Argentine : Naval Group a enfin signé un contrat pour la vente de quatre patrouilleurs

 |   |  305  mots
Les Argentins avaient promis aux Français d'acheter quatre patrouilleurs, ils sont en train de tenir leur parole
Les Argentins avaient promis aux Français d'acheter quatre patrouilleurs, ils sont en train de tenir leur parole (Crédits : DCNS)
Selon nos informations, Naval Group a signé un contrat commercial avec la marine argentine pour la vente de quatre patrouilleurs, dont L'Adroit.

La vie n'est jamais un long fleuve tranquille pour les groupes de défense. Après de très nombreuses péripéties, Naval Group a passé un jalon important en Argentine. Selon nos informations, le groupe naval a très récemment signé le contrat commercial avec la marine argentine pour la vente des quatre patrouilleurs (OPV), dont L'Adroit, qui a servi en prêt dans la Marine nationale. Le contrat n'est pas encore mis en vigueur.

Naval Group va essayer de boucler le financement du contrat d'ici à la fin du mois de juillet. Ce qui ne sera pas aisé compte tenu de la situation financière de l'Argentine. Douze ans après avoir rompu avec le FMI, Buenos Aires a reçu 15 milliards de dollars du Fonds monétaire international, la première tranche d'un prêt de 50 milliards de dollars. D'ailleurs, l'Argentine n'a toujours pas pas versé l'argent pour prendre possession des cinq Super-Etendard destinés à la marine pour un montant estimé à 12 millions d'euros environ, selon nos informations.

Promesses de l'Argentine à la France

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, qui avait reçu en avril son homologue argentin, Jorge Faurie, un proche du président Mauricio Macri, avait déclaré au quotidien argentin, La Nacion, qu'un accord final avait été conclu entre Buenos Aires et Paris pour ce contrat d'armement. "Le principe a été accepté et l'opération devrait bientôt être finalisée", avait-il précisé à La Nacion.

Le ministre des Affaires étrangères argentin Jorge Faurie avait donné quelques détails sur cette opération : "L'offre technique a été acceptée. Maintenant nous discutons du montage financier de ces navires. Le prix final, qui a été décidé après le voyage de Naval Group en Argentine, était beaucoup plus proche de celui des autres chantiers navals".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2018 à 5:39 :
et ...des clients ( ou du moins prospects ) solvables ... on ne peut pas en chercher ...?
a écrit le 28/06/2018 à 11:56 :
Pauvres argentins, l'argent est dépensé vers des achats qui ne sont ni productifs, ni sociaux . De qui l'Argentine a peur ???
a écrit le 28/06/2018 à 8:57 :
Ils sont pas rancuniers, alors qu'on avait pris partie pour les angles aux Falkland...
C'est donc que la france perdra face à l'argentine en 8èmes, ça fait partie du deal.
Réponse de le 28/06/2018 à 9:36 :
De toute facon l'equipe francaise va se prendre la patee comme en 2002 a Seoul. Pas besoin de vendre ces barquasses .
a écrit le 28/06/2018 à 8:39 :
Excellente nouvelle, un pays ruiné, au bord du gouffre, en crise quasi mortelle, arrive quelques années plus tard a trouver les fonds pour l'achat de joujoux hors de prix. Comme quoi nous n'avons pas beaucoup de soucis à se faire en France... la dette et tout le reste un beau pipeau.
a écrit le 28/06/2018 à 7:37 :
L'argentine souffre de la mondialisation et des barrière douaniers qui se mettre en plaçe ..... Donc le pays est devant des sacrifice douloureux , mais avec l'accords de libre échange avec l'Europe l'économie devraient reprendre"..
En attendants la defence des frontières doivent etre maintenu....
Personnellement je suis comptant de cette accords, que cela plaise ou non à nos ami italien.....
Réponse de le 28/06/2018 à 9:39 :
Sur tout ordinateur, il existe la fonction "correction d'orthographe", et ce dans toutes les langues. Etonnant, non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :