Armement : qui va s'offrir l'entreprise centenaire française Manurhin ?

Pour la reprise de Manurhin, il ne resterait que quatre candidats, dont le groupe émirien EDIC.
Michel Cabirol

1 mn

Soutenu par les autorités des Emirats Arabes Unis, partenaire stratégique de la France au Moyen Orient, EDIC produit déjà des munitions, des armes légères et des blindés.
Soutenu par les autorités des Emirats Arabes Unis, partenaire stratégique de la France au Moyen Orient, EDIC produit déjà des munitions, des armes légères et des blindés. (Crédits : Manurhin)

Manurhin est sur le point de changer d'actionnaires. C'est en principe demain matin que les salariés du fabricant de machines de munitions "Made in France", placé sous le régime de la sauvegarde depuis juin 2017, vont connaitre leur repreneur, qui pourrait bien être EDIC. Le groupe émirien apparaît aujourd'hui comme le grandissime favori face aux trois autres candidats (le belge New Lachaussée, le groupe familial Odyssee Technologies et, enfin, le slovaque Delta Defence, qui détient 36% de Manurhin). Jusqu'ici candidate, la PME grenobloise ECM Technologies pourrait finalement ne pas déposer d'offre, faute d'un soutien de banques françaises.

Soutenu par les autorités des Emirats Arabes Unis, partenaire stratégique de la France au Moyen Orient, EDIC produit déjà des munitions, des armes légères et des blindés dans le cadre d'une politique de développement d'une industrie de défense émirienne sous la supervision de l'ancien PDG de Thales, Luc Vigneron. Manurhin restera à Mulhouse dans un premier temps. Mais pour combien de temps ? C'est la question à moyen terme qui se posera si la chambre commerciale du Tribunal de grande instance de Mulhouse décide de confier Manurhin à EDIC, qui a la capacité financière et industrielle pour relancer cette entreprise centenaire. Car le groupe émirien, soutenu par le puissant fonds Mubadala, n'aura aucun problème pour reprendre une centaine de salariés ainsi que tous les contrats gagnés par le fabricant de machines de munitions.

Michel Cabirol

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 01/08/2018 à 10:16
Signaler
"Ne m’appelez plus Mahurin, la France m'a laissé tomber..."

à écrit le 01/08/2018 à 7:15
Signaler
Je comprends mal qu'avec tous les va-t'en-guerre qui nous gouvernent aucun Président ou Ministre ne s'intéresse à l'avenir de cette société; le fauteuil de PDG ne serait-il pas intéressant pour une retraite d'homme politique? On se bouge davantage po...

à écrit le 01/08/2018 à 7:07
Signaler
Én France la restriction sur l'armement sont telle , qu'il est difficile d'acheter une arme réglementairement .... D'ailleurs pour les commande étatique , nous avons acheter europeen , donc moins de commande, et les entreprises sont en dépôt de bilan...

à écrit le 01/08/2018 à 3:59
Signaler
Manhurin fleuron francais vendu aux bedouins. La decadence totale et definitive.

le 01/08/2018 à 10:14
Signaler
si c'était une fleuron, elle serait en expansion, aurait une longueur technologique d'avance, engrangerait des profits, et ne dépendrait pas des commandes nationales.

le 01/08/2018 à 10:49
Signaler
@rene : Manurhin vit exclusivement de contrats à l'exportation. Avant de réagir trop rapidement et de façon complètement erronée, se documenter parait nécessaire dans votre cas. Manurhin avait un problème de financement de ses contrats export (banque...

à écrit le 31/07/2018 à 22:07
Signaler
Encore personne en France pour reprendre cette entreprise! Que fais-ton de l'argent placés par les Français sur les divers supports d'épargne d'Etat? Que font les fonds d'investissements, bleus, blancs,rouges? Veux-t-on une industrie renouvelée p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.