Airbus écope d'une amende de 104 millions d'euros

 |   |  399  mots
L'avionneur européen fait aussi l'objet d'enquêtes en France et au Royaume-Uni sur des accusations de corruption liée à des ventes d'avions commerciaux.
L'avionneur européen fait aussi l'objet d'enquêtes en France et au Royaume-Uni sur des accusations de corruption liée à des ventes d'avions commerciaux. (Crédits : Regis Duvignau)
Airbus a annoncé samedi avoir pris connaissance d'une sentence arbitrale d'un montant de 104 millions d'euros dans un litige l'opposant à Taiwan sur la vente de missiles en 1992, dernier épisode en date dans la série de différends entourant la plus importante vente d'armement jamais réalisée par la France.

Airbus a annoncé samedi dans un communiqué s'être vu infliger une amende de 104 millions d'euros dans le cadre d'une procédure arbitrale pour un litige remontant à 1992 et concernant la vente de missiles à Taïwan par le groupe Matra, acquis par la suite par l'avionneur.  "Il s'agit d'un litige commercial et non d'accusations de corruption", a précisé à Reuters un porte-parole d'Airbus.

Vente de missiles

Au sujet du litige de Matra, Airbus a précisé avoir été condamné vendredi dans le cadre d'une procédure arbitrale à une amende de 104 millions d'euros "pour une plainte pour rupture de contrat concernant l'accord de vente de missiles" à Taïwan.

Matra Défense S.A.S, qui fait partie du groupe Airbus depuis 1998, "est en train d'étudier l'amende afin d'évaluer quels seront les prochaines décisions à prendre" dans ce litige, selon la même source. Contacté par l'AFP, un porte-parole d'Airbus n'était pas en mesure de donner plus de détails sur cette affaire.

Par ailleurs, dans celle de la vente d'avions de combat Eurofighter à l'Autriche en 2003, Airbus a dit avoir engagé des discussions avec le parquet de Munich dans la perspective de clore potentiellement une enquête sur le contexte de cette opération, sans préciser si le groupe cherchait un accord sur ce dossier.

"Quand l'enquête sera close, nous en dévoilerons les résultats", a affirmé Airbus. La justice bavaroise mène une enquête contre le groupe franco-allemand, qui est également la cible d'une autre enquête en Autriche autour de la vente de 18 avions de combat Eurofighter à Vienne.

Tom Enders visé par une enquête

Le parquet général de Munich avait révélé récemment disposer "de peu de preuves de corruption". En Autriche, le PDG Tom Enders, qui ne sollicitera pas un renouvellement de son mandat en 2019, figure parmi les personnes visées par l'enquête sur la vente des 18 Eurofighter en 2003.

A l'époque, il dirigeait la branche défense du groupe Airbus. Dans une autre affaire, le groupe européen a engagé des discussions avec le parquet de Munich dans l'espoir de clore une enquête ouverte en Allemagne autour de la vente d'avions de combat Eurofighter à l'Autriche, a-t-il indiqué dans un communiqué. Ces annonces ont été effectuées deux jours avant la publication des résultats commerciaux annuels d'Airbus pour 2017, prévus lundi matin.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2018 à 18:25 :
Normal....il ne fallait pas énerver l'Empire du milieu....cela vaut bien 104 millions qui seront amortis par la vente d'Airbus à la Chine....😂
a écrit le 15/01/2018 à 8:13 :
Le paiement de commissions n’était pas prohibé par l’OCDE à l’époque et Matra a fait comme les autres pour sécuriser son contrat dans un pays qui n’est pas non plus un pays de bisounours!
A trop tirer sur nos industriels on va finir par tuer ceux qui restent et Mr Tom a bien entamé le travail dans le groupe qu’il dirige et où la fonction commerciale est devenue un métier à risque!
a écrit le 14/01/2018 à 12:12 :
On oublie trop souvent que ce genre de contrat est soumis à des licences d'exportation de matériel de guerre par l'état français. Il serait intéressant de corréler cela avec les relations franco-chinoises et ce qui a été fait pour ne pas fâcher les enfants du Grand Timonier. Matra n'était pas une assemblée d'enfants de coeur mais pas non plus les grands méchants incontrôlables et incontrôlés tels qu'Airbus aimeraient les décrire.
a écrit le 14/01/2018 à 11:15 :
Donc ça se passe en 1992 et Matra n'est acquis par Airbus qu'en 1998.
Pas plus de détail ? Pourtant ça ne mange pas de pain de rappeler que Matra en 1992 c'était à Lagardère. C'est à dire, l'actuel propriétaire d'Europe1 et des éditions Hachette, est l'ancien propriétaire de Matra.
a écrit le 14/01/2018 à 10:05 :
La question est de savoir pourquoi cette entreprise n'a pas maintenue les engagements prix vie à vie de la vente de s'est missile? Donc ils devraient y avoir un peux plus d'explication... Donc dans tout mes car les dirigeants én plaçe à cette époque doivent être inquiété..... L'on ne peux avoir le gros salaire du dirigeant et ne pas être responsable de ses actes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :