Airbus Helicopters engrange enfin la commande de 8 Caracal promise par l'Etat

 |  | 1079 mots
Lecture 6 min.
Les livraisons des huit Caracal, qui remplaceront les vieux Puma de l'armée de l'air, débuteront en 2024
Les livraisons des huit Caracal, qui remplaceront les vieux Puma de l'armée de l'air, débuteront en 2024 (Crédits : Airbus Helicopters)
La Direction générale de l'armement a signé une commande portant sur l'acquisition de huit H225M pour un montant de près de 310 millions d'euros. Ces Caracal équiperont l'armée de l'Air.

Article réactualisé le 16/04 à 10h16 avec l'ajout des déclarations de la CGC

Le ministère des Armées a enfin finalisé la commande de huit Caracal promise en 2020 dans le cadre du plan de relance et tant attendue par Airbus Helicopters. Le constructeur de Marignane y comptait en 2020, puis au début de l'année. Et l'inquiétude grandissait d'autant que Bercy faisait un peu de résistance. Tout est bien qui finit bien : le contrat s'est débloqué vers la fin mars. La Direction générale de l'armement (DGA) a pu signer cette commande portant sur l'acquisition de huit H225M pour un montant de près de 310 millions d'euros. Ces H225M Caracal équiperont l'armée de l'Air. Les livraisons de ces appareils débuteront en 2024 et remplaceront les vieux Puma de l'armée de l'air dont l'âge moyen est de 43 ans. Avec plus de 104 hélicoptères en service dans le monde, le H225M est un appareil "combat proven" (éprouvé au combat).

La DGA a également commandé un second prototype du VSR700, un drone développé dans le cadre du programme de système de drone aérien pour la Marine (SDAM), en coopération avec Naval Group. "Le VSR700 est un programme majeur. Il permettra de doter la Marine Nationale d'un drone aux capacités étendues et il permettra de préparer l'avenir des plateformes autonomes au sein de la gamme d'Airbus Helicopters", a souligné le PDG d'Airbus Helicopters, Bruno Even, cité dans le communiqué du constructeur publié jeudi. Le premier prototype du VSR700 a effectué son premier vol en 2020. Le VSR700, qui appartient à la gamme des véhicules ayant une masse maximale au décollage allant de 500 à 1.000 kg, est un dérivé de l'hélicoptère léger Cabri G2 produit par la PME Hélicoptères Guimbal, basée dans le sud de la France. Cette commande pérennise 15 emplois pendant deux ans.

Le H225, poumon de Marignane

La commande des huit Caracal par la DGA était importante pour Marignane. Pourquoi ? "Sur les 290 prises de commandes de 2020, nous n'avons vendu que quatre Super Puma là où, chaque année, nous en livrons 25 à 30. Le Super Puma est le poumon de Marignane", a expliqué début avril Bruno Even dans une interview accordée à La Tribune. Tout est dit... Les huit Caracal promis par le ministère des Armées vont donner un peu de visibilité à Airbus Helicopters et à son site de Marignane. La commande était d'autant plus attendue qu'Airbus Helicopters avait déjà passé de son côté des commandes à sa supply chain avec l'engagement financier associé dans un contexte difficile pour le constructeur.

"Grâce à l'accord de compétitivité signé en ce début d'année, l'entreprise dégage des marges de manœuvre pour investir dans la modernisation du site de Marignane et dans des projets de rapatriement de charge. Mais, cela ne sera pas suffisant pour compenser la baisse de charge de 35% des activités industrielles à partir de 2023. Seules des commandes étatiques et export peuvent pallier la baisse de charge annoncée", a expliqué la CGC dans un communiqué publié vendredi.

Dans ce cadre, Safran Helicopters Engines fournira les moteurs Makila 2A, Safran Power Units son groupe auxiliaire de puissance Saphir 20 et  Safran Electronic Defense, le système électro-optique Euroflir 410M NG et le système de navigation inertielle Sigma. De son côté, Thales fournira la radio V/UHF TRA6034 et le transpondeur IFF TSC4000. La chaîne d'approvisionnement du H225M comprend toutefois plus de 300 fournisseurs directs français. Le soutien du gouvernement français permettra de préserver 960 emplois durant les trois prochaines années chez Airbus Helicopters et chez ses fournisseurs. Ce contrat va permettre à Airbus Helicopters "de préserver des emplois et des compétences clefs à moyen terme", selon le communiqué du groupe.

Des plans de relance nécessaires

Le marché mondial des hélicoptères a beaucoup souffert en 2020 en raison de la crise du Covid-19. L'an dernier, il a enregistré une baisse de 50%. Pour préserver une société importante de la base industrielle et technologique de défense (BITD), le gouvernement a commandé dans le cadre du plan de relance, outre des Caracal, deux H145 pour la sécurité civile et dix H160 pour la gendarmerie Nationale. La DGA a notifié en 2020 les deux H145 tandis que la signature des 10 H160 pour la gendarmerie est attendue à l'été 2021 de façon concomitante avec le lancement du programme HIL (Hélicoptère interarmées léger). La loi de programmation militaire (LPM) prévoit par ailleurs des commandes sur des programmes majeurs comme le Tigre Mark 3 et le HIL.

"Les plans de relance et la loi de programmation militaire (LPM) sont des éléments clés en termes de visibilité pour une entreprise comme la nôtre. Une visibilité qui nous permet d'investir malgré l'incertitude liée à la crise et qui nous conduit d'ailleurs à ne pas prendre des mesures sociales plus fortes", a expliqué Bruno Even à la Tribune.

Malgré la commande de ces huit Super-Puma et de ce contrat de développementd u VSR700, la CGC a insisté lors de la visite de Florence Parly chez Airbus Helicopters à Marignane sur "la nécessité vitale d'obtenir la commande de quatre Super-Puma en option plus huit complémentaires en neuf". Elle demande également de contractualiser le développement, l'industrialisation et les commandes du Guépard (basé sur le H160), de soutenir politiquement la commande de Super Puma de la Bundespolizei en Allemagne, et, enfin, de dynamiser l'avancée du dossier Tigre MK3 (modernisation à mi-vie du Tigre).

En Allemagne, Airbus Helicopters, qui a déjà signé en 2020 une important contrat pour la fourniture de 31 NH90 à la marine allemande, fonde de gros espoirs sur une campagne cruciale pour la police allemande. La Bundespolizei, un client historique du constructeur, doit renouveler sa flotte de 40 Super Puma. "Cette campagne est stratégique pour Airbus", a précisé Bruno Even à La Tribune. En Espagne, le patron d'Airbus Helicopters attend cette année dans le cadre du plan de relance une commande de H135 destinée aux ministères de la Défense et de l'Intérieur. "Cet engagement permettra derrière de sécuriser les emplois et les compétences en Espagne", a précisé Bruno Even. Enfin, la Guardia civil a confirmé sa volonté de se doter du H160 dans le domaine du maintien de l'ordre. Toutes ces commandes permettront d'amortir la crise. Mais jusqu'à quand ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2021 à 19:04 :
Ils sont pas donnés, je regardais un vieil article de la tribune on en a laissé partir 21 en ukraine sur une faillite garantie par l'état vente encore une fois garantie par l'état et avec prêt d'état. Marianne aime bien donner ses fesses et tant pis pour les français, ils sont là pour toujours payer. Peuple de nocs. Les français sont méprisables.
a écrit le 17/04/2021 à 15:45 :
Il y a eut beaucoup de crash de cet helico à travers l'europe ces derniers temps.
Etait-ce une version antérieure ? sinon ces problèmes de rupture de l'axe de l'hélice, un peu gênant, sont ils réglés et comment s'il vous plait ? Avec du scotch ?
a écrit le 17/04/2021 à 9:57 :
Cela fait 40 millions par machine. Je comprends que Bercy tique.Qu y a t il pour cette somme ( support, missiles, développement d une avionique...?)
Le Puma reste une machine rustique , cela semble bien curieux pour une machine de remplacement. Pour cette somme on aurait pu commencer sérieusement le développement d'un successeur au H225M . Pendant ce temps les allemands sont approchés par Bell pour le 525.
Réponse de le 17/04/2021 à 11:33 :
Que voulez vous ce qui nous coûte le plus dans le budget militaire c'est pas les militaires, mais le prix des matériel et aussi le train de vis du président et gouvernement, quand il se déplace le plein et l'entretien de l'avion qui l'emmène (et celui qui suis au cas ou le premier est un souci) sont sur le budget de l'armée...
Réponse de le 17/04/2021 à 13:38 :
C'est vrai que ce n'est pas donné. Mais d'une part, le H225M n'a plus rien à voir avec le Puma des années 1970, si ce n'est un vague air de famille pour les non spécialistes (notamment les deux turbines en avant de la BTP): les deux appareils n'ont même pas 5% de pièces vaguement communes. Comparer le H225M à un Puma, c'est donc un peu comme comparer une Caravelle à un A330. D'autre part, le H225M est un hélicoptère ultra moderne: avionique tout écrans compatible JVN, pilote auto numérique 4 axes, radar de navigation, tourelle EO au top avec FLIR, pointeur et dedignateur laser, autoprotection complète (RWR, LWR, éjecteurs de leurres EM et IR), turbines de 1500ch à régulation numérique double canal capables de perfos catégorie A (si pas trop lourd au décollage c'est vrai), blindages, armement de sabord, perche de ravitaillement (vous en connaissez beaucoup vous d'hélicoptère de la classe des 11t de MTOW qui soit ravitaillable en vol et qui puisse voler 6h d'affilée ?)... bref contrairement à ce que vous écrivez, ce n'est pas une machine rustique: c'est au contraire une machine ultra moderne, à peine dépassée par le NH90 (encore plus moderne certes avec son fuselage tout composite, mais qui est... 30% plus cher à l'achat et à l'heure de vol !). Enfin, comme pour tout contrat aéronautique, les 40 M€ ne recouvrent pas que le prix de la machine, mais aussi tout un lot de pièces détachées (moteurs, pales, avionique...), du support constructeur et navigabilité, de la formation, peut être un simulateur pour l'équipage etc. Last but not least, le retour d'expérience du H225M en opération sur théâtre 'abrasif' (Sahara, environnement marin) est excellent. Comme vous le voyez, le choix de cette machine est, pour les connaisseurs de la chose, tout sauf 'curieux'.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :