Airbus va vendre dix A330 à la China Southern Airlines

 |   |  301  mots
Airbus affiche un carnet de commandes bien rempli, avec la commande de dix A330 par la Chine ce mercredi et d'une quinzaine d'A320 neo lundi, par IAG.
Airbus affiche un carnet de commandes bien rempli, avec la commande de dix A330 par la Chine ce mercredi et d'une quinzaine d'A320 neo lundi, par IAG. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Le montant total de l'opération s'élève à 2,27 milliards de dollars et les avions devront être livrés entre 2017 et 2019 précise la compagnie aérienne chinoise.

Airbus marque à nouveau des points en Chine. La compagnie aérienne chinoise China Southern Airlines a passé commande à l'avionneur européen Airbus de dix appareils long-courriers de la famille A330-300, pour un montant total représentant environ 2,27 milliards de dollars au prix catalogue.

Airbus et Boeing en Chine

La China Southern Airlines, qui est l'une des plus grandes compagnies d'Asie par le nombre de passagers, avait déjà annoncé la semaine dernière avoir commandé 110 avions moyen-courriers B737 à l'américain Boeing pour un total d'environ 10 milliards de dollars aux prix catalogue. Fin octobre, la CAS, centrale d'achats desservant les compagnies locales, avait passé une commande géante de 100 A320 pour 9,7 milliards de dollars. Un mois auparavant, c'est Boeing qui décrochait 300 commandes de la part d'entreprises chinoises, pour un montant catalogue total de 38 milliards de dollars, scellant un record historique.

Lire Boeing s'implante en Chine pour contrer l'avancée d'Airbus

Une flotte chinoise triplée d'ici 20 ans?

Depuis plusieurs mois, les annonces de très grosses commandes se succèdent en Chine, premier marché aéronautique mondial. La compagnie à bas coûts Spring Airlines avait ainsi conclu début décembre un accord pour commander à Airbus 60 moyen-courriers de la famille A320, valorisés 6,3 milliards de dollars. Malgré le ralentissement de l'économie, le marché aéronautique chinois connaît une forte croissance : selon des projections de Boeing, la flotte du pays devrait tripler d'ici les 20 prochaines années.

Airbus multiplie les commandes

Outre le marché asiatique, Airbus affiche aussi un carnet de commandes bien rempli à l'international puisqu'il a obtenu, lundi dernier, la conversion d'options en engagement ferme du groupe aérien IAG - qui réunit l'irlandaise Aer Lingus, la britannique British Airways, l'espagnole Iberia, et sa compatriote low cost Vueling - pour l'achat de 15 moyens-courriers A320 Neo.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2015 à 2:14 :
Attention cette commande fait-elle partie du GTA de 75 A 330 signé cet été? Ou est elle une nouvelle commande?
a écrit le 23/12/2015 à 13:51 :
Étonnant que l'A330 se vende encore tandi qu'il y a le tout nouveau A350 XWB qui est plus économique et performant que le premier !!
Réponse de le 24/12/2015 à 1:07 :
C'est moins cher, et avec le cours actuel du petrole, un avion eprouve, moins cher a l'achat et a l'entretien, qui consomme a peine plus, est une solution pertinente.
a écrit le 23/12/2015 à 13:41 :
Bien. Il faut aussi comprendre que ces commandes ont une contrepartie. Actuellement les montants évoqués correspondent à 54% à ce que la Chine a le droit d'exporter en échange. Ce sera un peu plus l'année prochaine. Ainsi ce sont des sommes colossales de matériels qui s'abattent sur nos régions en ruinant nos petites entreprises et nos emplois. Il y a un effet de balancier : des grandes entreprises prospèrent sans embaucher ou très faiblement tandis que d'autre subissent une sanction imparable en supportant seuls le poids de "l'ouverture programmée de la Chine". Bien entendu nous avons profité un temps de n'avoir pas la Chine comme concurrent "grâce" au maoïsme s'étend judicieusement interposé pour ce faire. Il reste 14 ans avant que les choses se normalisent du point de vue des échanges. La Chine devant à ce moment là importer autant qu'elle exporte réduira alors ses commandes. Airbus se sera entre-temps établi en Chine, facilitant cette manoeuvre. Les chinois manipulent aussi leur devise, avec notre autorisation, pour poursuivre ce pillage en vendant encore plus. Une telle punition imposée est-elle bien normale ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :