'en prendre aux forces armées et aux industries de défense frontalement. C'est plutôt de bon augure, sauf s'il décide de faire volte-face s'il est élu comme dit dans le commentaire précédent de Solestella. Il ne fera peut-être pas de miracles, mais Sarkozy n'en a pas fait non plus, et au fond la France s'en tire très bien par rapport à ses voisins Européens.
Vous auriez sans-doute préféré un programme à la Eva Joly ?
Réponse de le 13/03/2012 à 5:44 :
La France s'en tire très bien ? Vous êtes allés récemment dans les garnisons ? Vous avez vu l'état de notre matériel ? Savez vous qu'en cas de conflit, notre armée actuelle est incapable de défendre notre territoire et ses habitants ? Vous vous êtes posés la question d'un conflit avec l'Algérie ? Et si la constitution européenne façon länders que souhaitent actuellement certains dirigeants allemands aboutit, que se passera-t-il si nous voulons redevenir une nation ? Nous aurons les chars allemands en France ? Et quelle armée pour se défendre ?
Réponse de le 13/03/2012 à 6:18 :
@Bastien : laissez le rêver! Le réveil sera douloureux pour lui, cela dit.
Réponse de le 13/03/2012 à 7:26 :
Un conflit avec l'Algerie: je n'ai jamais entendu une remarque d'un telle imbécilité!
Réponse de le 13/03/2012 à 9:02 :
La chine double sont budget militaire ,l inde et la russie idem!!!!quant on veut diminuer le budget de la defense français on dit que l on veut faire la defense avec les pays d europe!!!ce qui ne fonctionne jamais!!!j ai bien peur que les socialistes au pouvoir feront ce qu ils ont toujours fait une diminution importante des moyens et des hommes de l armée!!!j en fait le pari!!!mais la attention en cas de problemes!!!
Réponse de le 13/03/2012 à 9:11 :
Ou avec de nombreux pays arabes ou du Maghreb en fait...
Réponse de le 13/03/2012 à 13:20 :
@Bastien:
J'ai même pensé à un conflit avec le Swaziland !
a écrit le 12/03/2012 à 22:05 :
En matière de défense, il arrive que le candidat fasse étrangement volte-face quand il devient Président. Au moins, F. Hollande ne semble pas proposer de solutions miracles irréalisables. On verra donc après les élections quel que soit le Président.
a écrit le 12/03/2012 à 20:19 :
F. Hollande n'est pas un révolutionnaire, il va donc continuer à réduire le format alors que les missions vont augmenter comme la lutte contre la piratterie, et éventuellement une avancée territorale de la Chine en Asie. Demandez aus viêtnamiens ce qu'ils en pensent ? Quand il faudra défendre les détroits pour que le pétrole arrive sur nos côtes frileuses qui montera la garde ?
Réponse de le 13/03/2012 à 10:28 :
nos troupes en Afghanistan montrent les limites de notre pays, avec la dispersion d'éléments dans le monde, avons-nous les moyens d'une grande armée, je pense que non, faisons-nous partie de l'Europe et si je ne me trompe pas, nous sommes en 2012 pas en 1960, la présentation de Hollande est aussi valable que celle de Sarkozy avec les intérêts privés en moins !!..
a écrit le 12/03/2012 à 18:56 :
En gros aucune différence avec la politique pragmatique du gouvernement actuel... Bravo François!
Réponse de le 13/03/2012 à 13:50 :
Effectivement,en matière de défense nationale et de politique étrangère et européenne,la continuité l'emporte sur la rupture.Celà porte un nom: le consensus.
Réponse de le 13/03/2012 à 13:59 :
Hollande devrait réduire de moitié le budget de l' armée qui ne sert pas a grand chose (a part aller récupérer des islamistes au pouvoir en lybie..) etqui coute une fortune.
Arrêtons de financer ces privilégiés qui n' ont pas gagné une guerre depuis 1870 !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :